Publicité

24 mai 2021 - 15:41 | Mis à jour : 16:40

Décès de Michel Morin : «Rivière-du-Loup perd un grand visionnaire» 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 3

Homme intelligent, passionné et intègre, doté d’une grande volonté d’apprendre et de profondes convictions, Michel Morin aura marqué à sa façon de nombreuses personnes dans la région de Rivière-du-Loup. Il aura aussi laissé sa marque dans l’histoire même de la Ville par la réalisation de projets porteurs, des dossiers parfois difficiles qu’il savait néanmoins importants pour l’avenir. Son décès subit est un choc et les hommages à son égard sont comptés par dizaines depuis l’annonce de sa disparition, lundi. 

Denis Tardif, député de Témiscouata-Rivière-du-Loup, était ébranlé lorsque rejoint en matinée. Il souligne avoir été assommé par la perte d’un être cher, un ami qu’il décrit comme étant «profondément humain» et «d’une très, très grande générosité». «Michel était avant tout un conjoint et un père aimant. Sa famille était ce qu’il y avait de plus important et c’est à elle que je pense avant tout aujourd’hui», a-t-il dit d’emblée, la voix empreinte d’émotion.  

M. Tardif a raconté avoir fait la connaissance de Michel Morin il y a plus de quinze ans dans le cadre d’un comité scolaire. Il a plus tard travaillé à ses côtés à la Ville de Rivière-du-Loup, alors qu’il avait été élu conseiller municipal. Sa dernière rencontre avec M. Morin remontait à environ une semaine, eux qui entretenaient des contacts réguliers. 

«Ç’a cliqué entre nous. Nous n’étions pas toujours d’accord sur tout, mais c’est aussi ça l’amitié […] On a eu d’excellents moments ensemble, des moments de réflexions et d’actions. C’était un homme engagé avec une force de travail exceptionnelle, hors du commun», a soutenu Denis Tardif.   

UN HOMME DE CONVICTIONS

Maire de Rivière-du-Loup entre 2007 et 2013, Michel Morin aura traversé plusieurs tempêtes à la tête de la Ville. Visionnaire, convaincu qu’il fallait se projeter dans l’avenir et faire preuve d’audace, il aura mené de nombreux projets sur le plan environnemental et sportif. 

Sylvie Vignet, actuelle mairesse de Rivière-du-Loup, a aussi fait partie du conseil municipal de Michel Morin. Elle rappelle qu’on lui doit le parachèvement du parc du Campus-et-de-la-Cité, l’implantation de l’usine de biométhanisation de la SÉMER et de la collecte des matières organiques, ainsi que l’adoption de la toute première politique de l’eau de Rivière-du-Loup, entre autres. Elle regrette elle aussi le départ prématuré d’un «homme dévoué» et «immensément fier de sa ville».

«C’était un homme intègre doté d’une grande intelligence. Il était extrêmement brillant et vaillant. Il était aussi très perfectionniste dans son travail et il allait au bout des choses», s’est-elle remémoré, soulignant que Michel Morin était également «un homme fonceur» et convaincant, comme en font foi ses réussites professionnelles.

«Il a eu un mandat de maire difficile, mais ce qu’il a démontré, c’est que lorsque tu as une idée et que tu y crois, tu dois la défendre et avancer, malgré les contre-courants que tu vas rencontrer. M. Morin avait de grandes convictions, il les défendait et c’est tout à son honneur», a mentionné Sylvie Vignet, ajoutant être elle-même inspirée par ce trait de caractère. 

«Le parc urbain a beaucoup été critiqué. Les opposants disaient que c’était trop d’investissements, mais il a défendu ce projet-là et il y a toujours cru. Regardez aujourd’hui ce que nous avons. Est-ce que quelqu’un va venir dire que ce projet n’a pas de bon sens? Personne.»

Sur les réseaux sociaux, l’ancienne conseillère municipale, Amélie Dionne, a aussi salué le travail de Michel Morin. «Ton départ si soudain laissera un grand vide dans la vie de beaucoup de gens. [Ceux] qui te connaissaient savaient à quel point tu étais sensible à notre grande et belle planète. Avec ta créativité débordante, mille et un projets émergeaient sans cesse de ta tête», a-t-elle écrit. 

«EN AVANT DE SON TEMPS»

Titulaire d’un baccalauréat en chimie de l’Université de Sherbrooke, Michel Morin détenait aussi une maîtrise et un doctorat en éducation, respectivement obtenus de l’UQAR et de l’UQAM. Il a complété ces deux formations en étant enseignant au Collège Notre-Dame, souligne Guy April, le directeur de l’institution d’enseignement et un ami de longue date. 

«Ça démontre bien ses grandes capacités intellectuelles, a-t-il confié lundi avant-midi. Michel était toujours en apprentissage, que ce soit comme enseignant, en politique municipale ou en entreprise privée. C’était aussi un homme d’innovation, un scientifique qui était capable de voir loin et de résoudre des problèmes […] Pour moi, il était en avant de son temps à bien des égards.»

Michel Morin a partagé sa passion de l’enseignement pendant près de 10 ans. Il a marqué des centaines d’élèves par son intérêt des sciences, son humour unique et sa disponibilité. Sa contribution au développement du Collège est aussi importante, lui qui a travaillé sur le renouveau pédagogique. Il est aussi l’un des principaux artisans de la création des Albatros du Collège Notre-Dame (Midget AAA). 

«Michel Morin était un homme aux passions et aux intérêts multiples, un leader qui cherchait la nouveauté et qui voulait créer. Laisser quelque chose de plus grand que lui, je crois que c’est ce qu’il aura fait. Le développement durable à Rivière-du-Loup, le renouveau pédagogique chez nous, ce sont des choses qui vont traverser le temps et qu’il aura laissées dans son milieu», a complété M. April au sujet de celui qui œuvrait au au sein du Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup depuis le printemps 2019. 

TENUE D’UN REGISTRE 

Les réactions au décès de Michel Morin ont été très nombreuses sur les réseaux sociaux. Amis, anciens élèves et collègues ont tous souligné leur tristesse de voir partir un homme qui avait encore beaucoup à offrir et à partager. Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, et le député fédéral Bernard Généreux, lui ont aussi rendu hommage publiquement. «Michel Morin était un homme qu’il fallait découvrir», a notamment écrit M. Lagacé. 

Les drapeaux de l’hôtel de ville de Rivière-du-Loup et ceux de la MRC de Rivière-du-Loup ont été mis en berne pour plusieurs jours. L’administration municipale louperivoise a également organisé la tenue d’un registre de condoléances. Elle invite la population à saluer la mémoire de Michel Morin en en envoyant ses condoléances par courriel à l’adresse [email protected] Ceux-ci seront compilés dans un document qui sera ensuite remis à la famille.

Selon Sylvie Vignet, des réflexions seront aussi faites sur une façon de rendre hommage à la contribution de Michel Morin à Rivière-du-Loup. Associer son nom au parc du Campus-et-de-la-Cité ou même à l’usine de biométhanisation, une fois qu’elle sera entièrement fonctionnelle, est une avenue qui sera évaluée. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Un bel article à la hauteur de cet homme! Respect et gratitude

    ANDREE DUGUAY - 2021-05-24 22:20
  • Tellement de peine pour ce grand homme et son épouse Diane et ses enfants.
    Une véritable tragédie pour toute cette famille exemplaire. Puisse l’univers prendre soin de ces bonnes personnes afin qu’elles retrouvent un sens à leur vie....
    Guyane Dupont
    Chargée de projets pour le CISSSBSL





    Guyane Dupont - 2021-05-24 19:05
  • tout un choc, un grand Homme qui a beaucoup fait pour sa ville, partir si brusquement, j'ai beaucoup de peine, il participait au diner de Noel de la Bouffe POP, il arrivait avec son gros gäteau
    il connaissait les besoins de sa ville, sous tous les angles....Merci sincère a M. Morin et sympathies a sa famille

    Claire Emond - 2021-05-24 17:57