Publicité
21 août 2019 - 14:23 | Mis à jour : 14:59

L’Internet à haut débit en milieu rural est une priorité pour Denis Tardif

Toutes les réactions 2

La mise en place de la connexion à Internet à haut débit et d'un réseau cellulaire à large bande passera bientôt à une seconde phase de son déploiement en région afin de doter le milieu rural d’infrastructures numériques adéquates.

Cette seconde phase, appelée «Québec haut débit en milieu rural», bénéficiera d’un investissement additionnel de 400 M$ par le gouvernement du Québec sur une période de sept ans.

Une étroite collaboration des municipalités et MRC est aussi nécessaire afin de s‘assurer que les demandes soient déposées dans les meilleurs délais. Le gouvernement est aussi en attente de la confirmation de la participation fédérale à cet investissement.  

Pour l’année financière 2019-2020, c’est une somme de 40 M$ qui sera investie par Québec dans les infrastructures numériques indispensables à l’amélioration des possibilités de croissance économique et du niveau de vie des communautés rurales.

C’est le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec qui est responsable de ce dossier au gouvernement du Québec. «Nous travaillons avec le député Gilles Bélanger, adjoint parlementaire au ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, pour la mise en place de cette seconde phase du programme de subvention et ainsi permettre de brancher davantage de foyers à un réseau convenable dans la circonscription, et ce, le plus rapidement possible», s’est tracé comme ligne de conduite Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup-Témiscouata.

«Les besoins sont grands et pleinement justifiés, personne n’en doute et depuis longtemps. Nous l’avons senti lors de l’annonce des deux gouvernements faite à Saint-Pascal pour brancher dix municipalités, dont cinq, dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata. Je suis conscient que si des efforts majeurs sur l’implantation d’Internet dans les régions ont été faits au cours des dernières années avec le premier programme Québec branché, la couverture Internet dans la région demande encore beaucoup d’investissements afin de permettre de couvrir convenablement toutes les résidences de la région. La question des prix demandés aux clients fait aussi partie de mes préoccupations», a ajouté Denis Tardif.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • a lisle verte on paye et on est encore aux signaux de boucane age de pierre

    gagaz - 2019-08-21 15:40
  • N'oublions pas aussi que ce qui était présenté comme de la haute-vitesse en 2003-2005 quand les villages (excluant les rangs et autres habitations se trouvant trop loin des relais...) de nos mrc y ont été branchés, est considéré comme de l'entrée de gamme (Et encore...) dans les grands centres aujourd'hui... Quand les derniers se seront enfin affranchis des modems et autres solutions boîteuses, faudra déjà penser à moderniser.

    Citoyen Techno - 2019-08-21 14:51