Publicité
17 janvier 2020 - 06:54

Des Municipalités pourraient se regrouper pour la collecte des boues de fosses septiques

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 2

Les Municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup sont consultées sur la possibilité de créer un éventuel regroupement pour la collecte des boues de fosses septiques. Co-Éco a été mandaté à titre de consultant-conseil afin de vérifier l’intérêt des conseils municipaux à cet effet.

Cette démarche fait suite au Plan de gestion des matières résiduelles de la MRC, une demande émise en 2018. «Selon le Plan, il y a un objectif d’étudier cette possibilité. Co-Éco peut seulement faire une recommandation à la MRC. De plus, il n’y a pas d’échéancier pour une prise de décision», a mentionné François Lapointe, chargé de communication et de sensibilisation à Co-Éco. «L’objectif à terme est de valoriser à 100 % les boues de fosses septiques», a souligné M. Lapointe.

Un tel regroupement municipal permettrait entre autres de négocier en groupe les tarifs pour la collecte des boues de fosses septiques et également d’uniformiser le service sur le territoire de la MRC. Actuellement, certaines Municipalités ont adopté une règlementation à cet effet tandis que d’autres font confiance aux citoyens, ce qu’a confirmé Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup.

«Saint-Hubert a encadré la vidange des fosses septiques», a donné en exemple M. Lagacé. Cette Municipalité compte d’ailleurs sur son territoire trois lacs regroupant quelques centaines de résidences saisonnières et permanentes. Les propriétaires d’une résidence permanente doivent effectuer la vidange à tous les deux ans tandis que ceux ayant un chalet saisonnier ont cette obligation aux quatre ans.

On estime à 1 000 000 le nombre de résidences isolées au Québec. Au niveau de l’ensemble de la province, le Règlement sur l’évaluation et le traitement des eaux usées des résidences isolées encadre celles de six chambres à coucher ou moins qui ne sont pas reliées à un réseau d’égout. Le Règlement s’applique également aux autres bâtiments et aux terrains de camping rejetant exclusivement des eaux usées domestiques dont le débit total quotidien est de 3 240 litres par jour ou moins. Son application relève d’ailleurs de la responsabilité des Municipalités et des MRC dans le cas des territoires non organisés. Des actions peuvent être prises par les Municipalités et les MRC pour optimiser la gestion des fosses septiques et ainsi mieux protéger le milieu de vie de leurs citoyens.

Lors de la vidange des fosses septiques, les boues sont récupérées par une entreprise privée qui en fait la collecte. Par la suite, les boues sont décantées dans des étangs et ultimement valorisées par de l’épandage dans des champs. Notons que les boues de fosses septiques n’ont plus de valeur en méthane après deux ou trois ans. «Ce n’est donc pas une matière qui peut être utilisée à l’usine de méthanisation», a précisé le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup.

Le gouvernement du Québec recommande la mise en place d’un cadre de gestion des fosses septiques par une Municipalité ou à plus grande échelle par une MRC ou une régie. Des Municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup pourraient donc mettre en commun dans un premier temps la gestion de la collecte des boues de fosses septiques, comme cela a été fait en Montérégie. Les Municipalités membres de la Régie de gestion des matières résiduelles de cette région ont mis sur pied un programme complet de vidange d’installations septiques incluant la coordination, la collecte, le transport et le traitement des boues.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Il y a déja un monopole depuis que Campor a acheter SaniLang

    Jules - 2020-01-17 22:42
  • Encore une façon de favoriser des monopoles qui avec le temps n'offriront pas de prix compétitifs.

    Bob - 2020-01-17 09:56