Publicité

2 avril 2020 - 06:02

Sprint final pour le colmatage des nids-de-poule

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Alors que le mercure vacille encore sous zéro et que les accumulations d’eau donnent la vie dure aux chaussées de la Ville de Rivière-du-Loup, les équipes des Travaux publics de la Ville de Rivière-du-Loup entament le sprint final pour éradiquer ces redoutés nids-de-poule qui font leur apparition chaque année à la fin du mois de mars.

«C’est une opération printanière qui revient annuellement, quand les températures se situent autour de zéro degré Celsius. C’est très dur pour les infrastructures, l’eau entre dans les interstices et elle prend de l’expansion la nuit», explique Marc-Antoine Faucher, chef de division des Travaux publics à la Ville de Rivière-du-Loup.

L’utilisation d’asphalte froid est préconisée pour procéder à ces réparations, en attendant que les températures se stabilisent au-dessus du point de congélation. Les trous sont ainsi bouchés, mais les routes sont plus cahoteuses que lors des colmatages plus durables et permanents avec de l’asphalte chaud en été.

«Tant et aussi longtemps que nous n’aurons pas des températures positives, ce sont des opérations qui sont à refaire continuellement puisque l’eau s’accumule dans le chemin (…) Quand la chaussée et le mercure seront plus chauds, les réparations vont tenir. Lors de la saison estivale, nous allons rapiécer avec de l’asphalte chaud, qui donne de meilleurs résultats», complète M. Faucher. Au printemps, environ quatre tonnes d’asphalte sont utilisées quotidiennement par l’équipe de la Ville de Rivière-du-Loup. 

La pandémie de COVID-19 a forcé le service des Travaux publics à se réorganiser et les réparations sont effectuées cinq jours sur sept. Les cols bleus saisonniers ont été mis à pied et les permanents sont toujours à l’emploi de la Ville. Les horaires ont été réorganisés pour éviter que les employés de différentes équipes ne se croisent. «Nous avons installé du plexiglass dans les véhicules, pour faire une séparation à l’image de ce que l’on retrouve dans les voitures de police, parce que les employés sur la banquette arrière ne respectaient pas le un à deux mètres de distanciation», ajoute Marc-Antoine Faucher. Les opérations ne sont pas ralenties, mais le personnel a dû mettre les bouchées doubles pour planifier ces changements.

Parmi les points chauds qui ont régulièrement besoin d’amour de la part des Travaux publics, on retrouve la rue Témiscouata, qui est d’ailleurs inscrite dans le plan d’investissements routiers de la Ville de Rivière-du-Loup, la rue Amyot entre les intersection des rues Frontenac et Sainte-Anne, et une partie du boulevard Hôtel-de-Ville. M. Faucher souligne que les investissements des dernières années notamment du côté de la rue Lafontaine et de la rue Saint-Pierre ont certainement eu un impact sur les interventions réalisées dans ces secteurs, qui sont nettement à la baisse.

L’implication de la population permet d’accélérer les interventions des employés de la Ville sur le réseau routier. Les demandes plus urgentes sont habituellement réglées dans un délai de quatre heures. Les citoyens peuvent signaler les nids-de-poule à l’aide de l’application «VilleRDL» sur leurs appareils mobiles. Elle permet aussi de les géolocaliser et d’insérer une photo. Il est aussi possible de joindre la ligne téléphonique 418 862-NIDS (6437) ou de remplir le formulaire en ligne : https://villerdl.ca/fr/ville/administration/nous-joindre

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Signaler les nids de poule ! Vous voulez rire, c'est mission impossible. Même si on dispose de beaucoup de temps en ce moment, ça ne suffira jamais pour faire le tour de la ville avant l'automne.

    gilbert blachon - 2020-04-02 17:19