Publicité

5 novembre 2021 - 15:38

«Le président d’Air Canada doit quitter ses fonctions!» - Maxime Blanchette-Joncas  

Le député de Rimouski – Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, réclame la démission du président et chef de la direction d’Air Canada, Michael Rousseau, à la suite des propos tenus par ce dernier lors d’une conférence de presse organisée le 3 novembre devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«Par son attitude et ses propos, M. Rousseau a clairement démontré son mépris pour le français. Alors qu’il vit au Québec depuis 14 ans, il a nonchalamment déclaré qu’il n’avait pas le temps d’en apprendre la seule langue officielle. Quel genre de message cela envoie-t-il à ses employés sur l’importance accordée au français par l’entreprise? C’est complètement inacceptable, surtout de la part du président d’une entreprise fédérale qui a bénéficié de 6 milliards de dollars d’aide gouvernementale et dont le siège social est situé au Québec!», dénonce le député bloquiste.

«Mais cette situation n’est pas le fruit du hasard. Elle témoigne de la culture qui règne chez Air Canada, délinquante notoire depuis plusieurs décennies quant à ses obligations relatives au fait français. Année après année, elle trône au sommet du palmarès des plaintes adressées au Commissariat aux langues officielles. La situation est telle que le commissaire Fraser a déposé, en 2016, un rapport spécial visant exclusivement Air Canada… en vain ! Il faut que des gestes concrets soient posés pour répondre à ces tonnes de plaintes!», poursuit-il.

«Le Bloc Québécois dénonce la complaisance du gouvernement fédéral face au déclin du français au Québec et au Canada. Après l’échec de la réforme de la Loi sur les langues officielles, la nomination de juges, de ministres et d’une gouverneure-générale unilingues anglophones, il manque désormais de fermeté face à Air Canada et son président. C’est la goutte qui fait déborder le vase ! En tant qu’actionnaire d’Air Canada, le gouvernement fédéral doit exiger immédiatement la démission de M. Rousseau. Il doit aussi laisser le champ libre à Québec dans son intention d’appliquer la Charte de la langue française aux entreprises fédérales. Le Canada a démontré encore une fois aujourd’hui son incapacité criante à assurer une protection adéquate du français. C’est un mépris total envers tous les Québécois ! Le constat est clair : la seule façon de faire respecter la nation et l’identité québécoise, c’est l’indépendance», s’exclame le député Blanchette-Joncas.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article