Publicité
24 avril 2019 - 06:55 | Mis à jour : 07:59

Agrile du frêne à Rivière-du-Loup

Couper pour mieux prévenir

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 1
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

L’agrile du frêne, cet insecte ravageur qui s’en prend au frêne est maintenant aux portes du KRTB alors qu'il a été observé dans la région du Madawaska au Nouveau-Brunswick. La Ville de Rivière-du-Loup n'entend pas faire preuve d'hospitalité face à cet indésirable, bien au contraire. Aux grands «maux», les grands moyens, et la scie mécanique sera de la partie.

Lors du conseil municipal du mardi 23 avril, les élus ont présenté une modification au règlement des coupes d’arbres, afin d'autoriser et de faciliter la coupe de frênes. Du même coup, la plantation de cette essence ne sera plus autorisée sur le territoire louperivois.

L'idée est de se rendre moins attrayant pour l'insecte et de l'inciter à passer son chemin, car la question n’est pas de savoir si, mais quand l’agrile se posera à Rivière-du-Loup. Selon nos informations, la coupe de frêne sur les terrains privés se fera sur une base volontaire. De son côté la Ville pourrait procéder à l'abattage progressif des frênes qui se trouvent majoritairement aux abords de terrains sportifs et au replantage d’autres essences.

En agissant en amont, la Ville souhaite ainsi éviter de voir des bosquets entiers d’arbres décimés à l’arrivée de l'insecte. La municipalité réalisera du même coup un inventaire des arbres composant sa forêt urbaine. Une identification qui lui permettra d'avoir une meilleure vue d’ensemble de celle-ci.

Au moment de mettre sous presse, la modification proposée n'avait pas encore été adoptée par les conseillers et aucune information n'était disponible à savoir si une aide sera offerte aux propriétaires souhaitant abattre leur arbre ou encore les traiter. En effet, il existe une alternative à la coupe d’arbre, le bio pesticide TreeAzin. L'insecticide injectable a obtenu la pleine homologation nationale en octobre 2012. À noter qu'il n'est pas possible d'acheter le produit en magasin et seul un applicateur accrédité à la possibilité de l'utiliser.

À titre d'exemple, la Ville de Baie-D'Urfée a mis sur pied un programme de subventions pour les années 2014 à 2019 qui permet aux propriétaires d'arbres de plus de 25 centimètres de diamètre et mesurés à 1,3 mètre du sol d'obtenir jusqu'à 50% du prix de traitement jusqu'à un maximum de 250 $ par arbre. Dans le cas d'abattage, la subvention est fixée à un maximum de 125 $ par arbre.

AGRILE

Selon Ressources naturelles Canada, l’agrile du frêne a été détecté pour la première fois en Amérique du Nord en 2002. Ce coléoptère originaire de l’Asie a infecté des frênes dans la grande région de Montréal et celle de Québec. Peu d’ennemis naturels importants existent pour contrer l’évolution de l’insecte sur le continent et les espèces indigènes de frênes ont une résistance limitée contre ses attaques.

Les adultes se nourrissent en grugeant le pourtour des feuilles, mais ce sont les larves qui, en s’alimentant entre l’écorce et l’aubier, finissent par provoquer la mort de l’arbre par annélation, les galeries larvaires entravant le transport de l’eau et des éléments nutritifs des racines aux portions aériennes de l’hôte.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Pourquoi couper les beaux frênes bien sains si ils ne sont pas encore attaqués ? Ne pouvez-vous pas les traiter en prévention ?

    mamie - 2019-04-25 09:32