Publicité
21 janvier 2020 - 11:08

De l’argent pour la caserne incendie et le Centre Premier Tech

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 2

Les élus de Rivière-du-Loup étaient réunis pour une première fois en 2020 dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, ce lundi 20 janvier. Plusieurs dossiers étaient à l’ordre du jour, dont la caserne incendie et de nouveaux travaux à venir au Centre Premier Tech. 

Concernant la caserne incendie, la Ville de Rivière-du-Loup a procédé au dépôt et à la présentation d’un projet de règlement d’emprunt pour le paiement des honoraires professionnels en architecture et en ingénierie, ainsi que pour l’achat du terrain, pour la construction éventuelle de la nouvelle caserne. 

Le projet de règlement s’élève à 943 400 $. Il comprend 300 000 $ pour l’achat dudit terrain situé sur la rue Témiscouata, dans le quartier Saint-Ludger. Le reste va comme suit : 252 000 $ pour l’architecture, 102 300 $ pour l’ingénierie mécanique et électrique, 120 000 $ pour l’ingénierie structure et civil, 120 000 $ pour d’autres honoraires (arpenteur, télécom, laboratoire des matériaux) et 44 817 $ pour les frais incidents. 

Ce dossier est toujours aussi sensible pour des citoyens, dont certains questionnent encore la décision de la Ville d’abandonner son projet de «rénovation» de l’édifice Rosaire-Gendron afin d’opter vers une construction neuve au sud de la ville. Le cout du projet à venir, inconnu pour le moment, cause également plusieurs interrogations.  

«On veut prendre les devants et engager des professionnels pour nous aider à sortir un prix et à regarder les besoins avec l’équipe incendie, a mentionné la mairesse Sylvie Vignet. Les besoins qui avaient été analysés, c’était pour la rénovation d’un bâtiment existant. Travailler dans du vieux, on l’a fait, on sait ce que ça donne et on sait les couts associés à cela. On pense que notre caserne va nous couter moins cher et que les besoins seront révisés à la baisse. C’est le mandat qu’on a donné.»

Questionnée sur le montant qui a été investi jusqu’à présent, l’administration municipale a confirmé que 478 000 $ ont été déboursés en honoraires dans le «premier projet», lorsqu’il était toujours question de faire du neuf avec du vieux.  Un exemple qui vient démontrer l’importance de mener les projets à terme, selon Mme Vignet. 

Soulignons que le projet de règlement d’emprunt pourra fait l’objet de processus d’approbation référendaire. L’avis concernant la marche à suivre sera publié dans votre Info Dimanche en février. 

CENTRE PREMIER TECH 

Par ailleurs, la Ville de Rivière-du-Loup refera une beauté au Centre Premier Tech en vue de la présentation de la Finale des Jeux du Québec à l’hiver 2021. Les élus ont procédé au dépôt d’un projet de règlement d’emprunt totalisant 250 000 $ pour la «mise à niveau des infrastructures et des équipements». 

Concrètement, la Ville souhaite rafraichir des revêtements intérieurs et extérieurs, remplacer des planchers intérieurs, effectuer la réfection de surfaces de béton intérieures, réaliser des aménagements extérieurs et procéder à l’achat d’équipements. Cette somme s’ajoute à l’investissement important réalisé pour les travaux de réfection du Stade de la Cité des Jeunes qui comprenait également quelques ajouts au Centre Premier Tech. 

«C’est de l’entretien qui doit être fait avant les Jeux […] Il y a une question de fierté, mais il reste que c’est un bâtiment de plusieurs années. Il y a des places où ce n’est pas très beau, où le ciment est cassé. Il y a plusieurs petites choses à remplacer», a expliqué Mme Vignet. 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • les élus de la ville vont nous ruiner en taxe c'est vraiment écœurant il font juste d'endetter les gens on est plus capable de payé je suis contre tout ces projet point final.

    Laurier - 2020-01-21 18:45
  • Ils ne comprennent vraiment pas le danger qu'ils font courir aux gens du centre ville en construisant cette caserne qui aura un accès plus facile vers St-Modeste, St-Arsène, St-Antonin ou Cacouna que du centre commercial, en cas de feu aux heures de pointe. Passer par la voie de contournement, c'est 11km de plus pour le camion d'incendie. Quel gâchis. Pauvres élus qui auront à vivre des moments douloureux lorsqu'il y aura mort d'homme à cause de cette mauvaise décision.

    Pense bête - 2020-01-21 16:58