Publicité
4 juillet 2019 - 14:48

Le ministre de l’Agriculture parle de sècheresse et d’environnement

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

De passage à la ferme Roulache de Notre-Dame-du-Portage le 4 juillet pour effectuer des annonces totalisant 544 000 $ concernant l’environnement, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a également parlé des modifications apportées au programme d’assurance des productions agricoles à la suite de la sècheresse qui a sévi au Bas-Saint-Laurent en 2018.

«Le dossier de la sècheresse, qui a considérablement affecté le Bas-Saint-Laurent l’été dernier, fut le premier sur lequel j’ai eu à travailler. Il y avait un problème dans les textes du programme d’assurance, des correctifs ont donc été apportés», a mentionné M. Lamontagne, Le ministre a précisé que 831 producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent ont reçu à la suite de la sècheresse de 2018 environ 22 millions de dollars, sur un total de 60 M$ versés en indemnisations.

«Parmi les personnes grandement conscientes de l’environnement, ce sont bien les agriculteurs», a lancé le ministre André Lamontagne lors de l’annonce des aides financières accordées dans le cadre du programme Prime-Vert. «Notre territoire est une ressource précieuse. Nous devons en prendre soin et le garder en santé, tant pour nous que pour les générations qui nous suivent», a-t-il ajouté.

Développement agricole des Basques obtient 100 000 $ pour son projet «Le diagnostic et la réduction des gaz à effet de serre des entreprises agricoles du Bas-Saint-Laurent», dont 60 producteurs sont répertoriés dans la MRC des Basques. L’organisme reçoit aussi 97 710 $ pour son projet «Étude de différentes pratiques agroenvironnementales pour réduire la dégradation des sols lors de la remise en culture de terres agricoles dévalorisées.»

Le Groupe Pousse-Vert de Saint-Arsène obtient 76 587 $ pour son projet «Stratégies de gestion des champs et des pesticides afin d’atteindre la cible gouvernementale de réduction de 25 % des IRE (indice de risque pour l’environnement) et IRS (indice de risque pour la santé) dans la pomme de terre».

Le Club de gestion des sols du Témiscouata s’est vu remettre une somme de 50 000 $ pour son projet «Santé des sols et cultures de couvertures : passons à l’action au Témiscouata».

L’Organisme de bassins versants du Nord-Est du Bas-Saint-Laurent reçoit 89 964 $ pour son projet «Rivière centrale : corridor de liberté et pratiques agricoles de conservation des sols et de l’eau».

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a également annoncé deux projets financés par les gouvernements du Canada et du Québec. Ainsi, la ferme Berlégo, de Sainte-Hélène-de-Kamouraska, et la ferme Viplaine, de Saint-Arsène, reçoivent chacune une aide de 65 000 $ pour la réalisation de leur projet respectif de construction d’un ouvrage de stockage des déjections animales, de l’argent consenti pour les entreprises de la relève.

«Ce sont des annonces qui touchent la circonscription que je représente, ça reflète le dynamisme de nos entreprises, un dynamisme que l’on retrouve chez nos producteurs agricoles», a pour sa part mentionné Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup – Témiscouata

Publicité

Commentez cet article