Publicité

6 octobre 2021 - 14:31 | Mis à jour : 14:46

Mario Bastille entend apporter sa couleur au conseil municipal

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Le nouveau maire de Rivière-du-Loup, Mario Bastille, ne s'attendait pas à un couronnement si hâtif. Le conseiller sortant depuis 2013 dans le district de la Rivière admet qu'il s'était préparé à faire face à de l'opposition, il a plutôt été élu par acclamation le vendredi 1er octobre. Il succède donc à Sylvie Vignet.

À quoi doit-on s'attendre sous une ère Bastille ? Le candidat éclate de rire. «Depuis huit ans, en tant que conseil, on a fait de bons coups et de moins bons coups. Mais avec Mme Vignet, nous avons travaillé en équipe, dans le respect, un respect entre membre du conseil et dans le respect de nos concitoyens, et ça, ça ne changera pas», lance M. Bastille.

Ce dernier, qui sera assermenté le 15 octobre prochain, s’inscrit en continuité avec le conseil sortant, mais il entend apporter sa couleur aux futures séances du conseil de Ville. «Il n'y aura pas de cassure, c'est certain, mais j'ai ma personnalité», lance-t-il en riant.

S’il convient que son premier mandat a parfois été tendu, principalement avec le maire Gaétan Gamache, il en tire aussi une leçon. «Tu ne peux pas reprocher des choses et ensuite faire pareil. Avec Sylvie, on a pris une direction qui me rejoint et à laquelle j’apporterai ma touche.»

Directeur général de Transport Vas-Y depuis près de 13 ans, Mario Bastille quittera ses fonctions le 5 novembre. «Élu pas élu, je quittais. Je leur ai donc annoncé dès juillet afin de leur donner le temps de préparer la transition et de trouver la personne qui allait me remplacer». Cette personne, dont le contrat n'est pas encore finalisé, devrait entrer en fonction le 25 octobre.

SÉMER

Parmi les nombreux dossiers dont il hérite, il y a évidemment l'avenir de la traverse à Rivière-du-Loup qu'il entend défendre et le parc technologique. Mais l'épineux dossier de la Société d'économie mixte d'énergie renouvelable (SÉMER), opaque comme un brouillard venant du nord-est, est une priorité pour le nouveau maire qu'il appelle déjà à faire preuve d'une plus grande transparence.

«Je m'engage à le faire. Mais entre balancer 14 pages d'états financiers sans explications ni mise en contexte et ne rien dire, il y a certainement un juste milieu à atteindre. Il est certainement possible de répondre aux principales interrogations de la population et de leur permettre de comprendre où nous en sommes dans ce dossier en ventilant nos revenus, nos frais d'administration, nos frais d'exploitation, le déficit pour l'année et le déficit accumulé.»

Chose certaine, Mario Bastille est catégorique, la SÉMER doit faire preuve d'une meilleure communication avec les citoyens. Les attentes à l’endroit de la Socitété sont grandes. Le projet a été vendu comme une source de revenus... c'était en 2009. «On voyait déjà l'argent entrer. Le choix est fait maintenant. Nous sommes en 2021, il faut avoir l'heure juste sur la situation», martèle Mario Bastille.

Ce dernier entend faire pression en ce sens auprès de la SÉMER et de son président, le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé. La Société est détenue à 80 % par le public soit à 40 % par la Ville de Rivière-du-Loup et 40 % par la MRC de Rivière-du-Loup. C'est le promoteur privé Terix-Envirogaz qui détient les derniers 20%.

En 2017, la Société accumulait déjà un déficit de 5,2 M$ qui pourrait s'élever aujourd'hui à près de 8 M$.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article