Publicité

6 octobre 2020 - 06:31

Aster déploie de nouvelles animations virtuelles pour les élèves

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

À l’ère de la pandémie de coronavirus, la station scientifique Aster de Saint-Louis-du-Ha! Ha! a déployé de nouvelles animations virtuelles pour les élèves. Des plus jeunes ont déjà expérimenté des jeux-questionnaires pour les initier aux sciences tandis que les plus âgés du secondaire ont pu assister à des présentations.

Rappelons qu’Aster a reçu une somme de 40 000 $ du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire (FUAC) pour son projet de l’Académie Aster. Cette aide financière s’est ajoutée à d’autres confirmations de partenaires tels que le Mouvement Desjardins, le Fonds régional d’investissement en économie sociale du Bas-Saint-Laurent et le Centre de services scolaire du Fleuve-et-des-Lacs. Au total, le projet de l’Académie Aster a obtenu pour plus de 140 000 $ en contributions.

D’une manière plus concrète, la station scientifique a installé deux postes d’animation pour réaliser des activités en visio-conférence à l’intention des écoles. Les postes sont équipés de tout le nécessaire pour diffuser des contenus et discuter avec des classes de partout, en direct.

«Ç’a été plus tranquille à l’observatoire cet été, de l’observation 2 à 3 soirs par semaine au lieu de 6 à 7 jours. Nous avons alors profité de cette période pour nous concentrer sur le projet et préparer nos salles pour la diffusion dans les écoles. Tout était prêt pour la rentrée scolaire», a expliqué son directeur Stéphane Madore.

L’équipe de la station scientifique est composée de cinq employés permanents et une personne à temps partiel. «En mars, nos employés se sont inscrits à la Prestation canadienne d’urgence (PCU). À la fin juin, l’ensemble de l’équipe a été réintégrée. La subvention salariale canadienne d’urgence nous est bien utile depuis», a souligné le directeur.

M. Madore a noté que les prochaines semaines seront remplies de défis. Il y a d’abord la présentation des nouveaux produits. Aster peut ainsi continuer d’accompagner les professeurs dans l’enseignement des sujets scientifiques. Le portail web a été conçu de manière à offrir une expérience complète aux jeunes qui entreront en contact avec l’un des animateurs d’Aster. On peut y retrouver des expériences, des suggestions d’activités et des liens menant à du contenu provenant de collaborateurs.

Les options pour la diffusion dans les écoles sont là. «Les écoles sont connectées à Internet. De plus, la présentation dans les classes peut se faire sur les tableaux intelligents. Certaines écoles ont également leur propre système sur écran géant. Les jeunes peuvent aussi se brancher individuellement à l’aide d’une tablette électronique», a noté le directeur.

Aster avait fait un premier pas vers le support à l’enseignement à distance avec les changements de ses antennes fournissant l’Internet haute vitesse à la station scientifique. «Notre ambition est d’offrir des activités pour les jeunes d’âge primaire et secondaire dans toutes les provinces et territoires du Canada en utilisant la technologie pour se rendre à eux», a noté Stéphane Madore.

LE PLANÉTARIUM

«Les écoles veulent le planétarium quand même. Nous sommes en contact avec la santé publique pour pouvoir le déployer. Par contre, des cas de COVID-19 sont sortis dans la région qui a changé de couleur, les directions d’école changent aussi de couleur», a mentionné le directeur d’Aster. La possibilité de présenter en personne des animations dans les écoles demeure donc très incertaine à court terme. «Nous avons des réservations provenant de Montréal et d’un peu partout au Québec, mais il n’y a rien de garanti si on va être en mesure d’y aller», a souligné Stéphane Madore.

Les planétariums portatifs sont utilisés pour présenter des sujets d’astronomie dans les écoles. Ces salles immersives invitent les curieux à entrer dans un espace clos où la chaleur et la trop faible circulation de l’air pourraient devenir des agents de propagation de la COVID-19. Soucieux de la santé de sa clientèle tout comme de son équipe, Aster s’est donc référé à la santé publique pour établir les directives sur les conditions d’utilisation de ces équipements.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article