Publicité
7 août 2019 - 06:59

Bilan de l’état des chaussées au Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le plus récent bilan de l’état des chaussées du réseau routier supérieur québécois révèle que sur les 2 044,4 kilomètres de routes au Bas-Saint-Laurent, 72,2 % d’entre elles sont en bon état, tandis que 21,3% comptent des déficiences mineures, et 6,5% présentent des déficiences majeures.

Selon le relationniste Gilles Payer du ministère des Transports du Québec, une route présentant des déficiences majeures est considérée comme en fin de vie utile pour diverses raisons. «Il va falloir la refaire dans trois ans ou moins puisqu’elle présente des fissures, de l’orniérage, une susceptibilité au gel et qu’elle entre dans nos critères de l’indice de rugosité international qui mesure le confort au roulement», explique-t-il. L’an dernier au Bas-Saint-Laurent, 73,5 % des routes étaient en bon état.

M. Payer ajoute que le 6,5% de routes du Bas-Saint-Laurent démontrant des déficiences majeures font l’objet d’une attention particulière, même si elles ne sont parfois pas situées dans des secteurs prioritaires. «Pour notre stratégie d’intervention, on choisit le meilleur rapport couts et bénéfices. Une route plus durable coute aussi plus cher. C’est comme mettre du bardeau sur le toit de sa maison, on peut choisir du 30 ans ou du 15 ans. On peut choisir d’opter pour du 15 ans parce qu’on a d’autres réparations à faire ailleurs, par exemple (…) Ce n’est pas parce que les travaux coutent deux fois plus cher que la route va durer deux fois plus longtemps. L’idée, c’est que les routes soient sécuritaires. Parfois pour qu’elles durent deux fois plus longtemps, ça coute trois fois plus cher, et c’est aussi plus long à faire. Il y a également les entraves routières à prendre en compte», précise le relationniste. Il ajoute que les routes réparées en priorité sont celles qui doivent composer avec un plus lourd volume de circulation et qui sont utilisées par un plus grand nombre d’automobilistes.

Chaque printemps, le ministère des Transport planifie la programmation des travaux à effectuer sur chacun des territoires.  Pour l’année 2018-2019, les prévisions d'investissement étaient de 606 millions de dollars pour la conservation du réseau routier québécois. Pour le Québec en entier, 78,2 % des routes sont en bon état, 18,4 % présentent des déficiences mineures, et 3,4 %, des déficiences majeures.

Le bilan de l’état des chaussées du réseau routier supérieur québécois pour l’année 2018 a été réalisé à la suite de la campagne d’auscultation effectuée au cours de la même année.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Allez vous promenez secteur du 1er rang (4 coin chemin du lac) st-Antonin en allant vers st-Alexandre,
    C'est du sport

    [email protected] - 2019-08-07 16:24