Publicité
10 juillet 2019 - 11:30 | Mis à jour : 11:50

Départ de Jacques Poulin

Un conseil de Ville et des fonctionnaires divisés

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 14

Le directeur général de la Ville de Rivière-du-Loup, Jacques Poulin, considéré par plusieurs comme la colonne vertébrale de l’appareil municipal louperivois, a quitté ses fonctions le 4 juillet dernier à la suite d’une entente avec le conseil municipal. Son départ a entrainé de nombreuses réactions dont certaines particulièrement virulentes.

Un départ qui semble aussi avoir mis en lumière un schisme entre les employés et le conseil municipal. On pourrait même parler de fracture entre les directeurs de services et les élus.

Info Dimanche a appris qu’à l’automne dernier, les employés-cadres se seraient tous réunis pour discuter et établir ce qu’ils décrivent comme un plan de match afin d’identifier des éléments permettant de corriger le climat de travail présenté comme «difficile».

La directrice par intérim du Service des communications, Karine Plourde confirme la tenue de représentations qui ont été amenées à la Commission des finances et du personnel, volet personnel. Mme Vignet a entamé une série de rencontres avec des directeurs.

  >> Aussi à lire : La lettre ouverte de Nicolas Gagnon

«Les élus ont ensuite choisi de faire appel à une ressource externe, afin de favoriser la compréhension mutuelle des rôles spécifiques de chacun, dans un contexte constructif et d’échanges sur la complémentarité essentielle du rôle des élus municipaux et celui de l’équipe de direction, ainsi que dans le souci d’amélioration constante de la prestation de services aux citoyens», a souligné par courriel Mme Plourde. À noter que le processus avait déjà cours au moment du départ de M. Poulin.

RÉACTIONS

À la suite de l’annonce du départ de Jacques Poulin sur infodimanche.com, deux anciens employés de la Ville, l’ex-chargé de projet à la révision du plan d’urbanisme, Nicolas Gagnon et l’ex-directeur des communications, David Lemelin se sont fendus de commentaires particulièrement critiques à l’endroit de l’actuel conseil de Ville.

M. Gagnon reproche aux élus de s’être faits les porte-paroles des individus au détriment d’une vision globale.

«Ils sont au conseil comme ils seraient dans un club Lion ou un club Richelieu: pas pour mettre en œuvre une vision ou pour prendre des décisions difficiles pour le bien commun, mais pour rencontrer du monde, se faire aimer et être quelqu’un.»

Ce dernier déplore le manque de reconnaissance des élus envers leurs fonctionnaires qu’il dit démobilisés.

«Travailler sur un plan d’urbanisme avec un conseil qui a comme principe de laisser tout passer sous prétexte que n’importe quel projet serait du «développement « ne faisait aucun sens pour moi. (...) J’ai travaillé depuis 20 ans avec de très nombreux conseils municipaux, dans plusieurs municipalités. Celui-ci est, pour de très nombreuses raisons que j’ai ici à peine effleurées, un des pires avec lequel j’ai eu à collaborer.»

De son côté, David Lemelin n’a pas mâché ses mots. Dans une longue tirade publiée sur infodimanche.com, l’ancien directeur des communications s’est désolé de voir que l’intérêt commun était supplanté par l’intérêt personnel.

«Avoir le culot de se départir du probable meilleur DG au Québec (un DG qui a été récompensé et apprécié de ses pairs), compte tenu de la «force» du conseil, c’est au mieux hasardeux, voire irresponsable. Je suis moi-même parti parce que j’en avais assez de faire du plein avec du vide. Or, pour moi, présider aux destinées d’une ville requiert des connaissances, du savoir-faire, du jugement et une vision, un ensemble de qualités absentes de ce conseil peuplé d’amis qui s’amusent en réunion, une fois de temps en temps, histoire de se donner un peu d’importance. Une ville mérite ce qu’il y a de mieux.»

«L’ignorance et l’incompétence rendent les élus malléables, influençables et hyper sensibles aux pressions. C’est ce qui se passe, depuis près de deux ans. (...) Les élus devraient être les gardiens du mieux-être, du développement dans l’intérêt commun. On n’est pas là du tout.»

Tant Nicolas Gagnon que David Lemelin ont longuement vanté les qualités de Jacques Poulin. Dévoué, incorruptible, compétent, dynamique, travailleur acharné, amoureux de sa ville sont quelques-uns des termes utilisés pour le décrire.

RÉPLIQUE

Invitée par Info Dimanche à commenter la virulente sortie de ses deux anciens employés, la Ville de Rivière-du-Loup a décliné l’offre. Toutefois, le conseiller Mario Bastille du district de la Rivière s’est exprimé, lui aussi via la tribune offerte dans l’espace commentaire d’infodimanche.com.

«Bonjour Nicolas, bonjour David. Je me permets aujourd’hui de vous tutoyer, car il n’y pas si longtemps nous étions collègues de travail, pas toujours en accord, mais collègues tout de même. Il est vrai de dire que nos points de vue et que nos visions respectives pouvaient amener quelques échanges musclés, mais j’ai toujours eu l’impression que le tout se faisait dans un respect mutuel.»

«Maintenant, à la lecture de vos commentaires, je comprends bien votre déception et votre incompréhension face au départ de monsieur Poulin. Cela étant, je me questionne vraiment à savoir qu’est-ce qui est plus blessant et désolant soit de me faire traiter d’incompétent, d’ignorant et manquant de vision ou un jour de vous avoir fait confiance ?»

JACQUES POULIN

Au cours des 19 dernières années, la collaboration entre M. Poulin, les employés de la Ville et le conseil municipal a mené à plusieurs réalisations, dont la plus récente permettra la réfection à venir de l’aéroport, à l’aide d’une subvention de 6 M$. Parmi ses hauts faits d’armes, le directeur général sortant a aussi remporté le prix  de Président-directeur général vert et le Prix distinction Association des directeurs généraux des municipalités du Québec (ADGMQ).

Aussi, Jacques Poulin a été président de l’Association des directeurs généraux des municipalités du Québec (ADGMQ), président du Réseau québécois des aéroports (RQA), et administrateur de la Fondation de la santé de Rivière-du-Loup.

Au fil des ans, M. Poulin aura vu à l’établissement ou à la refonte de divers services, dont le Service technique et de l’environnement et la cour municipale.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

14 réactionsCommentaire(s)
  • je m’engage à parler à l’employeur de m Lemelin une telle arrogance ne peut être tolérée c’est une méprise totale des gens .c’est comme si moi ayant très bien réussi ma vie côté monétaire je riais des gens plus pauvre. Cher citoyen ne vous en faites pas avec ce style d’individu à part son français écrit il n’a rien d’autre. Je sais que je devrais pas perdre mon temps avec ce narcissique mais ....

    Realiste - 2019-07-11 15:42
  • Un dernier commentaire avant de me taire pour toujours, juste pour rectifier une perception beaucoup trop répandue :
    On ne devient pas fonctionnaire pour assouvir une soif de pouvoir. On le devient pour être au service du public. Ceux qui pense que les fonctionnaires ne cherchent qu'à tout décider et à faire un power trip n'ont aucune idée de la réalité de la fonction publique. Quand on accepte de faire carrière dans le monde municipal, on apprend dès le départ une chose : les fonctionnaires proposent et les élus disposent. Si on n'accepte pas ça, on change de métier.
    Ce à quoi rêve un fonctionnaire, ce n’est pas de décider à la place d’un élu, c'est de se mettre au service d'un leadership fort et d'une vision rassembleuse.
    J'ai eu la chance de connaître ça en travaillant étroitement avec Michel Lagacé pendant des années. Cet homme intelligent reconnaît la compétence des fonctionnaires, écoute leur avis, prend le temps d'analyser les dossiers et de se faire une tête, accepte de discuter avec eux, de les challenger et de les confronter au besoin. À la fin, la décision était à 100 % celle de M. Lagacé et du conseil qu’il présidait, pas celle des fonctionnaires. Et je n’en ai jamais éprouvé aucune frustration, même quand la décision était contraire à mon avis. Parce que j’étais respecté et qu’on m’a permis de faire mon travail.
    La job d’un élu, c’est ça : écouter, analyser, trancher et mobiliser. Quand un élu n’écoute que ceux qui crient fort, quand il ne prend pas le temps d’analyser et de comprendre, quand il est incapable de mobiliser son équipe et d’inspirer l’administration autour de sa vision, c’est alors qu’un fonctionnaire devient malheureux.


    Nicolas Gagnon - 2019-07-11 13:31
  • ''Un conseil de ville et des fonctionnaires divisés'' et en plus des anonymes qui dise n'importe quoi.
    Je vous invite à lire et RElire le commentaire de LISE. Les seuls qui savent exactement ce qui se passe à ce conseil de ville ce sont les élus(e) eux et elle même(s) Les citoyens ''payeurs de taxes'' vous ont placés à la tête de la municipalité pas pour régler vos différents mais bien pour diriger notre ville. Donc ajustez-vous et ainsi vous mettrez fin aux commentaires d'anonymes qui sont juste bon à commenter les accrochages des coins de rues.

    René Lapointe - 2019-07-11 12:19
  • Je viens de lire le commentaire de Mr Lemelin. Incroyable comment un gars des com peut être mélé dans ses propos et diminuer les autres. Un texte sans queue ni tête. L'opinion n'est jamais basée sur du vide, mais sur des frustrations bien réelles. Ça ne sert à rien de mettre des mots sur du néant comme il dit. La communication avec eux a toujours été impossible. Les gens comme lui, Poulin et Gagnon se son toujours foutus de l'opinion de la population. Au moins lorsqu'on écrit au conseil de ville il nous répond et prend parfois ( pas toujours) nos demande en considération. Mais au moins ils ne nous traitent pas de Vache. Avec de tels propos Mr Lemelin fait preuve d'un manque de respect tel qu'il en a toujours eu envers la population. Finalement, ces 3 là ont bien fait de partir, on va pouvoir repartir avec des bases plus consensuelles.

    Citoyen XYZ - 2019-07-11 10:21
  • La vérité concernant le climat tendu entre le Conseil de Ville et ses employés et les directeurs des services, commence à sortir au grand jour. Maintenant que Poulin n'est plus là pour rattraper les bourdes, ça va faire dur tantôt...

    délions les langues - 2019-07-11 08:48
  • Il n'y a jamais de fumée sans feu, Saurons-nous réellement la vérité dans le départ de M. Poulin...? J'en doute,,,! À savoir qui a tord ou raison....???? Pour ma part, ayant suivi depuis plusieurs années ce qui se passe au conseil de ville de RDL, et en regardant le travail accompli par M. Poulin durant toutes ces années, je lui lève mon chapeau. Je le remercie pour le travail accompli et j'ajouterais que je le félicite d'avoir soutenu notre ville durant toutes ces années. Les élus sont là pour gouverner et comme le mot le dit si bien, nous les avons élus. Nous sommes obligés de vivre avec ces mêmes élus pour 4 ans...C'est à nous comme citoyens, de regarder l'ensemble des travaux accomplis par chacun et de se faire une opinion logique et sans parti pris. Malheureusement, si on regarde ce qui se passe ailleurs au niveau des conseils de ville de certaines municipalités, je dirais qu'on est pas pire, ni mieux...quand on se compare, on se console. Pour ma part, (simple opinion personnelle), on a vu pire avec certains élus, mais on a vu mieux également. Il y aura toujours de la friction, mais dites-vous bien que les ''élus'' sont là parce que nous les avons élus et leur principal mandat est de gouverner pour le mieux être des citoyens. Posons-nous la question: ''avons-nous des doutes sur l'administration actuelle?'', si notre réponse est OUI, mais là, comme payeur de taxe, nous avons des devoirs à faire. Si notre réponse est NON, alors là, laissons aller et aux prochaines élections, on verra...!

    Pierre M. Drayaf - 2019-07-11 06:54
  • pour moi, les commentaires de messieurs Lemelin et Gagnon prouvent une chose, les fonctionnaires veulent gérer la ville et outrepasser les élus.

    jean-louis - 2019-07-10 21:39
  • Voilà qui nous explique un peu ce qui se passe a Rivière du Loup.
    Pour votre information
    André

    André Cholette - 2019-07-10 21:38
  • Cher Monsieur citoyen (un autre brave et courageux anonyme). Il y a autant d’inepties que de fautes dans votre texte. Vous démontrez, encore une fois, l’inutilité de l’opinion quand elle est basée sur le vide le plus complet. Chaque organisation qui se respecte compte sur une direction des communications. Dans le cas qui nous occupe, elle permet de mettre des mots simples et cohérents, là où ne subsiste que le néant. Elle permet de donner l’impression que tout va bien, alors que ce n’est pas le cas. Et la communication avec les citoyens est fréquente, accessible et très ouverte. Il suffit de voir le nombre de communiqués, de publications Facebook (très suivies d’ailleurs), de bulletins, de chroniques municipales et autres pour constater à quel point c’est efficace, pour le peu que l’on sache lire. Et encore: on peut entendre les informations lues aux séances du conseil, préparées par les com. Bref, être plus dans le champ que vous, brave anonyme, on est une vache. Lâchez pas! ...je veux dire : mâchez pas!

    David Lemelin - 2019-07-10 21:07
  • Il y a un shisme entre la population, les élus et le service technique. Il y a une grogne dans la population contre tout ce qu'on nous fait avaler avec des explications souvent farfelues voire même sans explication ni consultation. Les consultations de toutes façon, n'en sont pas, on nous impose trop souvent ce que le service technique a décidé, et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus logique. Personnellement je n'adhère pas aux propos des deux plaignants, Le conseil de ville doit s'informer auprès des techniciens, mais prendre sa décision en considérant des critères qui échappent aux employés. Nous vivons une époque où la connaissance et l'expérience ne sont plus le seul domaine des employés. Ils doivent prendre en considération l'expérience des citoyens parfois mieux informés qu'eux. Nos élus doivent très vite vider le problème, car ça ne peut pas durer. Un autre problème que nous vivons est la permanence des employés. Leur période de probation est du miel, puis ça devient vinaigre lorsqu.ils arrivent à la permanence. Ils se prennent alors pour des rois.

    Citoyen XYZ - 2019-07-10 19:17
  • Avons nous vraiment besoin d’un directeur des communications certainement pas vu la grosseur de la ville. En passant depuis l’arrivée des directeurs des communications nouvelles mode en passant plus personnes parlent avant au moins les gens répondais et avec des termes pour le peuple. Je pense vraiment qu’ils sont responsable de l’éloignement entre les citoyens et leur ville surtout quand c’est un gars ou une fille qui ce prend pour un roi.

    Citoyen - 2019-07-10 14:35
  • Il est inconcevable qu’un DG doive quitter son poste à 5 jours d’avis...Pourquoi tous ces départs? Un DG, un Urbaniste,un Directeur des Communications, on ne trouvera pas ça au Dépanneur du coin! Trouver le problème et régler le pour stopper l’hémorragie!

    Lise - 2019-07-10 14:05
  • @Réal On appelle ça être démissionné.

    Attaboy - 2019-07-10 13:41
  • M. Poulin a-t-il quitté ses fonctions en mauvais terme avec l'administration de la ville de Rivière-du-Loup comme semble le laisser entendre messieurs Lemelin et Gagnon en traitant la mairesse et les conseillers d'incompétents et ignorants vue le départ de M. Poulin.

    Réal - 2019-07-10 13:07