Publicité

4 janvier 2020 - 06:59

Une année chargée pour le maire de Notre-Dame-des-Neiges, Jean-Marie Dugas

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Lorsqu’il a été élu maire de Notre-Dame-des-Neiges en 2017, Jean-Marie Dugas était loin de se douter qu’il serait impliqué dans des dossiers majeurs tels que l’implantation d’une usine de cannabis, les importants bouchons de circulation en plein été sur la route 132 et du sauvetage du traversier l’Héritage 1. La dernière année a été marquante pour cet ancien avocat militaire débarqué dans le milieu de la politique municipale il y a deux ans.

«J’étais un retraité des Forces armées, tranquille chez moi. Un moment donné, mon prédécesseur (André Leblond) est venu me voir avec un autre des conseillers, il y a six ans, mais je venais tout juste de m’installer. Quatre ans après, il est revenu me voir. J’ai dit que j’allais réfléchir pendant deux semaines. J’ai fait ma petite tournée des gens qui m’entourent. J’ai appelé à peu près tout le monde, et ils m’encourageaient à me lancer», a raconté M. Dugas.

Près de la route 132, les travaux se déroulent rondement afin de mettre sur pied une usine de production de cannabis à Notre-Dame-des-Neiges. Selon le maire, le projet avance, bien que les promoteurs se fassent discrets. «Les fondations sont complétées. Ils attendent le métal pour faire l’armature du bâtiment et prévoyaient leur première production au printemps», explique M. Dugas. Cette usine devrait créer plus d’une vingtaine d’emplois. Il y a deux ans, on parlait d’un investissement initial de 8 M$, avec la possibilité d’une deuxième phase d’agrandissement, si tout se déroule bien. Pour nous à Notre-Dame-des-Neiges, c’est un gain important. Toute nouvelle construction est un gain également», complète le maire de la municipalité. Le bâtiment est situé sur les terrains de l’ancienne usine Tembec. Des développements sont attendus en 2020 dans ce dossier.

ROUTES 132 et 293

La route 132 dans le secteur de Notre-Dame-des-Neiges a aussi fait couler beaucoup d’encre encore une fois lors de la période de vacances de la construction. «Les lumières de circulation sont un bon ajout, mais elles sont loin d’être parfaites (…) Il (le ministère des Transports) doit travailler encore un peu pour qu’elles fonctionnent correctement». Pour ce qui est de l’ajout d’un tronçon de l’autoroute 20 entre Notre-Dame-des-Neiges et Rimouski, on est encore loin de la coupe aux lèvres selon M. Dugas. Le projet n’est même pas inscrit au Plan québécois des infrastructures présenté en 2018.

Le tracé de la route 293 à Notre-Dame-des-Neiges, en périphérie de Trois-Pistoles, doit également être refait. Selon l’estimation préliminaire des couts du projets dévoilée lors de la tenue d’une séance d’information du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement en 2014, l’estimation préliminaire des travaux sur la route 293 se chiffre entre 25 et 50 M$. Les secteurs touchés par le réaménagement du ministère des Transports se situe entre les kilomètres 44 et 48 et il vise à éliminer les courbes dangereuses. «C’est beaucoup d’investissement. On a besoin d’une certaine entente avec Trois-Pistoles. Les discussions qu’on a eues avec le ministère des Transports, c’est d’amener l’aqueduc et l’égout en haut du cimetière pour cette portion de la municipalité qui n’est pas desservie, tant qu’à creuser pour refaire le chemin».

L’HÉRITAGE 1

En novembre, le milieu politique des Basques a hérité d’un dossier majeur, soit le sauvetage du navire l’Héritage 1, qui relie Trois-Pistoles aux Escoumins. Le gouvernement a refusé d’aider financièrement la Compagnie de navigation des Basques afin de mettre ce bateau en cale sèche et de faire des travaux de plus de 5 M$ pour le mettre à niveau. La Régie intermunicipale des infrastructures, formée des municipalités de Trois-Pistoles, les Escoumins et Notre-Dame-des-Neiges, de même que de la Première Nation Essipit, détient le navire à 98,4 %. Selon M. Dugas, lors de la rencontre avec le gouvernement du 19 décembre dernier, le ministère des Transports considérait que le milieu a fait ses devoirs. La mobilisation de la communauté de Trois-Pistoles et des environs en faveur de l’Héritage 1 et du développement économique qu’il représente a certainement de quoi motiver les acteurs politiques.

«C’est incroyable. Des gens de tout acabit, des jeunes, des moins jeunes, les parents viennent avec les enfants, les personnes plus âgées. C’est d’une beauté, ça enlève un poids sur les épaules. Des fois c’est le petit coup de pied dans le derrière, que ça prend pour sortir de chez vous», a commenté Jean-Marie Dugas. Ce dernier a aussi tenu à souligner la qualité des employés qui ont su tenir ce lien maritime à bout de bras pendant les difficultés connues par la traverse de Matane. «La traverse entre Trois-Pistoles et les Escoumins rapporte dans les deux régions de 5 à 8 M$ de retombées économiques et crée 29 emplois», complète M. Dugas. De plus, entre 65 et 70 emplois sont reliés directement à la traverse.  La Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges a pris la décision d’utiliser son surplus de 70 000$ afin de réduire l’augmentation des taxes des citoyens à seulement 2%.  

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article