Publicité

20 juillet 2021 - 06:59

Big Wolf’s Backyard Ultra : Éric Deshaies l'emporte après 35 heures de course

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Pas moins de 35 heures après le début du Big Wolf’s Backyard Ultra, les organisateurs ont félicité leur premier gagnant, Éric Deshaies, le dernier homme encore debout après plus de 234 kilomètres parcourus. La course, qui avait lieu sur le bord du fleuve entre Cacouna et L’Isle-Verte, a commencé le 17 juillet à 8 h avec environ 90 participants. 

Éric Deshaies de Gatineau, âgé de 47 ans, a conclu son dernier tour en un temps record : 28 minutes et 50 secondes, alors qu’il avait plus de 225 kilomètres dans les jambes. «Il a fait le tour le plus rapide de toute la course. Il devait courir à environ 15 km/h», se réjouit Yvan L’Heureux, le co-organisateur de cet évènement. Il explique que ce triathlonien s’entraîne pour cette course depuis près de trois ans. «Il était extrêmement fort et ça va être un super bon candidat pour aller au Big Dog’s et représenter le Canada. Il était encore frais comme une rose». Éric Deshaies ne s'est pas rendu au bout de ses forces, il était prêt pour dépasser le 50 heures selon Yvan L'Heureux. Il a complété 234,64 kilomètres après 35 heures de course. 

Cédric Chavanne, qui était en duel contre Éric Deshaies, a choisi de concéder la victoire. Une douleur au genou le tenaillait depuis quelques tours et il ne souhaitait pas se blesser en se poussant trop, surtout qu’il ira à une course aux États-Unis dans les semaines à venir.

La gagnante en titre du championnat canadien de 2020 de Backyard Ultra, Stéphanie Simpson, a terminé troisième. Cette dernière, qui aurait pu continuer encore bien longtemps, a fait le choix d’arrêter après 31 tours pour laisser la chance à un autre athlète de se rendre au Tennessee avec elle puisqu’elle détenait déjà son billet d’or. 

REPRÉSENTATION RÉGIONALE

«On est vraiment super fier des participants de Rivière-du-Loup et des environs parce que plusieurs ont dépassé les 20 heures. Il y a des gens d’ici qui sont allés très loin et ont fait 160 km alors que leur plus longue distance effectuée était un 42 km», souligne M. L’Heureux.

Voici quelques coureurs de la région qui ont participé à l’évènement : Xavier Pettigrew (24 tours), Rémi Naasz (21 tours), Caroline Mailloux (20 tours), Billy Lapointe (20 tours), Robin Mailhot (20 tours), Éric Bérubé (19 tours), Danielle Amyot (18 tours), Line Pelletier (18 tours), Bastien Garon (18 tours), Carol-Ann Dionne (16 tours), Guillaume Dumont (16 tours) et Benoit Dumais (15 tours). 

DES EFFORTS SOUTENUS

Le Big Wolf’s Backyard Ultra est une épreuve inspirée du concept créé par Lazarus Lake en 2012. Dans cette course, c’est le coureur le plus endurant qui remporte, et non le plus rapide. Les participants doivent compléter chaque heure, une boucle de 6,7 kilomètres. Si un candidat arrive après le délai donné, il est disqualifié. La course continue tant et aussi longtemps qu’un seul coureur reste et termine un dernier tour.

«Il y a seulement une cinquante de courses mondialement qui offrent un billet d’or qui permet d’aller faire la course de Lazarus Lake au Tennessee. Au Canada, il y a deux courses, incluant la nôtre, qui donne cet accès», note l’instigateur du défi. Cette épreuve d’envergure procure donc un rayonnement international à la région. Avant les précédentes annulations de la course dues à la COVID-19, près de six pays étaient représentés à la Big Wolf’s.

Déjà, en soirée le 17 juillet, le compte était passé à 53 coureurs en lice. La nuit a été difficile puisqu’au petit matin, dimanche, entre 15 et 20 participants étaient toujours debout. À partir de ce moment, deux à trois athlètes arrêtaient à chaque tour, laissant six participants en finale. Le nombre est vite descendu à quatre, puis à deux. 

L'organisateur de l’évènement, Yvan L’Heureux, avait prédit que la compétition durerait entre 40 et 50 heures puisque plusieurs athlètes de haut niveau participaient à la course. Il a été étonné d’assister plus rapidement que prévu au couronnement du vainqueur. Cependant, il loue la décision des coureurs. «Il y a quand même une intelligence émotionnelle dans tout ça, ils sont capables de s’écouter. Ils ont fait un choix judicieux, humain. Je suis vraiment content qu’ils aient la lucidité de faire ce choix-là».

L’an prochain, la Big Wolf’s Backyard Ultra reviendra définitivement. Par contre, avec le système de billet des Backyard qui changera bientôt, l’accès à la course au Tennessee ne sera plus direct. Pour en connaître davantage sur la course ou pour accéder aux résultats, il est possible de se rendre sur la page Facebook et sur le site internet du Big Wolf's Backyard: http://bigwolfsbackyard.com/fr/accueil/.

Publicité


Publicité

Commentez cet article