Publicité

11 janvier 2021 - 06:55 | Mis à jour : 18:21

L'avenir de l'église de Saint-Épiphane en inquiète plus d'un

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Toutes les réactions 2

Les citoyens de Saint-Épiphane sont désenchantés par l’état dans lequel se trouve l’église située au cœur de leur municipalité. Depuis des années, le bâtiment patrimonial est laissé à l’abandon et son infrastructure se détériore à vue d’œil. Le maire de Saint-Épiphane, Rénald Côté, est à court d’idées pour convaincre le propriétaire actuel d'entamer des rénovations afin de sécuriser les lieux.

Avec le peu d’intérêt manifesté à l’égard d’un éventuel rachat, l’église de Saint-Épiphane se dégrade et certains citoyens sont déçus de voir le bâtiment tomber en ruines. Le maire de Saint-Épiphane, Rénald Côté, explique que les perrons de l’avant et du côté de l’édifice sont devenus dangereux, quoique inaccessibles aux habitants de la municipalité depuis quelque temps. Des pierres du revêtement extérieur se sont également mises à tomber tout près des espaces publics, mettant à risque la sécurité de ceux se trouvant à proximité. 

Cependant, même si elle le voulait, la municipalité de Saint-Épiphane n’a pas le pouvoir d’entreprendre des mesures pour sécuriser les lieux. En effet, l’église n’appartenant pas à la municipalité mais bien à la fabrique de la paroisse, seul le propriétaire actuel, l’abbé Yves Pelletier, peut prendre des décisions en ce qui a trait à de possibles réparations. Le conseil municipal a d’ailleurs envoyé une lettre au diocèse de l’église déplorant un besoin urgent pour l’entretien du bâtiment.  

En réponse à la plainte formulée, M. Pelletier a installé des clôtures le long du terrain pour fermer le bâtiment au public, assumant tous les coûts qui y étaient rattachés. Questionné à ce sujet, le maire se montre reconnaissant envers les démarches entreprises par l’abbé Yves Pelletier : « La clôture a bien été faite, elle s’intègre bien au décor de Saint-Épiphane. Pour l’instant, l’état extérieur de l’église ne nuit pas à la beauté de notre municipalité. »

UN ENTRETIEN NÉGLIGÉ

Le maire de Saint-Épiphane se dit plus que déçu de voir ce bâtiment, construit par les ancêtres de la municipalité, rappelle-t-il, tomber en ruines. Il est surtout inquiet du manque d’intérêt de M. Pelletier à vouloir maintenir la beauté de son église. « Le diocèse a refusé les subventions émises par le gouvernement du Canada pour réparer le système de chauffage il y a quelques années puisqu’il n’était pas d’accord. Le conseil municipal et moi-même ne sommes pas en accord avec la façon que c’est géré, mais on ne peut rien y faire. »  

GESTION DU CIMETIÈRE

Le propriétaire actuel de l’église a récemment proposé au conseil municipal de prendre en charge le cimetière. Une rencontre à cet effet avait d’ailleurs été fixée, mais elle a dû être repoussée en raison de la pandémie. L’abbé Yves Pelletier et la Municipalité devraient se rencontrer à la fin janvier si tout se déroule tel que prévu. Selon sa propre opinion, le maire de Saint-Épiphane a certaines réserves quant à la gestion du cimetière par la municipalité. « Le cimetière, c’est une responsabilité de l’église. Des gens ont payé pour faire entretenir leur lot pendant des années. On n’est pas intéressé à engager des gens pour s’occuper de son entretien, mais ça c’est mon avis personnel. »

M. Côté anticipe beaucoup la rencontre à la fin du mois afin de remettre les pendules à l’heure dans ce dossier, mais également afin d’avoir l’avis de ses collègues à ce sujet.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Attention! cette église n'est pas un bâtiment qui a valeur historique, elle fût construite en 1948 pour remplacer celle qui avait brûlé.

    Daniel Breton - 2021-01-12 14:38
  • Moi, ce qui me rire dans un reportage comme celui-ci, c'est de voir le conseil municipal et les citoyens ce plaindre de la dégradation de leur églises. Mais quand on sait que la plupart des gens ne veulent plus payer leur capitation annuellement, alors ils ne faut pas ce lamenter ainsi. Je suis présentement marguillé à la fabrique de mon petit village de Sainte-Françoise et le conseil de fabrique différentes levé de fonds pour soutenir cette paroisse. De plus nous invitons nos paroissiens à payer leur capitation annuellement. Cela permet de maintenir des services de pastorale et assurer la continuité de notre fabrique. Alors, c'est à vous les citoyens de Saint-Epiphane de vous retrousser les manches et de vous impliquer pour sauver votre patrimoine religieux.

    GAÉTAN PLOURDE, Sainte-Françoise - 2021-01-11 09:40