Publicité

23 septembre 2020 - 06:59

Créneau d’excellence en acériculture : une très bonne nouvelle

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, était à l’Érablière de la Tour à Biencourt dans le Témiscouata le 21 septembre pour y annoncer la création d’un nouveau créneau d’excellence en acériculture dans le Bas-Saint-Laurent.

L’entente triennale entre le gouvernement du Québec et les partenaires du milieu, qualifiée de très bonne nouvelle par les personnes présentes au lancement du créneau d’excellence en acériculture, prévoit l’octroi d’une somme de 100 000 $ par année, dans le cadre de la démarche ACCORD. «C’est une nouvelle très importante pour le Bas-Saint-Laurent et le milieu acéricole. L’objectif : faire de la région une référence en matière d’innovation et de développement de l’acériculture au Québec», a mentionné Mme Proulx.

«Ce sont 546 producteurs acéricoles qui sont présents dans la région. La mise en place d’un créneau d’excellence permettra de mobiliser les transformateurs, les équipementiers, les établissements d’enseignement et les chercheurs. Nous pourrons ainsi innover dans ce secteur prometteur pour l’économie de la région et du Québec. C’est grâce à ce genre d’initiative que notre économie deviendra plus prospère en valorisant et en propulsant une des forces du Bas-Saint-Laurent, l’acériculture», a poursuivi la ministre déléguée au Développement économique régional. Elle a précisé que le Bas-Saint-Laurent était à l’origine de 22 % de la production québécoise avec ses huit millions d’entailles.

Le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif, a également pris part à ce lancement. «S’il y a un secteur qui fait notre fierté dans la région et au Québec, c’est bien celui de l’acériculture! Il était donc tout naturel qu’un créneau d’excellence en la matière voie le jour dans le Bas-Saint-Laurent. La démarche ACCORD est une avenue prometteuse pour exploiter le plein potentiel économique de ce secteur et pour accroître sa compétitivité et celle de notre région», a pour sa part commenté M. Tardif.

Le plan d’action du nouveau créneau d’excellence pour la période 2020-2023 s’articule autour de l’innovation, des ressources humaines, de l’exportation, du développement durable et de la communication. Chacun de ces axes stratégiques est en lien avec les enjeux du secteur québécois de l’acériculture, notamment la mise au point de nouveaux produits et de technologies innovantes.

Le créneau d’excellence met à contribution les entreprises du milieu de l’acériculture. «Avec l’appui de la ministre Proulx, le créneau devrait permettre diverses avancées technologiques, que l’on pense aux équipements de production, au développement des saveurs, à l’utilisation du sirop d’érable dans de nouveaux produits ou encore à la mise en place d’une production acéricole de type carboneutre. Le créneau sera un bel outil de concertation pour un développement soutenu de l’ensemble de la filière acéricole au Québec», a souligné Émilien Ouellet, président du Club d’encadrement technique en acériculture de l’Est.

Le Bas-Saint-Laurent regroupe les créneaux d’excellence suivants : Écoconstruction; Ressources, sciences et technologies marines; Tourbe et substrats; et maintenant Acériculture.

Publicité


Publicité

Commentez cet article