Publicité

20 mars 2021 - 13:22

Suivi financier lié à l’incendie de Tourbières Lambert

La Régie intermunicipale en protection incendie du Kamouraska-Ouest a reçu plusieurs interrogations récemment relativement aux couts du feu de Tourbières Lambert de juin 2020 et de l’impact potentiel sur les finances des municipalités concernées. Les couts totaux payés par la Régie sont d’environ 1 125 000 $.

De ce montant, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a remboursé 557 000 $, le ministère de la Sécurité publique remboursera environ 340 000 $ sur une réclamation de 528 000 $ alors que les assurances ont remboursé 40 000 $ pour remplacement ou réparation d’équipement incendie. Le montant résiduel devant être absorbé par la Régie est donc d’environ 188 000 $ et ce montant peut être entièrement couvert par les surplus de la Régie. Le feu ne résultera donc pas en facture spéciale pour les municipalités concernées.

C’est la Régie intermunicipale en protection incendie du Kamouraska-Ouest qui était responsable de l’aspect incendie alors que l’aspect sécurité civile était sous la responsabilité de la Municipalité de Rivière-Ouelle. La Régie regroupe les municipalités de Saint-Gabriel, Saint-Pacôme, Mont-Carmel, Saint-Denis-de-la Bouteillerie et Rivière-Ouelle.

La SOPFEU a pris à sa charge toutes les opérations de transport d’eau et de pompiers municipaux à compter du 24 juin. L’effort considérable apporté directement par la SOPFEU avec leurs avions et leurs équipes est en plus du montant qu’ils ont remboursé à la Régie. Le ministère de la Sécurité publique a également été un acteur déterminant, avec le décret qu’ils ont accordé et leur support sur le terrain.

En plus du combat spécifique conte l’incendie, la Municipalité de Rivière-Ouelle avait établi un centre de coordination de sécurité civile à la salle du Tricentenaire résultant en des couts totaux de 42 700 $ dont 32 000 $ ont été remboursés par le ministère de la Sécurité publique, laissant la Municipalité avec une facture résiduelle de 10 700 $.

La participation bénévole ainsi que les nombreux commanditaires pour supporter le centre de coordination ne sont pas inclus dans les chiffres et sont allés bien au-delà de ce que la Région intermunicipale en protection incendie du Kamouraska-Ouest aurait pu espérer.

Publicité


Publicité

Commentez cet article