Publicité

22 novembre 2021 - 06:59

Un Mô de trop à la bibliothèque de Rivière-du-Loup?

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 5

Info Dimanche a appris que la présence de Monsieur Mô à la bibliothèque municipale Françoise-Bédard depuis environ sept ans ne fait pas que des heureux. Une plainte d’une personne souffrant de fortes allergies a été formulée dans le but que le lapin, devenue une icône de la lecture à Rivière-du-Loup, soit retiré de la bibliothèque.

Les responsables lui ont alors offert un service de livraison de livres à domicile, ou encore de retirer l’animal les jours qu’elle souhaitait fréquenter les lieux. Le projet de la nouvelle bibliothèque présentement en construction sur la rue du Rocher a relancé ce débat. La personne allergique souhaiterait avoir accès aux nouveaux locaux, mais cela lui est impossible en raison de sa condition de santé.

«Dans un lieu public où on offre des services publics, c’est sûr qu’on a toujours des choix difficiles à faire. Ce qu’on recherche, c’est le bien commun et collectif. C’est indéniable que Mô, c’est un bienfait pour l’immense majorité des gens qui fréquentent la bibliothèque. Je pense que la plus belle réussite de Mô, c’est d’associer la lecture et la bibliothèque qui peuvent paraître austères à quelque chose de plaisant. Ça fait du bien être en contact avec un animal […] On veut faire tomber les barrières d’un lieu sacrosaint et Mô nous a beaucoup aidés à changer l’image de la bibliothèque», a commenté la directrice de la bibliothèque Françoise-Bédard, Sylvie Michaud. Elle rappelle que ce lapin rex miniature, présenté par les éleveurs comme étant hypoallergénique, reste dans sa cage une grande partie de la journée.

Au cours des dernières années, la bibliothèque a connu une importante augmentation de sa fréquentation par les jeunes. En 2014, un an avant l’arrivée de Monsieur Mô, elle comptait 21 900 prêts jeunesse. En 2019, ce nombre est passé à 37 300. Mme Michaud ajoute que ce n’est pas seulement l’intégration de l’animal à la bibliothèque qui a mené à cette hausse, mais aussi le dévouement de l’animatrice et les visites scolaires.

RECOMMANDATIONS

Au cours des dernières années, une seule plainte concernant la présence du lapin a été reçue par la bibliothèque Françoise-Bédard. Plusieurs recommandations ont été émises par la santé publique dans ce dossier : avertir les gens qu’il y a un lapin dans la bibliothèque, éviter une nourriture et une litière qui se défait en petite poussière, faire le nettoyage de la cage au quotidien et instaurer des mesures de protection de la santé des travailleurs (masques et gants).

La seule qui n’a pas été suivie par les responsables est l’aménagement d’une pièce fermée et ventilée destinée à l’animal. «Oui, on aurait pu penser à cela dans la nouvelle bibliothèque. On a surtout mis tous nos efforts du côté des espaces pour les usagers. Concevoir une pièce comme ça pour un animal qui ne vivra pas éternellement, ça nous semblait un peu difficile à atteindre comme objectif compte tenu des couts», précise Sylvie Michaud. La durée de vie de ce lapin est d’environ 10 à 12 ans. Quoiqu’il en soit, Monsieur Mô restera à la bibliothèque Françoise-Bédard, dans la section jeunesse, a tranché la directrice.  

«Il y a vraiment un équilibre à atteindre. L’idéal, ce serait que tout le monde puisse venir à la bibliothèque sans exception […] Dans ce cas-ci, on essaie d’avoir un équilibre entre la majorité de la population qui bénéficie et apprécie la présence d’un lapin et une personne qui est allergique. Après Mô, c’est possible qu’on passe à autre chose, il est pas mal irremplaçable», complète Mme Michaud. Avec les nouveaux espaces qui seront aménagés, plusieurs autres projets qui ont été mis en attente en raison de la pandémie pourront être réalisés. L’ouverture de la nouvelle bibliothèque est prévue à l’été 2022.

NDLR : C’est une lettre ouverte reçue à la rédaction d’Info Dimanche qui soulevait la problématique du lapin à la bibliothèque de Rivière-du-Loup pour les personnes allergiques. Mis au fait que nous apportions un traitement journalistique aux enjeux soulevés, l’auteur a préféré s’abstenir de la publier dans notre édition du 17 novembre et a refusé d’accorder une entrevue à ce sujet. Le contenu de la lettre n’a pas été révélé aux responsables de la bibliothèque. Vendredi, l'auteur s'est ravisé et la lettre sera publiée dans notre édition du 24 novembre. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Combien de personnes ont dit oui et combien non !
    Les animaux ça relaxe .on est pas oubliger de les approcher. Mais on peut les admirer de loin .merci .

    Lamarre andre - 2021-11-22 22:38
  • Assez c'est assez! Arrêtons de brimer la majorité pour une personne à qui ont a offert des accommodements. Je suis vraiment tanné de ces chialeux à tout vent.

    Yves Courbron - 2021-11-22 16:36
  • Ne priver pas une population entière pour une seule personne, plusieurs alternatives lui ont été offertes donc elle devra s ajuster

    Robert Dubé - 2021-11-22 14:30
  • C'est ridicule, la personne c'est fait offert un accommodement.
    Il n'y a eu aucune plainte en 7 ans .
    Je ne peux pas croire que la personne est incommoder avec le port du masque.
    Il y a toujours la possibilité de prendre un antihistaminiques ( bénadrile)
    Il y a aussi la possibilité d'un N-95 ...si elle resent encore quelques choses c'est que c'est psychologique et non une allergie.
    Une tempête dans un verre d'eau.

    April Dominic - 2021-11-22 13:37
  • Je suis malheureux pour la personne allergique mais va-t-on priver des centaines de personnes? De plus, le lapin est estimé hypoallergique, alors…

    Des alternatives raisonnables ont été proposées ainsi je crois que le lapin devrait finir ses jours en toute tranquillité au grand plaisir des jeunes et moins jeunes. Ensuite, les autorités de la bibliothèque aviseront.

    Gaston Pelletier - 2021-11-22 10:27