Publicité

6 novembre 2021 - 06:02 | Mis à jour : 14:41

Mont-Saint-Mathieu : des sports d'hiver et un passeport

Alyson Théberge

Par Alyson Théberge, Stagiaire - journaliste

Les assouplissements annoncés le 2 novembre dernier par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, amènent tout de même son lot de restrictions pour les propriétaires de stations de ski. Pour Éric Verreault, directeur général du Parc du Mont-Saint-Mathieu, les nouvelles sont à la fois bonnes et mauvaises.

«La bonne nouvelle c’est qu’on va pouvoir opérer à 100% la capacité de nos remontées mécaniques, alors que l’année passée, ça variait entre 50 et 60 %. Ça veut dire que les files d’attente vont être beaucoup moins importantes cette année», exprime Éric Verreault.

Cet hiver, le passeport vaccinal sera obligatoire pour participer aux activités requérant l’utilisation d’un remonte-pente, comme le ski alpin et la glisse. Alors que les stations de ski pourront désormais fonctionner à pleine capacité, le port d’un couvre-visage sera obligatoire dans les télécabines fermées. Les propriétaires pourront également se réjouir puisque la majorité des services et activités normalement offerts comme les cafétérias et les bars pourront de nouveau s’opérer.

D’un côté plus négatif de cette décision du gouvernement, Éric Verreault perçoit déjà un déficit quant à ses ventes d’abonnements et de billets. «On vient de finir la prévente de nos passes de saison. C’est clair et net qu’il va y avoir une partie de cette clientèle-là qu’on va devoir rembourser, […] parce que les gens non-vaccinés ne pourront pas venir skier. Évidemment, ce n’est jamais une bonne nouvelle quand on est obligé de rembourser des gens», mentionne le DG.

Quant au contrôle du passeport vaccinal, Éric Verreault se dit bien préparé. Avec un système de cartes RFID, la gestion opérationnelle et logistique se fera simplement et rapidement. «On va contrôler une fois. La première fois qu’un client va venir, et bien ça va être déjà coché dans son dossier s’il est vacciné ou non. On aura donc pas à demander le passeport, prendre le relevé et valider avec une carte d’identité chaque fois. Les gens vont passer leur carte dans les lecteurs, qui les liront automatiquement aux tourniquets. Ça va être aussi simple que ça», explique Éric Verreault.

Avec un système automatisé, cette restriction du passeport vaccinal évite un certain ajout de personnel. M. Verreault, n’aura donc pas besoin d’attitrer des employés à la validation des passeports vaccinaux.

Malgré l’obligation du passeport vaccinal dans les stations de ski, Éric Verreault reste optimiste à accueillir des gens nouvellement vaccinés. «Peut-être que ça va faire prendre conscience aux gens que pour skier cette année, il faut se faire vacciner», conclut-il.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article