Publicité

22 juillet 2020 - 15:20 | Mis à jour : 15:32

La relance du Parti québécois passe par l’indépendance selon Paul St-Pierre Plamondon

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le candidat à la course à la direction du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon est de passage dans la région le 22 juillet afin de présenter ses idées aux militants de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata. Il est d'avis que le PQ est à la croisée des chemins en raison d’un résultat électoral «très difficile en 2018» et il doit remettre à l’avant-plan son idée la plus forte, soit celle de faire du Québec un pays.

«Il y a deux scénarios possibles devant nous. Soit on poursuit sur une pente descendante, mais on ne peut pas continuer de glisser sous la barre des 20 % dans les sondages parce que ça ne permet pas d’élire des députés. Soit on rebondit et on regagne de la vigueur rapidement, comme le Bloc québécois l’a fait», explique Paul St-Pierre Plamondon. Il croit que le Parti québécois doit se trouver un chef qui incarne l’avenir et qui possède la capacité de rallier les gens à sa cause. Il rencontrera les militants lors de deux activités de type 5 à 7 prévues le 22 juillet à l’Auberge de la Pointe à Rivière-du-Loup et le 24 juillet au Parc Clair Soleil de Témiscouata-sur-le-Lac.

«L’indépendance du Québec est on ne peut plus pertinente comme idée à l’heure actuelle. On se rend compte que toute la vision de la mondialisation débridée, où les gouvernements nationaux ne servaient à rien, c’était de la foutaise. On réalise que les marchés internationaux sont non seulement très fragiles en cas de crise, mais on ne peut pas compter sur nos voisins pour avoir des masques, par exemple. Les pays se volaient les masques entre eux. Dans cet environnement mondialisé, si on n’est pas capable de prendre nos décisions démocratiques par nous-mêmes, de signer nos propres traités, de contrôler nos frontières en temps utile en cas de pandémie, d’avoir notre propre armée, tous ces problèmes deviennent une question de survie et de sécurité», ajoute le candidat à la course à la direction du PQ. L’enjeu environnemental tient à cœur au candidat qui désire faire davantage d’investissements dans le secteur vert. «Ça me semble évident que c’est impossible de faire des choix environnementaux responsables si on fait partie du Canada et qu’on finance à pleine pelle l’industrie pétrolière albertaine.»

RIVIÈRE-DU-LOUP-TÉMISCOUATA

 Il croit aussi que le PQ a besoin de dynamisme et d’une approche renouvelée pour rallier du sang neuf dans ses rangs. «Si c’est moi le chef, il va y avoir un vent de changement, de rajeunissement et de renouvèlement qui va être très palpable dans le Parti québécois. Si les péquistes me choisissent, il y a un nouveau chapitre qui s’écrit qui va mener à un troisième référendum. Ce dernier sera porté par toutes les générations. Ce qui veut dire que des gens qu’on ne connait pas vont prendre leur place et ça me semble essentiel», ajoute-t-il.

Son passage à Rivière-du-Loup et à Témiscouata-sur-le-Lac dans le cadre de la Tournée du OUI cette semaine permettra à Paul St-Pierre Plamondon de prendre le pouls des militants de la région. «Je n’ai jamais compris pourquoi le Parti québécois a eu plus de difficulté ici (…) Je pense que les gens de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata ont voté beaucoup pour les personnes au cours des dernières années. Quand une personnalité connecte avec la population, ça devient un facteur important. Est-ce que le Parti québécois va pouvoir avoir son tour après des années d’ADQ et libérales? Je crois que ça ferait du bien», complète-t-il. Paul St-Pierre Plamondon ajoute que le développement économique doit être effectué différemment en étant plus près des pouvoirs décisionnels régionaux, avec la volonté d’enrichir localement la population, et non les multinationales. La course à la chefferie du Parti québécois oppose les candidats Frédéric Bastien, Sylvain Gaudreault, Guy Nantel et Paul St-Pierre Plamondon. L’élection du nouveau chef est prévue le 9 octobre.

Publicité


Publicité

Commentez cet article