Publicité
31 mai 2019 - 06:56

Les droits des locataires au centre des discussions

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Une quinzaine de personnes, des locataires et des intervenants communautaires, étaient présents le 29 mai dernier pour discuter des droits des locataires à l’occasion de la visite d’un représentant du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) à la Maison de la Culture de Rivière-du-Loup.

Par cette tournée dans neuf villes de l’Est-du-Québec, le RCLALQ vise à rejoindre les régions peu ou pas desservies par des organismes de défense des droits des locataires ou par des points de service de la Régie du logement afin de réfléchir à des pistes d’organisation collective. La rencontre de Rivière-du-Loup a été organisée en collaboration avec la Corporation de développement communautaire des Grandes Marées.

Augmentation du loyer, discrimination et liste noire, modification de bail, animaux et cannabis sont des points qui ont soulevé des questions de la part des personnes présentes. «Le locataire a le droit de refuser une hausse de loyer si elle est jugée abusive. Le propriétaire doit normalement expliquer sur l’avis les motifs qui justifient l’augmentation», a mentionné Philippe Girouard, organisateur communautaire au RCLALQ et responsable de la tournée dans la région. Pour refuser une hausse de loyer, le locataire doit se procurer le formulaire à cet effet auprès de la Régie du logement.

Le RCLALQ s’inquiète aussi de la situation vécue dans plusieurs régions. Selon les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), les taux d’inoccupation sont en chute libre un peu partout au Québec. «Pour la ville de Rivière-du-Loup, la pénurie de logements se fait sentir avec un taux d’inoccupation qui a chuté de 3,2% à 1,8% en un an à peine. Lorsque le taux descend en dessous de 3%, la situation peut rapidement devenir difficile pour les locataires» a souligné l’intervenant.

«En raison du manque de financement du milieu communautaire, il n’y a pas de comité logement dans la région pour répondre aux questions des locataires et les accompagner dans leurs démarches juridiques», a précisé M. Girouard. La tournée vise donc également à créer des réseaux d’entraide pour les intervenants communautaires qui veulent soutenir les locataires.

Publicité

Commentez cet article