Publicité

1 septembre 2020 - 06:57 | Mis à jour : 2 septembre 2020 - 15:48

Grève des services éducatifs en milieu familial le 3 septembre à Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Après avoir adopté un mandat de grève à 82 % juin dernier, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) en milieu familial entreprend des grèves rotatives partout dans la province à partir du 1er septembre. Une grève et un rassemblement des responsables en services éducatifs en milieu familial sont prévus le 3 septembre à Rivière-du-Loup.

À l’initiative de l’Alliance des intervenantes en milieu familial du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine (ADIM), une marche est organisée à Rivière-du-Loup à partir du 320, boulevard de l’Hôtel-de-Ville entre 9 h 30 et 11 h. Les participants se rendront jusqu’au bureau du député Denis Tardif, à l’intersection de la rue Fraser et du boulevard de l’Hôtel-de-Ville.

Les responsables en services éducatifs en milieu familial gagnent présentement l’équivalent de 12,42 $ de l’heure. Le ministère de la Famille leur offrait une rémunération de 12,83$ de l’heure pour 2019-2020. La FIPEQ-CSQ demande plutôt un rattrapage salarial équivalant à 16,75$ de l’heure et la création d’un comité d’évaluation de l’emploi pour établir la juste rémunération des responsables en services éducatifs.

Depuis l’adoption du mandat de grève en juin dernier, les négociations sont au beau fixe, ce qui pousse les syndicats de la petite enfance à poursuivre leurs moyens de pression. Depuis le début de la pandémie, 30 responsables en services éducatifs de l’ADIM Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine ont annoncé leur départ, ce qui représente environ 180 places à combler. Ce regroupement comprend les secteurs de Rivière-du-Loup, Témiscouata et Les Basques.

Les responsables en services éducatifs ont aussi vu leur charge de travail augmentée par la pandémie. En plus de 50 heures de présence avec les enfants, elles doivent aussi assurer la désinfection des lieux, en plus des tâches administratives.

«Présentement, on sent que les parents sont vraiment derrière nous. Avec ce qui s’est passé au cours des derniers mois, ils ont pris conscience de l’importance des services de garde. Le gouvernement ne voulait pas entrer en négociation cet été, alors ça allonge encore le délai. On veut qu’une entente soit signée le plus tôt possible», a commenté Kathy Côté, présidente de l’ADIM Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine.

Les responsables en services éducatifs en milieu familial sont sans entente collective depuis le 31 mars 2019. La grève générale illimitée sera déclenchée le 21 septembre, si aucun terrain d’entente n’est trouvé.

Publicité


Publicité

Commentez cet article