Publicité

4 novembre 2020 - 06:54

Des conditions moins propices pour la pêche au corégone cette année

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

La période de la pêche au corégone dans la rivière Touladi au Témiscouata s’est déroulée du 15 au 28 octobre dernier. «L’année 2020 a été marquée par un automne froid et très pluvieux comparativement aux années précédentes. Les conditions météo ont probablement diminué la motivation de certains pêcheurs», a mentionné Anne-Marie Pelletier, biologiste à la Direction de la gestion de la faune du Bas-Saint-Laurent.

Elle estime le nombre de pêcheurs à environ 800 au total, comparativement à 1100 l’année précédente. Le nombre de prises a également suivi cette baisse. «En 2019, c’est un total de 52 000 poissons qui ont été pêchés (5,5 tonnes). En 2020, c’est environ 32 000 poissons (3,5 tonnes). 2019 a été une année exceptionnelle par rapport aux prises», a noté Mme Pelletier.

Selon la biologiste, le suivi apporté par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs permettra de finaliser l’analyse de certains paramètres des échantillons de poissons en laboratoire, le tout dans une optique de conservation à long terme de la ressource. «Les indices (poids moyen, taille moyenne, âge moyen) permettant de déterminer l’état de santé de cette population (au niveau des reproducteurs) ne sont pas encore disponibles pour 2020, mais les données de 2019 indiquaient que le segment des reproducteurs se porte très bien, ce qui est de bon augure pour la nouvelle génération à venir», a souligné Anne-Marie Pelletier.

UN PEU D’HISTOIRE

Il est dans le lac Témiscouata depuis des milliers d’années, le corégone nain est aussi appelé pointu, comme le Festival du Pointu, un évènement qui existe depuis plus de 40 ans. Pour permettre cette pêche traditionnelle, la température de l’eau à 5 degrés Celsius déclenche la montaison du corégone nain dans la rivière Touladi. Auparavant, la pêche était permise au filet ce qui exerçait une forte pression sur l’espèce. Au cours des dernières années, elle fut autorisée à l’épuisette, une pêche un peu plus sportive.

En 2010, il s’est pêché 90 200 poissons (6,5 tonnes métriques). 2014 fut également une grosse année avec 52 812 poissons pour 4 tonnes. À l’opposé, l’année 2012 fut très difficile avec une petite récolte de 1 345 poissons. Celle de 2015 reste également dans la mémoire des pêcheurs avec seulement 2 334 poissons.

Le corégone nain est la nourriture de base du poisson touladi, donc la survie de la première espèce est directement liée à celle de la seconde. Il existe une certaine confusion entre le grand corégone (38 cm en moyenne et 1 kg) et le corégone nain (21 cm en moyenne et 70 g). Beaucoup de gens pensaient qu’il s’agissait du même poisson, mais de variétés différentes, ce qui n’est pas le cas.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article