Publicité
21 novembre 2019 - 08:55 | Mis à jour : 14:53

Les Basques se mobilisent pour l’avenir de la traverse à Trois-Pistoles

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 2

Alors que l’un des initiateurs des Assemblées citoyennes des Basques, Sébastien Rioux, s’attendait à accueillir 150 personnes à la cafétéria de l’école secondaire de Trois-Pistoles, le premier décompte a plutôt démontré qu’environ 300 personnes concernées par l’avenir de la traverse reliant Trois-Pistoles aux Escoumins se sont rassemblées le 20 novembre.

La journée même, le ministre des Transports, François Bonnardel, a déclaré qu’il n’y aurait pas de service de traverse entre Trois-Pistoles et Les Escoumins en 2020. L’Héritage 1 nécessite des travaux d’environ 5 M$ avant de pouvoir naviguer, la saison prochaine et le gouvernement du Québec a refusé il y a maintenant une semaine d’accorder du financement.

L’assemblée a commencé par une allocution du capitaine du navire l’Héritage 1, Jean-Philippe Rioux. Il a présenté le dossier et répondu aux questions des citoyens. À noter qu’il ne s’agissait pas d’une rencontre d’information, mais plutôt d’échanges pour discuter de la situation et favoriser la mobilisation de la communauté des Basques.

«Plusieurs solutions ont été abordées, comme trouver d’autres sources de financement, faire des pressions sur la Coalition avenir Québec, faire circuler des pétitions (…) Je suis encore impressionné de la réponse de la population, qui est plus grande qu’espéré. J’ai ressenti une grande solidarité chez les gens présents», a exprimé l’initiateur de ces Assemblées citoyennes, Sébastien Rioux. Des citoyens de tous les horizons, élus, matelots, membres de l’équipe de la traverse de Rivière-du-Loup ont participé à cette soirée. Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif n'était pas présent. 

Un groupe de travail d’une vingtaine de personnes a été formé au terme de la rencontre afin de poursuivre les actions de mobilisation au cours des prochaines semaines. «On a montré qu’à Trois-Pistoles, ont est tissé serré. En créant les Assemblées citoyennes, on se disait qu’on créait un espace démocratique de discussion, et qu’en cas de crise, ce serait un bon outil. On l’a démontré ce soir», a ajouté Sébastien Rioux.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, a lui aussi été encouragé par la réponse des citoyens des Basques. La volonté politique de tenter de faire renverser la décision du gouvernement du Québec est d'autant plus importante. «On a reçu un signal extrêmement fort de la part de la population, en appui à leur traversier et à leur ''héritage'' de traverse des 100 dernières années. C'est certain que ça nous donne du gaz pour aller de l'avant et pour développer une stratégie qui va nous permettre de rassurer le ministre des Transports (François Bonnardel)», a-t-il commenté. M. Denis croit que la Société des traversiers du Québec a apeuré le ministre avec ses conclusions à propos de l'état du traversier l'Héritage 1 et de sa durée de vie estimée. «La balle est dans notre camp. Il faut faire la démonstration au ministre qu'il n'y a pas péril en la demeure et on peut compter sur un superbe appui de la population», conclut le préfet. 

Il s’agissait de la 6e rencontre des Assemblées citoyennes des Basques, qui comportent différents thèmes, en fonction de l’actualité. Une banderole illustrant l’Héritage 1, avec l'inscription «Sauvons l'Héritage 1. La seule traverse qui traverse»  a d’ailleurs été déployée au cours de la soirée, un pied de nez aux problèmes vécus au cours de la dernière année par les navires de la STQ, le F.-A. Gauthier, l'Apollo et le Saaremaa. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Voila ce qui arrive quand on légalise le pot... mirage et show de boucane !

    Tous du même bord, a courir vers le précipice... cessez de vous comporter en troupeau
    votre jupon dépasse tellement que vous allez vous enfarger dedans bien assez vite.

    ( Bloquer la 132... la 138... comme c'est intelligent et original !! )

    Les gens qui débarquent de cette épave sont tellement contents de toucher la terre ferme qu'ils
    n'ont qu'une envie, reprendre la route ! Vous repasserez avec vos lubies de pseudos retombées économiques... sinon vous n'auriez pas besoin de quêter pour faire ce que vous avancez.

    Ayez au moins l'honnêteté intellectuelle de mentionner que cette traverse a aussi eue plus que sa part d'avaries = hélices écorchées, transmission sautée = par quoi, pourquoi ?? Amen !

    Ils se réjouissent du malheur des autres traverses, mais n'eût été des déboires des autres, cette saison-ci aurait probablement été déficitaire, comme elles ont l'habitude de l'êtres a se
    traîner sur la vase...

    Une compagnie sérieuse prévoit a long terme, justement pour les coups durs et le remplacement de ses actifs... Heureusement qu'ils ne sont pas en compétition avec la NASA

    Les scientifiques vous le disent = il faut réduire l'activité humaine qui brûle du carburant
    fossile !

    Votre bijou d'architecture naval en consomme, de même que les véhicules qu'il transporte...

    Rendez service a la planète, allez planter de la bière ou buvez du pot, ou l'inverse, jouez du tam tam, allez en kayak de mer, mais cessez de vous prendre pour des armateurs amateurs !

    Une traverse a l'année entre Cacouna-Tadoussac et l'autre a Matane est amplement suffisant mais avec des navires fiables et écologiques, tous compatibles aux deux endroits + un autre pour la relève en période de pointe et pour parer au bris et aux entretiens, voila une solution viable et responsable.








    Le bon yeu - 2019-11-21 21:09
  • So! So! So! Solidarité!!!
    Il ne faut pas lâcher.
    La traverse de Trois-Pistoles est primordiale dans le Bas-Saint-Laurent. La preuve en a été faite encore plus cette année avec un achalandage record .

    Michel Bédard - 2019-11-21 17:24