Publicité
14 décembre 2019 - 06:02

Un changement de zonage nécessaire pour le projet La Maison d’Amable à Rivière-Bleue

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 4 septembre dernier, une vingtaine de personnes ont assisté à une rencontre d’information et de consultation sur un beau projet de développement économique et social à Rivière-Bleue, soit la mise en valeur de la Maison d’Amable, prénom du propriétaire du premier magasin général au Pied-du-Lac.

Ruth Lepage est maintenant propriétaire de l’ancienne maison St-Pierre (Amable) et Bégin (Roland - durant 40 ans), qui est inoccupée depuis huit ans. Elle souhaite que ce projet soit communautaire, qu’un organisme à but non lucratif (OBNL) achète la propriété. Une première embuche s’est présentée quand elle a constaté que le zonage à cet endroit était pour des maisons familiales.

Mme Lepage s’est donc tournée vers la Municipalité de Rivière-Bleue et la MRC de Témiscouata pour demander un changement de zonage pour que la propriété soit considérée dans un milieu de villégiature. «Il y avait quatre zonages différents dans le secteur et la maison a été mise dans l’agro-forestier», a expliqué Mme Lepage.

Située non loin de la Chapelle au Pied-du-Lac, un autre projet auquel est impliquée depuis trois ans Ruth Lepage, La Maison d’Amable pourrait être ouverte pendant trois saisons et avoir quelques vocations, dont un dépanneur aux allures de magasin général, un gite pour touristes et un café-terrasse. On pourrait également à plus long terme envisager l’ajout d’un centre d’interprétation sur l’histoire des moulins à bois du lac Long et de Rivière-Bleue de même qu’une crèmerie. La Maison d’Amable aurait aussi le potentiel pour devenir un mini centre de réintégration socioprofessionnelle. Construite en 1923, la Maison d’Amable contient 15 pièces et deux remises annexées à la bâtisse principale sur quatre étages, avec aussi un garage.

La Corporation de développement économique du Transcontinental (CODET) collabore à l’élaboration du projet. Une évaluation sommaire établit des travaux à réaliser pour environ 75 000 $. «Nous avons fait certains travaux pour protéger la maison contre l’infiltration d’eau et l’humidité. Il y aura certainement un délai pour la suite des choses avec la demande de changement de zonage. On va faire ce qu’on peut et rechercher du financement», a conclu Ruth Lepage.

Publicité


Publicité

Commentez cet article