Publicité

29 janvier 2021 - 06:59 | Mis à jour : 12:34

Pénurie de places en service de garde dans la MRC de Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le manque de places en service de garde se fait de plus en plus criant dans la MRC de Rivière-du-Loup. Selon les dernières estimations, environ 500 enfants sont sur une liste d’attente dans la région. Le dernier appel de projets ciblé lancé le 5 octobre 2020 par le ministère de la Famille du Québec a créé 60 places dans la MRC de Rivière-du-Loup.

«Un appel de projets pour 60 nouvelles places, quand il en manque 500, on est loin du compte. Ça nuit à l’attractivité de la région, à la qualité de vie des familles et au développement économique […] On dépasse les 500 places en attente. Ça n’a pas de bon sens et ça fait des années qu’on demande d’être écouté à ce sujet. Les positions prises par le gouvernement partent des grands centres et ne sont pas adaptées aux régions», dénonce la mairesse de la Ville de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet. Elle s'est aussi impliquée dans le nouveau comité politique de l'Union des municipalités du Québec sur les services de garde. 

La Ville a adopté des résolutions pour demander au gouvernement de revoir le critère du nombre maximal de cinq installations de 80 places, qui bloque le nombre de projets pouvant être déposés dans la région. «Je veux pas jeter le blâme sur le ministère de la Famille, mais on pourrait remplir une école complète avec les enfants qui s’en viennent», complète-t-elle.

Devant la disparité entre le nombre de places en service de garde manquantes dans la MRC de Rivière-du-Loup et les données du ministère de la Famille, une étude a été menée en 2019 conjointement par la Ville de Rivière-du-Loup, les CPE des Jardins Jolis, des Cantons et de Rivière-du-Loup et le Centre local de développement. Les trois listes d’attente ont été épluchées systématiquement. Résultat : 267 enfants de la MRC de Rivière-du-Loup n’avaient pas de place en service de garde, et ce, sans compter plus d’une centaine de bébés à naitre. «Des parents viennent pleurer dans mon bureau parce qu’il vont perdre leur maison puisqu’ils ne peuvent pas retourner travailler. Des gens sont en détresse et il faut que l’argent rentre», ajoute Mme Vignet. La crise sanitaire exacerbe les besoins en service de garde, puisqu’il est déconseillé aux grands-parents de garder les enfants.

DES PROJETS EN DÉVELOPPEMENT

En 2021, la situation ne s’est pas améliorée, le CPE de Rivière-du-Loup compte 429 noms d’enfants sur sa liste d’attente, en plus de 114 bébés à naitre. «Certaines MRC sont complètement absentes des appels d’offres. Un appel de développement de places ciblé a été fait aux endroits où la situation se faisait plus pressante», explique la directrice générale du CPE Rivière-du-Loup, Marie-Claude Desbiens. Deux projets ont été proposés, soit une augmentation de 4 places au Cégep de Rivière-du-Loup et de 2 places au CPE situé sur la rue Beaubien à Rivière-du-Loup, qui nécessitent un réaménagement minimal.

De son côté, la directrice générale du CPE Jardins Jolis, Mary-Eve Gauvin, se réjouit de l’autorisation de la construction d’une installation de 25 places sur le terrain de l’entreprise Berger, à Saint-Modeste. Deux nouveaux projets, soit la création de 38 places à La Relève des Mousses sur les terrains de Premier Tech et un agrandissement de 10 places à l’installation la Clé des Bois de la rue Frontenac à Rivière-du-Loup, ont été présentés au ministère de la Famille.

Au CPE des Cantons, la directrice générale France Laflamme a déposé un projet de 42 nouvelles places en lien avec la construction de la Maison des ainés à Rivière-du-Loup. Une installation pouvant accueillir 21 enfants sera aussi construite à Saint-Arsène cet été. «Beaucoup de milieux familiaux ont fermé. Je reçois des appels quotidiens de parents en panique qui n’ont plus de place pour leur enfant», ajoute Mme Laflamme. Cette dernière souligne l’appui et l’ouverture du milieu politique concernant cette problématique. «Souvent, les parents n’ont pas le loisir de choisir le milieu où leur enfant va être gardé, ils prennent ce qui est disponible», déplore-t-elle.

Les projets retenus par le ministère de la Famille du Québec devraient être annoncés à la fin du mois de juin. L’appel de projets ciblé du ministère de la Famille lancé le 5 octobre 2020 concernait la création de 4 359 places subventionnées en installation au Québec, dont 60 dans la MRC de Rivière-du-Loup.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Ce dommage mom bebe bientôt va aller a la maternelle... 24 mois d'attente.. bientôt maternelle 4 ans... il y aussi de gens qui passent devant dans la liste d'attente. Pas de contrôle.. les entreprises vont allez chercher du personnel a l'extérieur on disant qu'il a de places en garderies, après sur place la réalité 0 .. ce pas de tout une priorité non plus... on pourrait transformer une partie de la bibliothèque en garderie...

    Harry hardys - 2021-01-29 23:19