Publicité

8 juin 2020 - 09:25

Négociations avec les enseignants : non à une entente «à rabais»

Bien que les négociations entre le gouvernement et les enseignants concernant le renouvellement de leur convention collective se sont poursuivies malgré la crise sanitaire qui prévaut au Québec, les résultats se font toujours attendre, regrette le Syndicat de l’Enseignement du Grand-Portage (CSQ). Il déplore du même coup que «les porte-paroles patronaux n’ont manifestement pas les mandats nécessaires pour faire avancer les discussions».

Les syndicats ont consulté leurs membres à distance ces derniers jours. Les résultats de ces assemblées sont éloquents : 97 % des personnes consultées ont rejeté la proposition patronale qui leur a été faite le 22 mai, tandis que 98 % ont réitéré vouloir que la présente négociation se conclue par une entente qui apportera des améliorations aux conditions d’exercice des enseignantes et enseignants ainsi qu’une reconnaissance salariale de la valeur de leur profession. 

«Ce sont des résultats vraiment très clairs que le Conseil du trésor doit entendre», a souligné la présidente du Syndicat, Natacha Blanchet.

«Les besoins criants des enseignants qui existaient avant la pandémie ne disparaîtront pas quand ils retourneront en classe, bien au contraire. De nombreux élèves, dont plusieurs en difficulté, devront faire de la mise à niveau dans une nouvelle réalité d’organisation scolaire et le travail dans la classe ne sera pas plus facile. La pénurie que nous vivons est d’ailleurs la conséquence des conditions de travail particulièrement difficiles dans les écoles», a signifié Natacha Blanchet, présidente du SEGP (CSQ).

Le syndicat note que l’offre faite récemment aux enseignantes et enseignants par le Conseil du trésor ne propose rien pour les élèves en difficulté. Elle recule sur l’engagement pourtant répété de la CAQ d’abolir les six premiers échelons de l’échelle salariale pour attirer de la relève dans la profession. Elle vise un alourdissement de la tâche en augmentant de manière importante le nombre d’heures travaillées. La seule mesure mise au jeu pour retenir les enseignantes et enseignants plus expérimentés est une augmentation salariale d’un maximum de 2,5 % aux quelque 800 profs qui pourraient acquérir le statut d’«enseignants émérites», contrairement aux augmentations de 5 % faussement véhiculées par le Conseil du trésor. Pire encore, ce nouveau statut mal défini semble davantage destiné à soulager les directions qu’à valoriser la profession enseignante.

La FSE-CSQ et l’APEQ déplorent au passage l’importante différence entre le discours public du gouvernement et ce qui se déroule réellement aux tables de négociation.

Rappelons que, tout comme la FSE-CSQ à laquelle leur syndicat est affilié, les enseignantes et enseignants du Syndicat de l’Enseignement du Grand-Portage (CSQ) veulent :

  • Une composition de la classe offrant des conditions propices à un enseignement et à des apprentissages de qualité;
  • Des services aux élèves correspondant à leurs besoins;
  • Une tâche supportable qui ne les épuise pas;
  • Une reconnaissance de leur profession à sa juste et pleine valeur, particulièrement quant à la rémunération;
  • Une réduction du niveau de précarité et de meilleures conditions d’insertion professionnelle afin que la relève ne quitte pas massivement la profession et que les plus expérimentés y restent.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article