Publicité

22 janvier 2021 - 08:47

Prelco revient à la charge pour un nouveau stationnement destiné aux poids lourds

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

L’entreprise louperivoise Prelco revient à la charge auprès de la Ville de Rivière-du-Loup avec une demande pour aménager un stationnement destiné aux poids lourds à l’arrière d’un bâtiment commercial situé sur un terrain du côté est du boulevard Cartier et près d’une zone résidentielle.

En 2018, la modification au zonage créait une zone commerciale à même celle existante en rendant possible, entre autres, l’usage principal d’entreprise de transport. Le conseil municipal a décidé à cette époque d’arrêter la procédure compte tenu de l’opposition des citoyens.

«Cette fois, la demande de Prelco concerne un stationnement hors site uniquement pour l’entreprise. Nous avons besoin de stationnements pour nos semi-remorques. Nous avons déjà fait certaines améliorations du terrain avec la plantation d’arbres et l’installation d’une clôture. Il y a également une zone tampon. Nous sommes prêts à regarder d’autres mesures atténuantes», a mentionné Dominic Lavoie, président et chef de la direction du Groupe Prelco.

On pourra retrouver jusqu’à 15 remorques dans le nouveau stationnement. «Nous avons déposé le projet à la Ville, il y a maintenant une procédure standard à suivre. On est confiant que c’est un projet qui va se réaliser», a noté le président. M. Lavoie a précisé qu’il n’y aura aucun changement à l’utilisation du bâtiment commercial situé à l’avant sur ce terrain.

L’entreprise a regardé différents scénarios pour les stationnements des semi-remorques et des véhicules personnels des employés. «Nous avons analysé l’aspect de la sécurité, le scénario de mettre des véhicules de nos employés dans le nouveau stationnement n’a pas été retenu», a-t-il expliqué.

EN 2018

«En 2018, il y a eu une demande de modification de zonage par Prelco qui a été acceptée par le conseil, ce qui a déclenché officiellement une procédure de modification du règlement de zonage. Cependant, il y a eu opposition de citoyens habiles à voter puisque cette modification de zonage créait une zone commerciale à même la zone commerciale existante en rendant possible, entre autres, l’usage principal d’entreprise de transport», a rappelé Pascal Tremblay, directeur du Service des communications de la Ville. Un total de 198 signatures et 12 communications écrites demandant la tenue d’un référendum ont été amassées et présentées par la Ville à cette occasion. Faire un référendum aurait couté entre 20 000 $ et 25 000 $. «Le conseil a alors décidé d’arrêter la procédure, compte tenu de l’opposition des citoyens et du fait qu’il existait potentiellement d’autres solutions envisageables que celle proposée à ce moment», a ajouté M. Tremblay.

REPRISE DES DÉMARCHES

La mairesse Sylvie Vignet avait confirmé en 2018 que la Ville de Rivière-du-Loup continuerait d’accompagner l’entreprise Prelco dans ses démarches afin de trouver un terrain d’entente avec les citoyens. De nouveaux échanges entre Prelco et la Ville ont donc repris l’automne dernier en regard du stationnement des camions-remorques.

«Prelco a précisé sa demande de modification de zonage et le conseil municipal a confirmé son appui à la démarche de l’entreprise en donnant à l’urbaniste responsable du dossier le mandat de trouver une solution réglementaire», a expliqué Pascal Tremblay. On a donc procédé à une révision du dossier de Prelco. «Un compromis a été trouvé, soit d’inclure un article encadrant le stationnement des camions-remorques sur un terrain autre que celui de l’entreprise où se tient l’usage avec un nombre maximum de 15 véhicules, l’obligation de respecter une zone tampon de 10 mètres et une distance maximale de localisation de 200 mètres», a indiqué le directeur du Service de communication.

CONSULTATION DE LA POPULATION

Ce changement permet à nouveau à la population de se prononcer. Le 18 janvier dernier, c’était le début de la procédure avec une demande officielle à la Ville de Rivière-du-Loup. La prochaine étape sera la consultation publique le 8 février et ensuite une période de dépôt de demandes de participation à un référendum du 10 au 25 février. Selon le résultat, il pourrait y avoir adoption finale en mars.

«Il ne fait aucun doute pour la Ville que Prelco est une entreprise majeure établie depuis longtemps dans le paysage louperivois et qu’il est impératif de trouver une solution à cette problématique de stationnement qui sera convenable pour l’entreprise et ses employés, tout en respectant le droit à la quiétude des résidents limitrophes», a-t-il conclu. L’objectif est de réaliser le projet en limitant les impacts sur le voisinage. Cela passe également par une certaine acceptabilité sociale. Il s'agit du troisième projet de stationnement présenté à la population par l'entreprise à cet endroit. Il avait également soulevé l’opposition des citoyens une première fois en mars 2017.

IMPORTANT CONTRAT

Le Groupe Prelco compte en tout six usines et plus de 600 travailleurs.

Vers la fin de l’année 2020, l’entreprise a reçu une très bonne nouvelle; elle fournira l’ensemble des vitrages recouvrant les façades des deux édifices du projet Maestria Condominiums à Montréal, les plus hautes tours résidentielles construites à ce jour dans la métropole du Québec. Il s’agit de deux bâtiments de 58 et 61 étages à usages mixtes regrouperont plus de 1750 logements, des aires communes et plusieurs espaces commerciaux. Les usines de Montréal (100 employés) et Rivière-du-Loup (plus de 300 travailleurs) du Groupe Prelco seront mises à contribution pour réaliser les vitrages de ce contrat. La fabrication débutera au printemps 2021 et durera presque deux ans.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article