Publicité

15 juillet 2020 - 15:54 | Mis à jour : 18:07

François Legault à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le premier ministre du Québec, François Legault, a passé une partie de la journée en sol louperivois, ce mercredi 15 juillet. Cette visite du chef de la Coalition Avenir Québec était prévue dans le cadre d'une tournée des régions commencée il y a deux semaines.

De nombreux sujets ont été abordés lors de rencontres tenues à l’Hôtel Universel avec la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, et avec les acteurs politiques du Bas-Saint-Laurent. Le président et chef de l’exploitation de Premier Tech, Jean Bélanger, s’est également entretenu avec M. Legault. 

L'abolition des horaires de faction pour les paramédics (texte à venir), l'ajout de l'autoroute 20 au Plan québécois des infrastructures (PQI), le développement du tourisme dans la région et l'accès à des services de télécommunications (téléphonie cellulaire et Internet haute vitesse) de qualité ont notamment fait partie des discussions.

AUTOROUTE 20

Concernant le prolongement de l’autoroute 20, François Legault a réitéré une nouvelle fois sa volonté de remettre le projet au PQI «d’ici la fin du mandat». Il faut dire que de nombreux acteurs du milieu s’impatientent puisque le premier ministre a fait cette promesse deux fois plutôt qu’une lors de ses dernières visites dans la région. 

«Il faut se rappeler que la priorité, c’est de terminer le prolongement […] de l’autoroute 85, a dit le premier ministre. La 20 a été retirée du PQI par le Parti libéral. Je me suis engagé à le remettre au PQI d’ici la fin du mandat et je vais respecter ma promesse.»

TÉLÉPHONIE CELLULAIRE 

Quelques minutes plus tard, M. Legault a aussi rappelé une autre promesse qu’il compte toujours tenir d’ici 2022. Il a indiqué souhaiter que les problèmes de téléphonie cellulaire et d’accès à Internet haute vitesse soient bientôt du passé. Actuellement, près de 400 000 résidences québécoises sont mal desservies par les grandes entreprises privées. 

«L’engagement que j’ai pris, c’est que d’ici la fin du mandat, on va avoir signé les 400 000 résidents. En ce moment, nous avons des discussions avec Bell, BCE, Telus et Videotron, Déry Télécom et quelques autres entreprises. On sait qu’on va devoir investir des sommes quand même importantes, mais c’est un service essentiel pour moi, alors nous allons respecter notre parole. Tout le monde sera desservi», a-t-il dit, expliquant que le gouvernement va investir dans le processus. 

«On ne peut pas forcer une entreprise privée à offrir un service à perte, donc on va compenser la différence. Les personnes qui ne sont pas desservies actuellement n’auront pas un tarif plus élevé qu’ailleurs. Le gouvernement va compenser», a-t-il ajouté. 

PREMIER TECH 

Devant les médias, François Legault n’a pas caché avoir rencontré le président et chef de l'exploitation de Premier Tech, Jean Bélanger, au courant de la journée. L’entreprise souhaite mener un important projet qui permettrait, à terme, de créer 500 nouveaux emplois. 

«Le plus important pour garder des régions en santé, c’est d’avoir des emplois bien payés. Or, sans dévoiler les détails, un projet extraordinaire pour créer 500 emplois très bien payés [est en branle chez Premier Tech]. Je suis optimiste qu’on va être capables s’entendre  […] C’est un projet de l’entreprise privée. Le gouvernement du Québec va quand même investir. C’est un mausus de beau projet.»

Par ailleurs, François Legault a mentionné avoir «senti un fort appui au projet de loi 61» de la part des élus régionaux. Ces derniers jugent que les délais imposés par les évaluations du ministère de l'Environnement sont trop longs avant qu'un projet puisse se réaliser.

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, a régulièrement fait des commentaires à ce sujet. Récemment, d’autres voix du milieu municipal, au KRTB, ont fait de même. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article