Publicité
3 juillet 2019 - 09:05 | Mis à jour : 10:36

Départ de Jacques Poulin de la Ville de Rivière-du-Loup

Toutes les réactions 20

Le conseil municipal de la Ville de Rivière-du-Loup et son directeur général, Jacques Poulin, ont pris entente à l’effet que celui-ci quitte ses fonctions à compter du 5 juillet prochain. Le départ de M. Poulin, qui a œuvré dix-neuf ans à la Ville de Rivière-du-Loup, lui permettra de réaliser de nouveaux défis.

Le conseil municipal de Rivière-du-Loup et le directeur général ont planifié conjointement ce départ et l’organisation entend se doter d’un nouveau directeur général dans les mois à venir.

Au cours des dix-neuf dernières années, la collaboration entre M. Poulin, les employés de la Ville et le conseil municipal a mené à plusieurs belles réalisations, dont la plus récente permettra la réfection à venir de l’aéroport, à l’aide d’une subvention de 6 M$.

Au fil des ans, M. Poulin aura vu à l’établissement ou à la refonte de divers services, dont le Service technique et de l’environnement et la cour municipale et se sera pleinement investi à l’implantation de la démarche environnementale de planification stratégique 2050 - S’engager pour un futur stimulant, notamment.

Aucun détail sur l'entente entre M. Poulin et la Ville n'a été dévoilé.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

20 réactionsCommentaire(s)
  • je suis sous le choc. Monsieur Poulin est un fonctionnaire de haut calibre, un homme d'une compétence rare, reconnu et décoré à l'échelle nationale. Nous avions la chance de pouvoir compter sur l'un des meilleurs de la profession au Québec et son départ créera un vide abyssal. Suffisait d'écouter les réunions du conseil pour apprécier sa connaissance pointu de tout les dossiers, sa compréhension des enjeux très souvent complexes et sa capacité exceptionnelle de pouvoir donner de l'information et des réponses adéquates en un claquement de doigts On parle d'une homme exceptionnel qui a fait rayonner Rivière Du loup sur prés de deux décennies faisant l,envie de tout le monde au Québec. Le développement industriel et résidentiel, l'aréna, le stade de soccer et j'en passe .... un immense héritage qui porte l'empreinte de M Poulin qui a travers le politique et l'administratif a su faire aboutir tout ces projets pour le plus grand bien de notre communauté. Ce que je retiens de vous M Poulin, compétense intégrité, intelligence mais aussi humilité et grande gentillesse. Merci ! Pierre Sénéchal, résident de RDL depuis prés de 3 décennies.

    Pierre Sénéchal - 2019-07-07 17:27
  • Monsieur « Connaissance de l’ancien maire Gamache = citoyen ordinaire »... d’abord, drôle de nom. Un autre n’étant pas en mesure de signer de son nom. C’est triste qu’il y ait autant de peur de représailles dans cette ville, mais bref...

    Vous abordez quelques éléments intéressants qui permettent de défaire des mythes. J’en profite donc puisque j’ai, contrairement à la totalité des critiques habituelles, été fonctionnaire dans une ville, les deux mains dedans. La connaissance de cause, c’est parlant...

    Vous parlez « d’ancien conseil ». Cinq des sept présents y étaient. C’est drôlement vieux pour du neuf. Les décisions sont prises à la majorité (et la plupart à l’unanimité). Il devait donc y avoir une relative satisfaction de la situation précédente. Auraient-ils changé du tout au tout?

    Le mythe le plus tenace et injuste (et grossièrement faux) : les fonctionnaires mènent une structure occulte d’où les citoyens sont exclus. D’abord, la totalité des projets et décisions prises émanent d’une préoccupation citoyenne, d’un commentaire ou idée d’un citoyen. Les fonctionnaires ne rentrent pas au boulot en se disant : « tiens, je ferais bien ceci! » Les comités qui soumettent des projets comptent des citoyens en leur sein. La Ville est extrêmement bien branchée sur ses citoyens (je l’ai vu, je ne fais pas que présumer) et ne travaille qu’en fonction de ceux-ci. D’ailleurs, les fonctionnaires SONT des citoyens, que vous croisez partout, qui veulent comme vous une ville efficace, à l’écoute, où il fait bon vivre. Donc, ils n’entrent pas au boulot en essayant de s’approprier la ville au détriment des citoyens... qu’ils sont eux-mêmes. C’est un cliché facile et, pour tout dire, épais de dire que les fonctionnaires de la Ville sont désincarnés de leur ville. D’ailleurs, ceux qui parlent de « pantin à la solde des fonctionnaires » n’y connaissent strictement rien. Ça a l’air « défenseur des citoyens » de dire ça, mais c’est en fait vraiment stupide.

    L’effet Dunning-Kruger, qui sied à merveille à Trump, caractérise effectivement certains individus. Mais, en somme, une ville bien gérée est une ville où les « pros » comme vous dites, travaillent avec les citoyens, ce qui est le cas de la structure de la Ville. Mais, réaliser des promesses qui n’ont aucun sens ne fait pas « proche du peuple ». Ça fait incompétent. La promesse de grand ménage n’a pas eu lieu, parce qu’après la « révision » des services, c’est un constat de gestion efficace qui a été réalisé. Promettre d’écouter le monde, mais s’enfarger constamment dans les trois ou quatre même chialeux chroniques n’est pas servir le peuple. C’est échapper à une nécessaire vision d’ensemble qui rend un tout cohérent. C’était d’ailleurs la plus grande force de Poulin, la vision d’ensemble.

    Les règlements d’urbanisme, quand on les connaît au lieu de répéter les bêtises dites par ceux qui sont freinés par les règles quand ils proposent quelque chose qui manque de cohérence ou s’avère injuste pour les autres, assurent un développement cohérent et harmonieux de l’ensemble. Toujours la même vision d’ensemble, vitale à une ville digne de ce nom.

    Enfin, pour les « verrues », elles forcent sans doute les mauvais conducteurs à faire attention et les égoïstes à penser aux autres, mais ce sont, ces avancées de trottoir, le meilleur moyen de protéger les piétons. Ici, la science s’est mise au service des citoyens. Les villes se modernisent toutes dans cette voie, sauf là où on tient un discours de 1954. Ce n’est pas un hasard : ça marche. Le piéton a le droit de circuler, tout comme le cycliste ou l’automobiliste. Le règne absolu de l’auto est révolu.

    Bienvenue en 2019.

    David Lemelin - 2019-07-06 14:36
  • Pourrais-je résumer la situation à: L'ancien conseil était «trop» proche des fonctionnaires pour certains/la majorité des citoyens; ce qui a occasionné une incompréhension/déception/colère/peu-importe-le-qualificatif des citoyens; qui ont alors votés pour le changement, c'est-à dire le conseil actuel. Le nouveau conseil, fidèle à ses ??promesses électorales?? écoute + les citoyens, au mépris de ses employés. Je me souviens bien avoir lu dans les commentaires il y a quelques années, sur le même journal qui traitaient le maire Gamache de pantin à la solde de certains fonctionnaires. Là, l'inverse semble s'être produit... Donc, quelle est la meilleure des solutions ? 1. Un conseil qui écoute les «pros»? 2. Un conseil qui écoute les citoyens? Je n'ai pas la réponse à cette question et je ne crois pas qu'elle existe. On pourrait potentiellement accuser les personnes répondant par le #1 d'être anti-démocratiques tandis que ceux disant #2 d'être atteint de l'effet Dunning-Kruger... En effet, peu de citoyens ont les connaissances/compétences pour administrer une ville comme il se doit avec intégrité, justesse et rigueur, ce qui est très important pour éviter les favoritisme/ploutocratie/corruption! (ce qui est aussi anti-démocratique). Cependant, étant moi-même un de ces citoyen, j'avais l'impression d'être dirigé par une monarchie occulte, où tu n'est pas réellement maître chez toi** (exemple: les «verrues de trottoir»). **Probablement que seul un propriétaire foncier sait réellement de quoi je parle avec tous ces règlements d'urbanisme farfelus selon moi...

    Connaissance de l'ex-maire Gamache = Citoyen ordinaire - 2019-07-05 17:08
  • Comme monsieur Dubé, prés. SHGRDL et pour éviter toute confusion, j'aimerais clarifier ceci: le G. Tremblay, qui a fait le commentaire ci-dessous, n'est pas le directeur du service technique et de l'environnement de la Ville de Rivière-du-Loup. Pour des raisons évidentes, je ne commenterai pas cette nouvelle.

    Gérald Tremblay, ing. directeur du Service technique et de l'environnement - 2019-07-05 16:01
  • C'est un départ très intrigant. Nous apprenions mardi que le DG de la ville quitte et que se sera effectif 3 jours plus tard. Habituellement, pour un poste aussi important, il devrait y avoir un période où le nouveau DG côtoie l'ancien DG afin d'avoir un suivi des dossiers en cours et d'expliquer la structure municipale louperivoise. C'est ce qui s'est passé lorsqu'il y a eu remplacement du directeur du développement économique. C'est vraiment très intrigant.

    G Tremblay - 2019-07-05 09:42
  • Certains disent:Toute bonne chose à une fin!
    D’autres pensent:Toute fin est une bonne chose!
    Qui a raison ?Qui a tort?L’avenir tranchera de façon irrémédiable!

    Christian Pomerleau - 2019-07-05 07:40
  • Si je comprends bien nous avons été chanceux de garder le meilleur DG au Québec avec seulement 20000 habitants merci M Poulin car vous devez avoir été sollicité par de grandes villes avec bien entendu un meilleur salaire. Prenez du temps pour vous bon repos et avec ce que je peux comprendre car je suis un simple contribuable car maintenant libre nous allons vous voir à la tête d’une grande ville.

    Reconnaissans - 2019-07-04 18:32
  • Bonjour Nicolas, bonjour David,

    Je me permet aujourd'hui de vous tutoyer car il n'y pas si longtemps nous étions collègues de travail, pas toujours en encore mais collègues tout de même. Il est vrai de dire que nos points de vue et que nos visions respectives pouvaient amener quelques échanges musclés, mais j'ai toujours eu l'impression que le tout se faisait dans un respect mutuel.

    Maintenant, à la lecture de vos commentaires, je comprends bien votre déception et votre incompréhension face au départ de monsieur Poulin. Cela étant, je me questionne vraiment à savoir qu'est-ce qui est plus blessant et désolant soi de me faire traiter d'incompétent, d'ignorant et manquant de vision ou un jour de vous avoir fait confiance ?

    Mario Bastille, conseiller district de la Rivière - 2019-07-04 18:09
  • Je ne veux pas dévier du sujet mais M Lemelin les plus grands de ce monde sont les plus simples ce qui ne semble pas votre cas. Je connais votre parcours rien pour être en mesure de rabaisser les gens qui on voté pour leur conseil et qui on payé votre salaire un certain temps.

    Jacinthe caron - 2019-07-04 17:19
  • la mairesse va etre perdue pour repondre aux questions des payeurs de taxe voila un fonctionnaire connaissant ses dossiers et capable de bien les articuler une grosse perte pour la ville avec tout le projets en plan

    clement - 2019-07-04 15:56
  • Tiens, "réaliste", incapable de signer un texte de son nom. Aucun argument, aucun commentaire pertinent, rien d'intelligent. Alors, je vous prends par la main pour relire mon texte. Nulle part il n’est écrit que les fonctionnaires sont seuls responsables des grandes réalisations économiques. Je ne vous en veux pas, c'est un texte un peu complexe...

    Mais, relisez le vôtre, il y a des fautes.

    David Lemelin - 2019-07-04 14:52
  • Vous avez raison monsieur Lemelin les plus grande réalisation économique au monde ont été créé par des fonctionnaires. Vous êtes complètement déconnecté de la réalité et votre texte démontre encore une fois que la personne que vous appréciez le plus au monde c’est vous même.

    Realiste - 2019-07-04 12:26
  • S.V.P. NE PAS CONFONDRE. Je ne commenterai pas ce dossier, mais je tiens à clarifier ceci: le Gilles Dubé qui, précédemment, parle de la prime de départ, n'est pas le président de la Société d'histoire et de généalogie de Rivière-du-Loup! Merci!

    Gilles Dubé, prés. SHGRDL - 2019-07-04 12:00
  • Vous n’y croyez-pas? Bien croyez-y car c’est la pure vérité et l’unique vérité! À la fois triste de voir un homme aussi bon et compétent de quitter ses fonction et à la fois heureuse pour lui de quitter un environnement aussi malsain.

    C’est la vérité! - 2019-07-04 10:29
  • Quand on n'a aucune espèce d'idée de ce que l'on fait, on ne peut pas mesurer l'importance d'un gestionnaire qui rallie, qui inspire, qui donne confiance à l'ensemble de l'appareil municipal. Jacques Poulin était LE phare de Rivière-du-Loup. La démobilisation sera terrible, à la mesure de l'ignorance de son importance et de son impact. Avoir le culot de se départir du probable meilleur DG au Québec (un DG qui a été récompensé et apprécié de ses pairs), compte tenu de la "force" du conseil, c'est au mieux hasardeux, voire irresponsable. Je suis moi-même parti parce que j'en avais assez de faire du plein avec du vide. Or, pour moi, présider aux destinées d'une ville requiert des connaissances, du savoir-faire, du jugement et une vision, un ensemble de qualités absentes de ce conseil peuplé d'amis qui s'amusent en réunion, une fois de temps en temps, histoire de se donner un peu d'importance. Une ville mérite ce qu'il y a de mieux. L'avenir d'une collectivité devrait être pris au sérieux. Ici, on gère selon la chaleur, on réagit en faisant tout et son contraire pour plaire à celui qui parle le plus fort. L'ignorance et l'incompétence rendent les élus malléables, influençables et hyper sensibles aux pressions. C'est ce qui se passe, depuis près de deux ans.

    Quand le concept de développement économique se résume à « il a un gros char et du cash, il doit savoir comment faire du développement économique, on va le laisser faire », le pire est à prévoir concernant les précieux espaces de potentiels de Rivière-du-Loup. Il faut avoir étudié la science économique pour savoir à quel point c'est complexe et exigeant, le développement économique, surtout parce qu'il met sur la table ce que les citoyens ont de plus précieux : leur milieu de vie. Ce n'est pas un jouet ni un outil de promotion des intérêts personnels, une ville. Les élus devraient être les gardiens du mieux-être, du développement dans l'intérêt commun. On n'est pas là du tout.

    Jacques Poulin a été le patron le plus compétent, intègre, honnête et dévoué pour lequel j'ai travaillé dans ma vie. Un incorruptible, amoureux de sa ville, qui savait où aller et qui passait ses journées à éduquer et rééduquer, à sauver les fesses de ce Club Lion, pour reprendre l'expression de Nicolas, qui navigue à vue en direction du néant.

    N'en doutez pas : derrière les sourires sur les photos, il y a du vide.

    Un très grand vide.


    P.S. Ne vous en faites pas pour la prime de départ. Il a, en 19 ans, fait sauver des MILLIONS à la Ville. Il mérite chaque sou de ce montant. Et la compétence, ça se paye...

    David Lemelin - 2019-07-04 10:00
  • Il doi quitter surement avec une bonne prime de depart..l,argent des contribuable,

    Gilles dube - 2019-07-04 07:43
  • @J'y crois pas:
    ''Comment peut on rendre un congédiement aussi banal et vouloir garder cela confidentiel?''
    Comment peut on écrire un commentaire comme le tien sans s'identifier?

    René Lapointe - 2019-07-04 05:30
  • Bonne chance dans tes nouveaux défis. Prend du temps pour toi.
    Salutation

    Yvette Beaulieu - 2019-07-03 23:51
  • Rivière-du-Loup perd un DG très compétent. Jacques Poulin était reconnu à la grandeur du Québec comme l'un des plus dynamiques de sa profession. Malgré cette perte pour la Ville, je suis très content de cette annonce... pour M. Poulin lui-même. Il a assez souffert auprès d'un conseil sans vision et trop incompétent pour réaliser à quel point l'équipe de fonctionnaires que Monsieur Poulin avait rassemblé autour de lui était l'une des meilleures au Québec. La plupart des élus actuels à RdL sont en politique parce que ce sont des gens qui aiment le monde. Ils sont aux conseil comme ils seraient dans un club Lion ou un club Richelieu : pas pour mettre en oeuvre une vision ou pour prendre des décisions difficiles pour le bien commun, mais pour rencontrer du monde, se faire aimer et être quelqu'un. Dans ce contexte, les élus actuels de la Ville se sont faits les porte-paroles de tous les intérêts particuliers. Au détriment de leur responsabilité élémentaire : porter une vision et faire des choix. Il va sans dire que cette politique du "citoyen a toujours raison" , même quand deux citoyens disent le contraire, n'est pas compatible avec les valeurs d'une équipe aguerrie en gestion munipale. De plus, le corollaire de cette volonté de faire plaisir à tout le monde, c'est que les fonctionnaires sont vus comme des empêcheurs de tourner en rond. Jamais leur compétence est reconnue. On les ignore et quand ça foire parce qu'on ne tient pas compte de leur avis, c'est encore de leur faute. Le résultat est catastrophique : les acteurs clés de la Ville sont depuis longtemps démobilisés. Plusieurs sont partis, à commencer par moi, chargé de la révision du plan d'urbanisme, qui suis parti il y a un an. Travailler sur un plan d'urbanisme avec un conseil qui a comme principe de laisser tout passer sous prétexte que n'importe quel projet serait du "développement " ne faisait aucun sens pour moi. David Lemelin a suivi, et maintenant Jacques Poulin. J'ai travaillé depuis 20 ans avec de très nombreux conseils municipaux, dans plusieurs municipalités. Celui-ci est, pour de très nombreuses raisons que j'ai ici à peine effleurées, un des pires avec lequel j'ai eu à collaborer. Bonne chance M. Poulin et merci pour votre énorme apport pour Rivière-du-Loup.

    Nicolas Gagnon - 2019-07-03 20:03
  • Comment on peut rendre un congédiement aussi banal dans le public et vouloir garder cela confidentiel? La vérité sortira un jour et j’espère que les journalistes louperivois gratteront afin de connaître le fond de l’histoire, car jusqu’ici vous semblez avaler la pilule sans vous étouffer. Il se cache quelque chose derrière ça. La mairesse tremblait en parlant du dossier hier soir...

    J’y crois pas - 2019-07-03 16:40