Publicité

16 mars 2021 - 15:42

Les employés de Viandes duBreton demandent du respect

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

À l’approche des négociations pour le renouvellement de leur convention collective, les employés de l’entreprise Viandes duBreton de Rivière-du-Loup ont dénoncé le manque de considération et l’arrogance dont faire preuve l’employeur à leur égard, ce mardi 16 mars. Ils demandent de l’écoute et de l’attention afin qu’ils puissent continuer sur de nouvelles bases. 

Dans le cadre d’un point de presse organisé en collaboration avec des représentants de la CSN, le Syndicat des travailleuses et travailleurs Viandes du Breton a souhaité mettre en garde la direction de l’entreprise, notamment le président Vincent Breton, en prévision de la prochaine ronde des négociations qui doit débuter en juin. Les employés méritent le respect et ils l’obtiendront, estime-t-il. 

«Les employés sont mécontents et ils veulent du changement, a lancé Frédéric Charron, vice-président du syndicat. DuBreton est un leader sur le marché pour les produits biologiques, on veut des conditions à la hauteur de la qualité des produits, on veut une meilleure communication avec l’employeur.»

Selon Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL–CSN), les employés de Viandes du Breton en ont assez de la façon dont ils sont traités. «Ils demandent à l’employeur d’être enfin à leur écoute pour qu’on ait une négociation qui se déroule bien et que tout le monde soit gagnant […] On espère que le message va être entendu. Il faut que les choses changent», a-t-elle dit. 

Le 14 mars, les employés ont adopté à 99 % un projet de négociation pour améliorer leurs conditions de travail en 2021. Quelques jours auparavant, le syndicat s’était aussi doté d’un mandat de moyens de pression, également approuvé à 99 %. 

Concrètement, les travailleurs souhaitent des augmentations salariales, mais aussi une révision des clauses qui traitent des relations de travail, de la gestion des congés, ainsi qu’un raffermissement de la protection de la santé et sécurité des salariés. La dernière convention collective a été signée il y a 7 ans, selon le syndicat. Celle-ci avait été précédée d’un contrat social de 10 ans.

Mardi, les employés ont regretté l’attitude «irrespectueuse» de l’entreprise à leur égard. Selon Nancy Legendre, la direction de Viandes duBreton a annulé plusieurs comités de relations de travail et comités de griefs au cours des derniers mois, ce qui n’augure rien de bon pour les prochaines négociations. 

La CSN reproche aussi à la direction de mettre la santé et la sécurité des employés de l’usine à risque en leur demandant de «travailler avec des porcs de plus en plus lourds, gelés et raides, sans rectifier la cadence à la baisse». 

«On sait que Viandes duBreton fait une grande publicité de son porc de qualité. Est-ce que la direction a le bien-être des cochons plus à cœur que celui de ses propres employés? Ça devient exaspérant», a déclaré Mme Legendre, rappelant que le syndicat a dû intervenir, il y a quelques années, pour permettre aux employés d’avoir assez de temps pour aller aux toilettes. «Un autre cas flagrant de manque de respect.»

Le syndicat des travailleuses et travailleurs, qui représente plus de 400 membres, espère que la direction de Viandes du Breton se rendra disponible afin de discuter convenablement des prochaines conditions de travail, mais elle entrevoit des démarches ardues. «Ça va sûrement être difficile», a confié Frédéric Charron. Ce dernier souligne que l’évolution des négociations déterminera quels moyens de pression seront utilisés pour se faire entendre. 

La direction de Viandes duBreton n’a pas souhaité commenter. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Oui j'approuve les employés. A la vitesse de livraison du produits qui leur donne une surcharge de travail avec des heures et des heures de travail également
    Pour avoir du bon rendement, faut que les gestionnaires y voient à leur bien également
    Merci

    Rejeanne Raymond Roussel - 2021-03-17 08:07