Publicité

8 juin 2020 - 11:48 | Mis à jour : 17:10

Une nuée de Martinets ramoneurs plonge dans la cheminée d'une église de Pohénégamook

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

La Ville de Pohénégamook a publié sur sa page Facebook un court vidéo où on peut voir des dizaines de Martinets ramoneurs plonger dans la cheminée de l'église Saint-David de Sully. Il faut savoir que cette espèce d'oiseau, similaire à l’hirondelle, utilise les cheminées de maçonnerie pour nicher ou simplement pour se reposer.

Selon le Regroupement QuébecOiseau, certaines cheminées plus imposantes peuvent même accueillir jusqu'à des milliers de spécimens pour s'y reposer. Lors de la période de nidification, chaque couple va s'installer dans une seule cheminée pour y construire son nid.

Selon l'organisme, au cours des dernières années, la population de martinets ramoneurs a encaissé une chute de 84% au Québec. Il ne resterait plus que 2 500 nicheurs dans la province.

L'installation de gaine en acier inoxydable à l'intérieur des cheminées de briques a aussi eu un impact négatif. QuébecOiseau propose plutôt l’installation d’une gaine non métallique (en argile), suffisamment large en son ouverture et conforme aux normes de rénovation des cheminées.

Le 7 juin dernier était la journée mondiale des martinets. S'il existe plus d'une centaine d'espèces de Martinets dans le monde, le Québec en héberge une seule, le martinet ramoneur.  Le Comité sur la situation des espèces en péril du Canada l’a déclaré espèce menacée en 2007.

Avant l'érection de cheminée et l'arrivée des premiers colons, l'oiseau nichait plutôt dans des arbres creux. Le déboisement intensif a forcé l'oiseau à adopter nos cheminées de briques. Le Martinet ramoneur hiverne en Amérique du Sud.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article