Publicité

22 février 2021 - 15:27

Les meilleures pratiques favorisant le maintien des ainés dans leur communauté

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Rechercher, documenter et partager les meilleures pratiques favorisant le maintien des ainés dans leur communauté, voilà le mandat que s’est donné un groupe d’organismes du Bas-Saint-Laurent au cours des six prochaines années.

Le Collectif régional de développement (CRD) du Bas-Saint-Laurent a reçu le mandat de ce projet avec l’appui de plusieurs partenaires : le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table de concertation des ainés du Bas-Saint-Laurent (TCABSL), le député de Rimouski, Harold LeBel et la Table régionale des élu(e)s du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL).

La première année, ou la phase préparatoire, deux agentes de recherche en innovation sociale seront à l’œuvre avec le mandat de réaliser un portrait bas-laurentien, de l’offre de service et des meilleures pratiques d’ici et d’ailleurs favorisant le maintien à domicile des ainés. Une somme de 250 000 $ y sera consacrée, notamment grâce au soutien financier de la Fondation Mirella et Lino Saputo.

À l’issue de cette étape, une vaste programmation de recherche et de transformation des services sera proposée pour la période 2022-2026 avec différents projets qui seront adaptés et mis en œuvre à l’échelle des communautés rurales. «L’objectif est de transformer les soins à domicile sur une période de cinq ans», a mentionné Mélodie Mondor, directrice du CRD.

On vise plus particulièrement à bonifier l’aide aux ainés et les soins à domicile dans les petites communautés. Pour Michel Lagacé, président de la TREMBSL, le fait que la recherche s’intéresse plus particulièrement au milieu rural est extrêmement porteur pour le Bas-Saint-Laurent. «Sur les 114 municipalités que compte la région, 48 ont moins de 500 résidents», explique-t-il.

Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, a noté pour sa part que 25 % de la population bas-laurentienne est âgée de 65 ans et plus, plaçant la région au second rang des plus touchées par le vieillissement, après la Gaspésie. Cette proportion devrait même augmenter à 36 % en 2041. Elle a ajouté que de nombreux efforts ont été faits pour le maintien à domicile au cours des dernières années alors que 18 000 personnes sont maintenant desservies en soins à domicile pour plus de 700 000 heures de services directs chaque année.

Cécile Corbin, présidente de la Table de concertation des ainés du Bas-Saint-Laurent, estime que cette recherche mettra en lumière les initiatives développées par et pour les ainés.

De leur côté, les chercheurs de l’UQAR se pencheront sur les éléments clés des meilleures pratiques, les facteurs favorisant leur déploiement dans les communautés et la manière dont elles contribuent à prolonger le maintien des ainés dans leur milieu.

«Le CRD est déjà très impliqué dans le développement social de la région, notamment avec l’Alliance pour la solidarité au Bas-Saint-Laurent. L’intégration de ce nouveau projet favorisera la cohésion et le croisement des pratiques visant l’épanouissement des ainés. Les innovations sont nécessaires pour trouver des solutions et le Bas-Saint-Laurent est prêt à les implanter», a conclu Bertin Denis, président de l’organisme.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article