Publicité

7 novembre 2020 - 06:02

Le camp du non parle de «mise en scène simpliste»

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Le camp du non qualifie de «mise en scène simpliste» la position de différents intervenants régionaux en faveur du projet d’aréna et de centre récréatif à Témiscouata-sur-le-Lac. «Après avoir fait l’autruche pendant des années, voilà que le monde politique témiscouatain accorde leur appui durant la période référendaire de notre ville. Bien sûr, ces interventions soudaines de nos instances politiques ne sont jamais accompagnées d’une quelconque contribution financière», peut-on lire dans un communiqué de presse qu’a fait parvenir aux médias Ginette Bégin, représentante officielle du non.

«La MRC, la SADC ont intervenu publiquement lors de la signature du registre. Ils reviennent au référendum en compagnie de la Chambre de commerce. Voilà qu’ils veulent une salle pour une activité ayant lieu aux 4 ans à moins qu’ils planifient arrêter la rotation sur le territoire. Le centre communautaire deviendra-t-il une infrastructure suprarégionale au même titre que Le Corégone, Aster, … ?», a ajouté Mme Bégin qui avait déjà soulevé ce questionnement auparavant.

Selon le camp du non, la Chambre de commerce du Témiscouata s’ingère à son tour dans la gestion de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac. Dans une lettre d’appui au projet, la présidente de la Chambre de commerce, Joëlle Picard, avait notamment mentionné ce qui suit : «Rares sont aujourd’hui les projets qui se révèlent structurants pour le développement économique d’une région tel que la nôtre. Le projet aréna et centre communautaire fait partie de ces projets d’infrastructures majeurs…»

«Que dire des autres acteurs locaux : gens d’affaires et organismes. Certains ne reconnaissent même pas que la Ville devra emprunter le 3,5 M$ des fonds éoliens ! Mais ont-ils compris le règlement d’emprunt? Penser que son adoption est gage d’activités économiques, c’est une vision court terme», a poursuivi Mme Bégin dans le communiqué.

La représentante officielle du non a également ajouté l’ex-député provincial Jean D’Amour dans sa liste d’intervenants régionaux s’étant invités dans le débat. «Cette mise en scène orchestrée par l’establishment politique d’arrière-ban est conçue pour diviser et intimider la population de Témiscouata-sur-le-Lac. Leur manque de respect envers la démocratie trouvera écho dans la vraie réponse, celle des citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac», a-t-elle conclu.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • .Et la vraie réponse sera “oui”. Aussi simple que ça, car contrairement à ce que certains membres du camp du non prétendent, nous ne sommes pas une gang de nuls, sous scolarisés. Et je tairai ce qui a été écrit au sujet de certains commerçants, car la vulgarité n’a pas sa place ici. Disons oui à un projet novateur, inclusif, diversifié, etc.

    Isabelle Blanchet - 2020-11-07 20:19