Publicité

27 janvier 2021 - 11:23 | Mis à jour : 11:51

Malaise lié à la distribution du journal The Epoch Times au KRTB

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 2

Ces derniers jours, plusieurs résidents de Rivière-du-Loup et de la région du KRTB ont retrouvé avec incompréhension une publication non désirée dans leur boîte aux lettres, The Epoch Times. Le quotidien aux apparences d’un média d’information classique prétend être «un journal indépendant, impartial et sans parti pris», pourtant la réalité serait tout autre.  

Depuis quelques semaines, voire des mois, plusieurs reportages et enquêtes d’envergure – entre autres celles du magazine The Atlantic, du réseau NBC News et du New York Times – ont été réalisés au sujet de cette publication multilingue qui voyage maintenant à travers la province par la poste, et ce, même si elle n’a jamais été sollicitée. On y explique qu’il faut se méfier à la lecture des articles, l’information y étant trop souvent biaisée et partagée sans impartialité. 

Devant la distribution à grande échelle de cette édition spéciale de 28 pages dans la boite aux lettres des Québécois, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a même récemment écrit une mise en garde au sujet du travail du journal, rappelant qu’elle a refusé «deux fois de reconnaître comme journalistes des gens qui travaillaient pour The Epoch Times». 

Elle considère «qu’il ne s’agit pas là d’un média d’information journalistique».  

L’émission Les Décrypteurs d’ICI Radio-Canada, dont la mission est de combattre la désinformation, s’est aussi penchée sur le cas du quotidien au printemps dernier, après qu’un documentaire alimentant plusieurs théories non vérifiées ait été mis en ligne par le journal. 

L’animateur, Alexis De Lancer, expliquait alors que The Epoch Times est associé au Falun Gong, un mouvement spirituel ésotérique déclaré hors-la-loi par Pékin en 1999 dont les pratiquants «puisent désormais l’essentiel de leurs appuis au sein de la vaste diaspora chinoise disséminée à travers le monde». 

«Le journal Epoch Times, ainsi que la chaîne New Tang Dynasty Television, sont les bras médiatiques du mouvement, écrit le journaliste dans le format Web du reportage. Leur mission fondamentale : pourfendre la bête noire des adeptes du Falun Gong, le Parti communiste chinois (PCC).»

Les grands titres de l’édition spéciale partagée aux Québécois appuient d’ailleurs cette thèse. À la «Une», on retrouve un article titré «La guerre silencieuse de la Chine communiste contre l’Occident.» Dans ses pages, au printemps dernier, la COVID-19 y a également été décrite comme «le virus du PCC», forme de clin d’œil, diront certains, au «virus chinois» du président américain Donald Trump. 

«Reportages pro-Trump» 

Selon un reportage documenté du magazine américain The Atlantic, The Epoch Times connaît d’ailleurs une hausse importante de sa popularité et de ses revenus depuis 2016, l’année de la victoire de Trump à la présidence des États-Unis. La page Facebook de l’édition canadienne accueille maintenant plus d’un million d’abonnés et ses articles sont partagés dans une trentaine de pays. Ces dernières semaines, des reportages ont mis en doute la victoire du nouveau président américain élu, Joe Biden. 

«Depuis l'accession de Trump au pouvoir, le journal a pris résolument un virage vers l'extrême-droite, diffusant les théories du complot du mouvement QAnon, percevant du communisme partout et s'opposant aux mesures sanitaires imposées par la COVID, bref l'assemblage des croyances antiscientifiques en vogue. La pandémie lui a donné le souffle dont il manquait», souligne la FPJQ. 

«La diffusion massive, à des coûts énormes, de cette édition spéciale entièrement consacrée à la critique (qui peut être justifiée) de la Chine, est donc à la fois le symptôme de la montée de cette mouvance et la manifestation de la volonté de la faire croître», ajoute la Fédération. 

En aout 2019, The Epoch Times a vivement critiqué les reportages de NBC News et MSNBC qui sont, selon le journal, «une compilation de fake news». Cette semaine, l’éditrice de la version canadienne du quotidien, Cindy Gu, a aussi dénoncé un reportage de CBC qu’elle croit biaisé.

«The Epoch Times est une organisation de presse résolument indépendante qui se consacre à un travail éditorial sincère», clame la publication sur son site Internet. «Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique, ce qui nous autorise à vous apporter des informations factuelles, précises, engagées, en vous laissant vous faire votre propre opinion.»

The Epoch Times est présent dans 25 pays et ses éditions se déclinent maintenant en 25 langues. 


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Salut je suis un abonné de longue date au journal, dont le contenu est très varié...Je trouve intéressant d'en apprendre d'avantage sur les dangers du communisme en occident avec cette édition spéciale...

    thomas lussier - 2021-01-27 21:32
  • Pourquoi faire un plat avec ça? Les boîtes postales et courriels sont pleines de "publications non désirées". Les médias traditionnels n'aiment pas voir passer un discours différent du leur.

    Jimmy Lavoie - 2021-01-27 17:49