Publicité
22 janvier 2020 - 06:56

La vente de la Villa des Basques se fait toujours attendre

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

«Ça va aboutir un jour», a mentionné Roberto Dionne, directeur général de la Caisse Desjardins des Basques, à propos de la vente de la Villa des Basques de Trois-Pistoles. M. Dionne espérait une transaction confirmée au cours de l’automne 2019, mais les évènements des derniers mois ont peut-être ralenti l’ardeur d’acheteurs potentiels.

M. Dionne a confirmé qu’il n’y a pas à l’heure actuelle d’offre officielle sur le bureau du Mouvement Desjardins. «Une offre sérieuse, c’est nous qui l’approuverons», a-t-il noté. Selon le directeur général de la Caisse Desjardins des Basques, le dossier suit son cours et quelques acheteurs potentiels ont été ciblés par l’agent immobilier qui a été engagé pour piloter le processus de vente. Le gestionnaire de l’établissement au nom du Mouvement Desjardins, Price Waterhouse, a choisi de ne pas faire un appel d’offres public mais plutôt de procéder à une analyse de groupes intéressés.

Rappelons que le 12 octobre 2018, une mise sous séquestre avait été ordonnée par un juge en faveur du Mouvement Desjardins. Le gestionnaire de l’établissement au nom du Mouvement Desjardins, Price Waterhouse, a alors octroyé un mandat à l’entreprise COGIR, qui possède des résidences pour ainés, pour opérer la Villa des Basques temporairement.

Rappelons que le directeur général de la Caisse Desjardins des Basques a rassuré les membres de l’institution financière après la mise sous séquestre de la Villa des Basques. Il avait indiqué que les actifs de la Caisse dans ce dossier sont garantis par un assureur hypothécaire.

RÉSIDENCE PRIVÉE POUR AINÉS

L’année 2019 s’est mal terminée à la Villa des Basques avec un incendie le 29 décembre et la relocalisation pour quelques jours de ses 71 résidents. Cet évènement malheureux et la possibilité de la construction d’une nouvelle résidence pour ainés de plus de 100 unités de logement à Trois-Pistoles rendent-ils frileux les acheteurs potentiels?

Autant Roberto Dionne que Jean-Pierre Rioux, maire de la Ville de Trois-Pistoles, se sont fait rassurants à cet effet. «La Villa des Basques, elle est belle à acheter. Concernant le projet de résidence privée, je n’ai pas trop peur de l’autre bâtisse», a mentionné M. Dionne. Pour sa part, Jean-Pierre Rioux a indiqué que le projet visait une clientèle différente. «Le cout pour y résider ne serait pas à la portée de toutes les bourses. La Villa des Basques ne se videra pas si la nouvelle résidence est construite», a-t-il soutenu. Actuellement, ce type d’hébergement est absent du territoire de la MRC des Basques, les résidences haut de gamme les plus proches se trouvant à Rimouski ou Rivière-du-Loup.

Toutefois, le résultat de l’étude de faisabilité sur ce projet d’hébergement pour ainés actifs présenté à près de 120 personnes en octobre 2019 par Pierre Bélanger, économiste, peut laisser songeur. Ainsi, le projet proposé se base sur une construction d’un immeuble disposant entre 140 et 175 unités de logements, comprenant des 2 ½, 3 ½ et 4 ½ répartis sur 5 à 6 étages. Un service de restauration serait aussi pertinent pour desservir l’ensemble des résidents, pour au moins un repas par jour. Il est aussi proposé que des unités de résidences intermédiaires (RI) puissent s’intégrer au projet.

«Il manque d’alternatives dans notre milieu, la nouvelle résidence offrirait de l’hébergement de qualité à cout plus élevé. De plus depuis que les propriétaires de la Villa des Basques ont décidé de ne plus accueillir de clientèle (15 places) en ressource intermédiaire (RI), ce service n’est pas offert dans les Basques; il y a également ce besoin-là à combler», a souligné M. Rioux.

Concernant le nombre d’unités de logement de la nouvelle résidence pour ainés, le maire de Trois-Pistoles est plus conservateur. «Je crois qu’il faudrait être plus prudent», a-t-il lancé sans toutefois préciser un nombre de personnes de 50 ans et plus qui pourraient y habiter. «Il y a un promoteur qui a montré un intérêt au dossier, l’année 2020 va être déterminante», a conclu Jean-Pierre Rioux.

La fermeture de la résidence de personnes âgées Le Couvent de Trois-Pistoles en juin dernier a également marqué la dernière année à Trois-Pistoles. C’est après cela que la Ville a pris la décision d’amorcer des démarches pour favoriser la construction d’une résidence neuve en collaboration avec un promoteur privé. Il s’agit d’un projet d’envergure, estimé à environ 20 millions de dollars.

Publicité


Publicité

Commentez cet article