Publicité

10 mai 2020 - 09:29

Réouverture des écoles : la CSQ appelle à des milieux de vie sains et sécuritaires

En lien avec la réouverture scolaire aux niveaux préscolaire et primaire, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire interpellent le gouvernement quant à l’importance de garantir des milieux de vie sains et sécuritaires pour le personnel et pour les élèves.

Après la publication du guide de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour le milieu scolaire, les représentants de la CSQ demandent maintenant au gouvernement d’assurer la mise en place de mesures de distanciation et de protection du personnel scolaire ainsi que des enfants.

Pendant que bon nombre d’écoles déploient beaucoup d’efforts pour aller au-delà des normes sanitaires et répondre aux nombreuses inquiétudes légitimes, la Centrale et ses fédérations scolaires constatent que ce n’est pas le cas dans certains établissements scolaires. Le personnel enseignant, de soutien et professionnel rapporte ainsi qu’il reste encore beaucoup de travail pour assurer des milieux sains et sécuritaires pour tous. Par exemple, l’accès restreint aux lavabos, la rareté des produits désinfectants ou d’équipements pour le lavage des mains ainsi que l’étroitesse des lieux physiques constituent des problèmes qui méritent du temps de travail.

La CSQ et ses fédérations scolaires rappellent que, depuis le début de la crise, elles offrent leur entière collaboration pour trouver des solutions au bénéfice des élèves, du personnel et des parents. Dans le contexte où le choix d’ouvrir ses écoles, il n’y a effectivement pas de mode d’emploi pour la réouverture des écoles après une pandémie. Dans cet esprit, les organisations expliquent que la prudence est la meilleure conseillère et que le succès de l’opération reposera sur l’écoute que le gouvernement aura à l’endroit des gens du milieu scolaire. Une ouverture forcée de certains établissements qui ne seraient pas prêts ne se ferait à l’avantage de personne.

«Les enseignants ont bien hâte de retrouver leurs élèves, mais ils veulent que cela soit fait en toute sécurité. L’école aura changé, on devra s’adapter aux nouvelles façons de faire et procéder aux ajustements nécessaires. On peut faire confiance aux enseignants pour tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des enfants qui leur seront confiés, mais il faudra absolument s’assurer de les écouter s’ils sonnent une alarme dans un milieu qui ne répondra pas aux attentes et qui serait jugé non sécuritaire. Nous serons vigilants», a indiqué Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ).

«Le personnel de soutien scolaire est au front depuis le début de la crise sanitaire. Or, il fut très ardu d’avoir des consignes de nettoyage et de désinfection uniformes et claires à l’ensemble des commissions scolaires», a mentionné Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ).

Publicité


Publicité

Commentez cet article