Publicité

13 juin 2020 - 06:52

Les jardins communautaires s’animent

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Plusieurs personnes poussent un soupir de satisfaction, elles peuvent enfin se rendre dans les jardins communautaires pour y planter des légumes qu’elles verront pousser et pourront consommer dans quelques semaines. À Rivière-du-Loup, trois sites sont mis à la disposition de ces jardiniers amateurs passionnés dans trois secteurs de la ville, à l’extrémité de la rue Bellevue dans Saint-Patrice, au bout de la rue des Trembles dans Saint-François et près du parc industriel dans Saint-Ludger.

D’ailleurs en raison de la pandémie de la COVID-19, plusieurs personnes ont le gout de jardiner davantage ou de vivre l’expérience pour une première fois cet été. À Saint-François, un comité de quatre personnes s’occupe de superviser les activités du jardin communautaire: François Simard, Normand Gendron, Sophie Jalbert et Gaëlle Smets. «Cette année, le but est de rendre les membres autonomes en lien avec les consignes de la Santé publique. Pour les jardiniers, c’est intéressant d’avoir un peu d’autonomie alimentaire. Même avec des contraintes, c’est réalisable», a mentionné M. Simard. En cette saison très particulière, on a noté une hausse des demandes pour ce jardin communautaire avec une liste d’attente plus longue. Le site compte 36 parcelles et 4 bacs pour le jardinage.

Élizabeth Dionne, Annette Pelletier et Ernest Carbonneau forment le comité superviseur du jardin communautaire de la rue Bellevue dans Saint-Patrice. À cet endroit, on note 21 membres qui profitent de l’été pour jardiner. «Nous avions déjà des gens en attente, ce sont eux qui ont pris les parcelles de jardin disponibles cette année», a indiqué Mme Dionne. À chaque saison estivale, le jardin communautaire accueille de deux à trois familles, beaucoup de couples d’un certain âge et quelques personnes seules. Nouveauté cet été, le jardin dispose de 4 bacs surélevés pour permettre à une personne ayant des difficultés à se pencher de jardiner en hauteur.

«Ce printemps, le comité a travaillé pas mal fort pour préparer la saison. Plusieurs choses ont cependant changé comme de ne pas tenir de réunion du comité, nous avons eu des conversations au téléphone. De plus, la rencontre de groupe pour partir le jardin a été annulée», a expliqué Mme Dionne. Au niveau des règles à suivre en lien avec la pandémie, elles ont été mises en place en tenant compte des besoins du jardin. «J’ai espoir que ça va bien aller», a lancé Élizabeth Dionne.

À Saint-Ludger, le défi est probablement un peu plus grand considérant que l’on y retrouve 145 parcelles dont 130 étaient louées au moment d’écrire ces lignes. «On a une bonne équipe de bénévoles. On installe notamment un baril d’eau pour chaque groupe de 4 à 5 terrains», a souligné le président du comité, Gilbert Rioux. Pour obtenir l’un des emplacements encore disponibles, on peut contacter Lise Thériault, vice-présidente, au 418-862-8671. Ce jardin communautaire comprend aussi une partie pour la culture des pommes de terre.

Concernant le protocole de mesures sanitaires, le jardin communautaire de Saint-Ludger ne prête pas cet été les équipements qui lui appartiennent à l’exception d’une brouette pour transporter du compost qui devra cependant être correctement nettoyée par son utilisateur après usage. «On demande aux gens de prendre le temps de lire le protocole qui est affiché sur le garage. Les personnes devront notamment amener leur bouteille de désinfectant et leur masque au besoin», a souligné M. Rioux. «Nous remarquons cette année plus de jeunes. Il y a aussi de nouveaux arrivés qui veulent se trouver un passe-temps cet été. Certaines personnes en profitent pour donner des légumes à de bonnes causes», a ajouté le président.

On retrouve 13 jardins communautaires et collectifs dans la MRC de Rivière-du-Loup. Depuis 2014, une animatrice jardin accompagne et soutien les différents groupes de jardiniers dans la planification et l’organisation de leur jardin. De plus, des ateliers sur le jardinage écologique sont offerts gratuitement aux jardiniers, aux terrains de jeu et à toutes les personnes intéressées.

Publicité


Publicité

Commentez cet article