Publicité

29 mai 2020 - 07:43

« À travail égal, salaire égal » - Kina Dionne des ressources intermédiaires d’hébergement

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le gouvernement du Québec offre 49 000 $ par année plus les avantages sociaux aux préposés aux bénéficiaires qui joindront les rangs des travailleurs dans les CHSLD. «On déplace le problème, c’est sûr qu’il y en a qui vont migrer vers ce programme. On va perdre des employés», a mentionné Kina Dionne, propriétaire de deux ressources intermédiaires d’hébergement au Bas-Saint-Laurent.

L’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ) réclame que les ressources intermédiaires soient incluses dans cette campagne de recrutement. Pour rendre le tout possible, l’ARIHQ demande au gouvernement d’appliquer une mesure transitoire rehaussant les salaires des préposés en RI, afin d’éviter de creuser davantage l’écart salarial entre le réseau privé et le réseau public.

«Un rééquilibrage salarial préalable est urgent pour éviter le départ massif des préposés de RI vers le programme de formation qui leur permettra de toucher 26$/h comme préposé, alors que le financement en RI permet d’offrir des salaires de 14$/h», a-t-on précisé. «On souhaite notamment que l’augmentation de 4 $/h pour 16 semaines devienne une mesure permanente. De plus, on demande les mêmes conditions que dans le réseau public pour ne pas créer deux catégories de préposés aux bénéficiaires», a mentionné Kina Dionne.

«On est déjà en recherche d’employés. Si une personne tombe malade on est mal pris, notre banque est vide. Ça fait trois semaines que je suis en recrutement et je n’ai pas de postulant. Je n’ai même pas de remplaçant pour les vacances cet été. C’est certain qu’actuellement la PCU (prestation canadienne d’urgence) n’aide pas», a souligné Mme Dionne. Elle craint que sans rééquilibrage salarial dans les RI, le départ massif des préposés dans ces résidences rende encore plus vulnérables les 16 000 personnes hébergées en RI au Québec.

DEUX CLASSES DE PRÉPOSÉS

«Est-ce que le gouvernement cherche à siphonner les préposés aux bénéficiaires de nos RI ? C’est ce qu’il risque de faire s’il ne corrige pas le tir. L’annonce du jour vient littéralement dire à nos employés : “lâchez votre job, venez suivre la formation pour le métier que vous faites déjà en RI, on va augmenter votre salaire de 50 % et vous pourrez ensuite travailler dans les CHSLD publics à 26 $/h, plus tous les avantages.” Le premier ministre doit rapidement préciser ses intentions pour éviter un désengagement de nos employés», a pour sa part affirmé Johanne Pratte, directrice générale de l’ARIHQ, qui appuie entièrement l’augmentation promise du salaire des préposés, mais estime que cette réalité doit s’appliquer aux ressources intermédiaires.

Dans son point de presse du 28 mai, le premier ministre François Legault a démontré une certaine ouverture : «Pour les résidences privées, on est en train de regarder pour de l’aide financière. C’est sûr que les préposés du secteur privé, il va falloir que le salaire augmente.»

L’organisme représentant les RI demande l’ouverture des négociations concernant le renouvellement de l’Entente nationale doit se faire dans les meilleurs délais afin d’établir une solution durable avec une vision globale des enjeux de main-d’œuvre dans l’offre de soins aux personnes vulnérables. Selon l’ARIHQ, dans le cadre de l’Entente nationale qui prévaut, l’insuffisance du financement alloué aux RI permet d’offrir un salaire moyen de 14 $/h aux préposés aux bénéficiaires des RI, ce qui cause d’importants enjeux de service à travers l’ensemble des 1 000 ressources intermédiaires du Québec. «Alors que la pandémie met en lumière le manque de personnel dans les CHSLD, les mesures annoncées mettent la table pour que la prochaine crise de personnel se joue dans les ressources intermédiaires aux dépens des 16 000 personnes hébergées en RI», a-t-on conclu.

Publicité


Publicité

Commentez cet article