Publicité
17 mai 2019 - 06:59

L’Association forestière bas-laurentienne fête ses 10 ans

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Pour ses 10 ans, l’Association forestière bas-laurentienne (AFBL) a convié ses membres à Pohénégamook le 13 mai afin d’assister à une conférence de Louis Pelletier, Forestier en chef. On a également souligné le Mois de l’arbre et des forêts au Bas-Saint-Laurent avec une plantation symbolique avec les élèves de l’École Marie-Reine-des-Cœurs.

Le président de l’Association forestière, Michel Rioux, a présenté un portrait de l’organisme sans but lucratif dont la mission est d’éduquer les jeunes et de sensibiliser la population à l’importance sociale, environnementale, économique et culturelle de la forêt et de son développement durable.

«Notre territoire couvre huit MRC et nous alternons pour nos activités. Cette année, c’était l’occasion de revenir plus à l’ouest», a expliqué M. Rioux. C’est le 10e anniversaire du regroupement, mais ça fait en réalité 74 ans que les forestiers sont regroupés en associations. D’ailleurs, l’une d’elles a déjà été propriétaire des bâtiments de la Station forestière de Parke sur le territoire non organisé de Picard à la limite de la municipalité de Saint-Alexandre. Les terrains appartiennent toujours au gouvernement du Québec qui les a loué aux utilisateurs qui ont suivi.

Cette activité a été suivie par un «4 à 7» dans l’ancien Musée du Domaine, propriété de la Fondation de la famille Guérette. Outre Louis Pelletier, Forestier en chef, on notait aussi la présence de Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice, adjointe parlementaire du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (volet forêts).

FORESTIER EN CHEF

Louis Pelletier a été nommé Forestier en chef par le Conseil des ministres du Québec en février 2016. Les fonctions du Forestier en chef sont de déterminer les possibilités forestières des forêts du domaine de l’état, conseiller le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, éclairer les décideurs et informer la population sur l’état et la gestion des forêts.

En décembre 2017, le Forestier en chef a déposé au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, un avis dans lequel il conclut que la forêt du Québec a la capacité de contribuer davantage sur le plan de la production de bois tout en répondant aux objectifs d’aménagement durable. Il a recommandé que des cibles de production de bois soient établies dans chaque région et déterminées en relation avec les autres utilisations dans un territoire donné. «Le Québec doit se doter de cibles de productions de bois et s’engager à les atteindre», a souligné M. Pelletier.

L’une des recommandations du Forestier en chef porte sur l’utilisation de la forêt et des produits du bois comme outils dans la lutte contre les changements climatiques. Concrètement, il s’agit d’augmenter la superficie aménagée et intensifier l’aménagement de la forêt pour accroitre la séquestration de carbone au Québec. «La région du Bas-Saint-Laurent est sept fois plus petite que la Côte-Nord, mais elle a le potentiel de capter autant de carbone», croit le Forestier en chef.

M. Pelletier est confiant que la région bas-laurentienne peut obtenir d’excellents résultats grâce notamment à l’aménagement forestier que l’on y fait, à l’entretien de ses forêts et à la productivité de ses industriels. «Elle a une belle composition forestière, une structure industrielle capable de prendre l’ensemble des essences et tout ça crée de la richesse», a mentionné le Forestier en chef.

«Nous sommes dans une conjoncture qui impose de réévaluer certaines façons de faire à la lumière des nouvelles conditions environnementales, de la nécessité de réduire la présence des gaz à effet de serre et des besoins des générations actuelles et futures. Il est possible de garantir un approvisionnement en bois stable et même l’augmenter, dans le respect des valeurs du développement durable. Ce faisant, les Québécois pourront compter sur une forêt qui contribue davantage au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques», a conclu Louis Pelletier.

Publicité

Commentez cet article