Publicité

11 septembre 2020 - 08:58

Les programmes particuliers et activités parascolaires recommenceront le 14 septembre 

La situation globale demeurant maîtrisée deux semaines après la rentrée scolaire, le gouvernement du Québec annonce, en collaboration avec les autorités de santé publique, le retour des programmes particuliers et des activités parascolaires dans les centres de services scolaires où ils n'avaient pu reprendre en raison des mesures sanitaires. 

À compter du 14 septembre prochain, l'offre d'activités parascolaires, de concentrations et de projets particuliers, y compris les programmes Sport-études, Arts-études et le sport interscolaire, pourra être déployée de façon sécuritaire au sein du réseau scolaire. Rappelons que ces activités étaient déjà offertes dans plusieurs centres de services, moyennant le respect des groupes stables fermés.

Ce déploiement se fera en conformité avec les prescriptions sanitaires applicables et avec le système d'alertes régionales et d'intervention graduelle en matière de COVID-19, dévoilé plus tôt cette semaine par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Ainsi, les élèves d'écoles situées dans des régions considérées comme vertes ou jaunes pourront fréquenter jusqu'à deux groupes stables autres que leur groupe-classe principal dans le cadre de projets pédagogiques particuliers et d'activités parascolaires.

Pour prévenir la propagation du virus en leur sein, les écoles devront apporter des modifications au fonctionnement de leur offre de service et revenir aux groupes stables fermés si leur région d'appartenance devait passer à un palier d'alerte orange. 
Elles devront également s'assurer en tout temps de la traçabilité des élèves en cas de contamination. Rappelons que ces directives s'appuient sur trois prémisses importantes : réduire les risques d'éclosion; faciliter les enquêtes épidémiologiques lorsque des cas de COVID-19 se déclarent; et minimiser les fermetures complètes d'écoles. 

«Le bien-être des élèves est au cœur des préoccupations du gouvernement du Québec, tout comme leur santé et leur sécurité. Leur participation à un cours à option, à des projets pédagogiques particuliers et à des activités parascolaires contribue à la persévérance et à la réussite éducative de plusieurs d'entre eux. Les balises annoncées aujourd'hui permettront la reprise de nombreuses activités, notamment de programmes Sport-études, Arts-études et d'activités parascolaires, dans le cadre le plus sécuritaire qui soit. Maintenant, nous devons tous continuer de respecter les consignes sanitaires en tout temps, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'école. Nous avons tous un rôle à jouer pour nous assurer de maintenir une offre maximale de services pour nos jeunes, partout au Québec», a déclaré Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation.

ÉLÈVES VULNÉRABLES

Des élargissements ciblés sont également autorisés pour la prestation de services aux élèves vulnérables. Ainsi, les professionnels pourront regrouper, en petits groupes stables et dans le respect des mesures de distanciation physique applicables, des élèves venant de différents groupes-classes.

Finalement, les élèves de 4e et 5e secondaire pourront suivre dans des groupes stables différents leurs cours à option qui sont des prérequis pour la poursuite de leur parcours scolaire. À noter que les cours à option et les services professionnels pour les élèves vulnérables sont valables, peu importe le palier d'alerte régional.

«Les activités parascolaires, les concentrations sportives et les programmes Sport-études permettent à nos élèves de se dépasser, contribuent à l'adoption d'un mode de vie sain et favorisent la motivation par rapport aux études. Je suis heureuse que la reprise des activités sportives et de loisir en milieu scolaire permette aux jeunes de renouer avec leurs passions. Ils ont collaboré de façon extraordinaire depuis le début de cette pandémie et je suis convaincue que, grâce à leur attitude positive, la reprise des activités se déroulera de façon sécuritaire», a souligné Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article