Publicité

24 octobre 2020 - 06:56

Marie-Pier Michaud, fille de pêche

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 1

Le nom de Marie-Pier Michaud vous est peut-être étranger, mais si vous êtes un adepte de la pêche, amateur de belles photos, ce nom vous est sans doute familier. Avec raison ! Originaire de Saint-Antonin et passionnée de chasse et pêche, elle est maintenant considérée comme une influenceuse reconnue sur Facebook et Instagram.

Jointe au bout du fil, Marie-Pier Michaud assume entièrement son rôle. La jeune femme de 28 ans qui a débuté la chasse et la pêche avec son père Nelson est aujourd'hui la première Québécoise commanditée par des marques américaines comme American Baitworks, Jiffy Ice Drills, FXR Pro Fish, pour ne nommer que celles-là. Des entreprises qui, comme l’a fait en aout dernier le populaire magazine américain Target Walleye, partagent ses exploits sur leurs propres réseaux sociaux. Elle représente aussi le magazine Sentier Chasse - Pêche.

«J'ai commencé à pêcher avec mon père quand j'étais enfant, mais à l'adolescence, et jusqu'à l'âge de 21 ans, j'ai délaissé la pêche avant d'y revenir. Maintenant, je fais ça toutes les fins de semaine. Si je pouvais en vivre, je le ferais», lance Marie-Pier Michaud. Celle qui occupe un poste d’agente administrative dans un CLSC de Québec pêche à plusieurs endroits au Québec, de la Mauricie, à Lanaudière, à la Gaspésie, à la Côte-Nord, sans oublier le lac Témiscouata (un lac complexe souligne-t-elle) et l’Ontario. Pandémie oblige, elle a dû remettre aux calendes grecques ses projets de pêche à l’achigan à grande bouche chez nos voisins du sud.

Mais comment passe-t-on d'un loisir à un rôle d'influenceuse commanditée ? Par les réseaux sociaux ! Bienvenue au 21e siècle. C'est en publiant les photos de ses captures sur sa page Facebook que la jeune femme a rapidement attiré l'attention. Ses prises ont de quoi faire écarquiller les yeux; dorés de 12,1 livres, achigan de plus de 5 livres, etc.

Mais c'est avec le collectif des Pêcheuses du Québec, il y a près de trois ans, que sa visibilité s’est accrue.

«Ç’a débourré ! Nous voulions donner un espace aux femmes qui pratiquent la pêche. Un endroit où elles pourraient montrer leurs prises, un espace qui leur serait réservé.»

La page Facebook compte aujourd'hui plus de 25 000 abonnements et est aimée par plus de 24 940 personnes. Cette visibilité lui assure des invitations de pourvoyeurs à pécher sur leurs plans d'eau en échange de visibilité. Et ça fonctionne !

«La semaine dernière j'ai été invitée à aller à l'Auberge La Barrière (à Sainte-Émilie-de-l'Énergie) par le propriétaire», raconte Marie-Pier. Il faut le souligner, la jeune femme ne produit aucun contenu filmé, elle publie uniquement des photos sur ses différentes plateformes.

DÉBOULONNER LES STÉRÉOTYPES

L'histoire vous semble trop facile pour y croire ? Détrompez-vous, la pêcheuse y consacre du temps et de l’énergie. Les prises doivent être à la hauteur, elle consulte donc des articles et des vidéos en ligne pour apprendre ou encore pour parfaire ses techniques tant de pêche que de chasse. Mais il y a aussi un autre côté à cette médaille, plus sombre celui-là.

Comme plusieurs femmes, elle doit aussi faire face aux commentaires déplacés de collègues pêcheurs et chasseurs masculins, et parfois même à du harcèlement. «Eh oui, ça existe encore, laisse tomber Marie-Pierre Michaud. Des commentaires de mononcle, de l’insistance déplacée, des gars qui te harcèlent sur Facebook, qui te font de la pression, des avances non désirées, il y en a et c’est bien de le dénoncer, c’est important», tranche-t-elle. D’où la page des Pêcheuses du Québec qui permet aux femmes de se rassembler et de partager entre elles leurs exploits. Plus important encore, elle permet de déboulonner les stéréotypes de la femme qui serait incapable de pêcher sans l’assistance d’un mâle dominant.

C’est une autre facette de son rôle d’influenceuse qu’elle endosse avec fierté, être un exemple positif pour la relève. Parce que la pêche (comme la chasse), ce n'est pas une activité réservée aux hommes. «J’adore ça quand dans un commerce quelqu’un me reconnait, qu’un papa me présente sa fille qui s’intéresse à la pêche.»

Vous pouvez suivre Marie-Pier Michaud via sa page Facebook et son compte Instagram ainsi que la page Pécheuses du Québec.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Merveille de la nature car rarement une personne se donne aussi simplement et humblement à c'est spot sans trop fla fla Marie-Pier Michaud réussie sa de mains de maître et se n'est que là pointe de iceberg à mon avis c'est le début de la libération de la femme dans un monde d'hommes, pour moi je trouve sa très rafraîchissant, apporte un renouveau. Lâche jamais Marie-Pier Michaud 🤟🐺💙🎣🦌🐗🦃

    Joeydoretheriaut @ gmail .com - 2020-10-24 11:20