Publicité

28 février 2021 - 06:59

Mieux outiller les avocats pour aider les victimes de violence conjugale

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le 25 février avait lieu la toute première formation gratuite de Juripop destinée aux professionnels en droit familial afin de mieux accompagner les victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. Ces dernières ont de la difficulté à accéder à des ressources spécialisées. Pour être représentées, elles doivent s’adresser à des avocats de l’extérieur de la région par téléphone ou encore faire de longues heures de route, ce qui complexifie leurs démarches.

Au Bas-Saint-Laurent, le taux d’infractions en matière de violence conjugale pour 100 000 habitants se chiffre à 221,8, légèrement sous la moyenne provinciale de 268,8, selon les données de la Sécurité publique datant de 2015. Pour l’avocate et chargée de projets de Juripop, Me Justine Fortin, il ne fait aucun doute que cette proportion est plus élevée. Plusieurs des crimes commis ne sont tout simplement pas répertoriés, pour diverses raisons. «Ces chiffres ne tiennent pas vraiment compte de l’ampleur de la réalité. La grande majorité des victimes de violence conjugale ne s’adresse pas aux policiers. La dynamique de contrôle coercitif les empêche de dénoncer», ajoute Mme Fortin. Le recours aux tribunaux peut aussi s’inscrire dans la poursuite dynamique de relation de pouvoir et de violence post-séparation, précise-t-elle.

«Ce qui nous a été soulevé par les intervenants de première ligne et les organismes sur le terrain au Bas-Saint-Laurent [comme le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel et la violence faite aux femmes et le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels], c’est que l’offre de services pour la représentation des victimes est défaillante. Si les victimes sont représentées de manière inadéquate, le jugement ne sera pas adapté à leur situation.»

La mise en place de cette formation d’une durée de 24 heures se veut une réponse directe aux besoins identifiés dans le rapport intitulé «Rebâtir la confiance» qui regroupe 190 recommandations du comité transpartisan pour améliorer l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violences. L’objectif de la démarche de Juripop est de faire mieux comprendre aux participants la complexe réalité de la violence conjugale. Elle donne des notions d’intervention sociale de base, des informations sur l’impact de la dynamique de violence conjugale sur les enfants, les pièges à éviter dans le système de justice. «On veut se servir des outils juridiques concrets à notre disposition pour défendre les droits des personnes victimes de violence conjugale», complète Me Fortin. La formation cible les avocats en droit de la famille, mais elle est aussi ouverte aux intervenants comme les notaires, juristes, étudiants en droit, intervenants psychosociaux, travailleurs sociaux, médiateurs, professionnels du milieu de l’éducation, etc.

En décembre 2019, Québec a octroyé une subvention de plus de 2,6 M$ à la Clinique juridique Juripop afin d'offrir des services d'accompagnement et de conseils juridiques gratuits aux personnes victimes de violences sexuelles.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bonjour, une super association travaille pour les femmes et familles victimes de violence au Québec. Elle s'appelle Transit Secours et elle offre des déménagements et l'entrepose de biens aux familles, le tout gratuitement! Je le dis ici car ça pourrait peut-être servir à certain.e.s lecteurs.rices!

    Claire Aboudarham - 2021-03-02 12:23