Publicité

2 octobre 2020 - 06:33

Projet de loi 66 : quatre projets d’infrastructure visés au Bas-Saint-Laurent

La ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx et le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, soulignent l’importance pour le Bas-Saint-Laurent de l’adoption du projet de loi 66 concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure, déposé le 23 septembre par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

La population de la région bénéficiera de la réalisation rapide de quatre projets, grâce aux mesures d’accélération prévues dans le projet de loi. Le projet de loi no 66 vise à alléger des procédures sans réduire ou modifier les normes existantes, afin de démarrer plus rapidement d’importants projets d’infrastructures et ainsi stimuler l’économie du Québec. Il a été élaboré afin de répondre aux attentes en matière de rigueur, d’intégrité et de protection de l’environnement. Il cible des mesures d’accélération bien définies et circonscrites à certains projets visant l’expropriation, le domaine de l’État, l’environnement, l’aménagement et l’urbanisme. On estime les gains de temps entre 2 et 36 mois pour la réalisation des infrastructures figurant dans le projet de loi.

Au Bas-Saint-Laurent, les projets suivants profiteront des mesures du projet de loi 66 :

  • La construction d’une école primaire à Rimouski (Lab-École);
  • La construction de la Maison des ainés à Rimouski; 
  • Le réaménagement de la route 293 dans le secteur au sud du 2e rang (réaménagement de courbes à Notre-Dame-des-Neiges);
  • La reconstruction de la route 132 et du pont Arthur-Bergeron sur la rivière Mitis à Grand-Métis

La route 293 à Notre-Dame-des-Neiges est un projet visant l’amélioration de la sécurité pour les usagers. «Il est en analyse et en étude depuis des décennies et pendant ce temps, les risques sont toujours bien présents. Il faut se doter de limites dans les échéanciers de certains projets pour assurer des services à la population dans des délais raisonnables», explique le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif. Ce dernier croit que le projet de loi 66 pourra mettre un terme à l’attente des citoyens des Basques dans ce dossier.

Publicité


Publicité

Commentez cet article