Publicité

14 janvier 2020 - 14:32 | Mis à jour : 15:39

Pour que les hommes puissent atterrir et redécoller du bon pied

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 2

Ce n’est pas parce que le ciel est dégagé qu’il ne peut pas s’ombrager rapidement. Il en va de même pour nos vies. Chaque semaine, des hommes de la région vivent des bouleversements importants qui chamboulent leurs repères. Certains réussissent à retrouver leur voie, alors que d’autres ont besoin d’une oasis, d’un répit et parfois d’un peu d’aide afin de retrouver le droit chemin. 

C’est avec ces besoins en tête, cette réalité précise, que Trajectoires Hommes du KRTB et le Centre prévention suicide du KRTB ont lancé officiellement, ce mardi 14 janvier, une campagne de financement de 250 000 $ permettant la mise en place d’un nouveau service d’hébergement pour les pères et les hommes de la région. Un projet «emballant» qui est une première au Bas-Saint-Laurent. 

Voilà une dizaine d’années que cette idée, celle de devenir propriétaire d’un bâtiment dans lequel il serait possible d’offrir de l’hébergement de soutien et d’accompagnement sous forme d’appartements et de studios, se discute chez Trajectoires Hommes. On souhaite maintenant que l’initiative, appelée «Un toit pour tous», prenne vie au courant de la prochaine année et que le service soit offert en décembre 2020. 

«Les ruptures amoureuses, les difficultés en général, personne n’est à l’abri de cela. Une séparation, par exemple, c’est un deuil…de sa conjointe, mais aussi des amis et des projets communs. C’est beaucoup de choses en même temps et c’est une période très difficile à vivre. Parfois, on a seulement besoin de pouvoir se déposer quelque part, avant de repartir», partage Serge Bélanger, directeur de Trajectoires Hommes du KRTB. «Les hommes vont pouvoir avoir le temps de prendre conscience de ce qui se passe, de se réorienter et de reprendre pied», ajoute-t-il. 

Les statistiques de l’organisme ne mentent pas. Sur une moyenne de 200 hommes rencontrés par année, 20 % auraient besoin d’hébergement. Sur plus de 205 dossiers actifs du 1er avril 2019 à ce jour, une trentaine d’hommes auraient aussi nécessité une aide concrète, mais ils ont dû être orientés chez des proches, vers d’autres organismes communautaires ou même vers le motel. 

LE PROJET

Concrètement, les deux organismes sont à la recherche d’un bâtiment qui pourrait non seulement accueillir leurs bureaux administratifs respectifs, mais également permettre l’aménagement de quelques appartements indépendants à Rivière-du-Loup, le centre des MRC de la région. Le projet dans sa globalité est estimé à plus de 900 000 $ et le montage financier serait complété par les organismes et des subventions. 

Les hommes y seront accompagnés et soutenus dans le maintien du lien parental avec leur enfant ou dans leurs activités (emploi, études, relations sociales ou familiales), face aux idéations suicidaires, etc. Ce n’est toutefois pas un centre de crise, ni un service 24/7. 

«D’offrir une alternative [aux hommes qui vivent des difficultés], de leur permettre d’atterrir et d’avoir du temps pour réfléchir avant de repartir, c’est ça l’objectif», image Mélanie Dumont, directrice générale du Centre de prévention suicide du KRTB.

LA CAMPAGNE 

La coprésidence d’honneur de la campagne a été confiée au dynamique couple louperivois formé de David Falardeau et d’Alex Ann Villeneuve Simard. Le duo n’a d’ailleurs pas hésité à embarquer dans le projet, se disant touché et interpellé par la cause. 

«Moi, j’ai été chanceux dans la vie. J’ai placé mes pions et les dés sont parfois tombés du bon côté, mais il ne suffit pas de grand-chose pour que tout se renverse, témoigne David Falardeau. En ce moment, ça va bien, alors j’ai envie d’aider quelqu’un qui en a besoin. Peut-être qu’un jour, ce sera mon tour.»

Évidemment, plusieurs activités de financement seront organisées au cours des prochains mois. Dans le cadre de la campagne, qui se veut également une opportunité de faire de la sensibilisation auprès de la population et des gens d’affaires, 12 hommes, des ambassadeurs, seront sollicités. Ces personnalités publiques seront appelées à contribuer financièrement, mais aussi à porter le mouvement à travers leur carnet de contacts. 

Guillaume Lavoie, directeur de l’Hôtel Levesque, a été le premier à confirmer sa participation. Le député Denis Tardif a annoncé en conférence de presse qu’il allait lui aussi s’impliquer grâce à son budget discrétionnaire. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Très belle initiative!

    Nathalie Lessard - 2020-01-16 19:50
  • Bravo pour implication,pour avoir vécue des situations semblables et même plus !!! Je suis de tout cœur avec vous.bonne journée 👍🌞

    Richard A.CHABOT - 2020-01-15 13:19