Publicité

15 février 2021 - 06:56

Le vote par correspondance pourrait être permis à l’élection municipale du 7 novembre

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Pandémie oblige, le vote par correspondance pourrait être permis pour l’ensemble des municipalités du Québec lors de l’élection générale du 7 novembre prochain. La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, a déposé le 10 février à l'Assemblée nationale le projet de loi 85 qui vise à faciliter le déroulement du scrutin.

Le projet de loi autoriserait le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) à modifier par règlement des règles électorales, entre autres : établir les conditions et les modalités du vote par correspondance; prévoir des jours de vote supplémentaires; définir les fonctions des membres du personnel électoral; d'ajuster les conditions et les modalités applicables à toute déclaration de candidature.

Des changements seraient apportés si le DGEQ constate qu'il est nécessaire d'agir rapidement. Cependant, le règlement serait pris par le DGEQ après consultation de la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et du ministre de la Santé et des Services sociaux.

«Il est essentiel d'assurer une bonne organisation et un bon déroulement de l'élection générale municipale du 7 novembre 2021. Lors de la période électorale, notre projet de loi 85 permettra de prévoir les mêmes mesures sanitaires que celles mises en place lors des différentes élections partielles qui ont eu lieu jusqu'à présent. C'est donc plus de prévisibilité et plus de flexibilité qui seraient accordées ponctuellement au DGEQ. Ainsi, les citoyennes et les citoyens de toutes les régions pourront voter de façon sécuritaire», a commenté Mme Laforest.

Lors de la prochaine élection générale municipale, plus de 1 100 municipalités devront tenir des élections de manière simultanée. En 2017, cet exercice a impliqué environ 12 000 candidats et 8 000 élus.

Le projet de loi 85 a été accueilli favorablement par l’Union des municipalités du Québec (UMQ). «Alors que le taux de participation demeure un défi constant, il est fondamental que les citoyennes et les citoyens puissent exercer librement leur droit de vote dans un cadre sécuritaire. Les mesures proposées aujourd’hui vont dans le sens des demandes formulées par l’Union au cours des derniers mois. Lorsque le projet de loi sera adopté, le Directeur général des élections du Québec devra être agile et préciser rapidement les règles entourant le prochain scrutin municipal puisque les municipalités auront à les mettre en œuvre», a déclaré la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy.

À la Ville de Rivière-du-Loup, on a indiqué à Info Dimanche que l’organisation municipale offrait déjà la possibilité pour les électeurs non domiciliés de se prévaloir du vote par correspondance. «Pour le moment, puisque le projet de loi 85 n’a pas encore été adopté, nous allons laisser le processus législatif suivre son cours avant de commenter. Nous allons toutefois surveiller de près son adoption ainsi que le règlement du DGEQ advenant le cas», a-t-on indiqué.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article