X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Arrêt de production à l’usine de Groupe Lebel de Biencourt

durée 14 décembre 2018 | 06h54
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    En raison d’une baisse graduelle de la demande sur le marché du bois de sciage depuis cet été, les prix de vente ont chuté de près de 42%, après avoir connu un sommet historique. Afin d’écouler son inventaire, les usines de Groupe Lebel de Biencourt et de Cap-Chat ont dû mettre leurs opérations sur pause.

    Au Témiscouata, une trentaine d’employés sont touchés par cette mesure. Le directeur au développement des affaires de Groupe Lebel, Gérald Baril assure qu’historiquement, il y a toujours eu des arrêts de production chaque année, et qu’en considérant l’état du marché actuel, cette décision n’est pas surprenante. «Nous pensons être en mesure de redémarrer les activités normalement au printemps», explique-t-il.

    L’usine de Groupe Lebel de Biencourt fait de la transformation bois d’œuvre résineux (sapin épinette) de 12 à 16 pieds. «Dans la structure de l’entreprise, l’usine de Biencourt représente des couts élevés et devient ainsi vulnérable lorsque le marché devient plus difficile», précise M. Baril. Ce dernier assure que Groupe Lebel continue de bien se développer, mais qu’il doit diminuer son inventaire en réduisant le rythme de production pour être moins vulnérable aux fluctuations du marché.

    De son côté, le directeur général du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, Charles-Edmond Landry constate que depuis quelques semaines, la baisse des prix semble se stabiliser. «Les industriels réagissent différemment, on surveille ça ici. On souhaite que les prix n’aillent pas plus bas, pour qu’ils soient acceptables pour les entreprises qu’on représente.»

    Le Syndicat entend continuer de mobiliser le plus de bois possible, alors que 60 à 62 % de la capacité totale de production est atteinte en ce moment. Sur 2 millions de mètres cube possible, 1,2 million a été mis en marché. «Les cours sont pleines, l’arrêt de production leur permet d’écouler les produits finis. Le Groupe Lebel est l’un des plus gros acheteurs de bois du Syndicat. C’est de la saine gestion qui permet à l’entreprise de rester dans le marché année après année», ajoute M. Landry.

    D’après ce dernier, les industriels du secteur du bois de sciage au Bas-Saint-Laurent veulent que le marché se maintienne et que les prix reprennent de la vigueur. «Dans le domaine de la construction, on assiste à la valorisation du bois comme matériau (…) On a bon espoir que la situation va se rétablir pour ne pas mettre en péril les entreprises, qui ont aussi une gestion de risques à faire de leur côté.»

    Le développement du marché du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent s’oriente davantage vers la fourniture de bois pour la biomasse forestière. De nombreuses entreprises s’affairent aussi à moderniser leurs équipements et à les mettre à niveau. «Ils n’ont pas le choix de garder leur entreprise à la fine pointe de la technologie puisque c’est un secteur très compétitif.»

    La forêt privée représente 50% du territoire forestier du Bas-Saint-Laurent. En juin dernier, l’indice Randoms Lenghts se chiffrait à 580$ US les 100 pieds mesure de planche (PMP), alors qu’il a chuté à 343$ US au début du mois de décembre.

    commentairesCommentaires

    3

    • R
      Realiste
      temps Il y a 4 ans
      Et si les employés veulent ils vont tous pouvoir travailler dans les Erabliere de la région qui son tous en manque de main deuvre. Mais malheureusement plusieurs aiment mieux rester sur le chômage...,
    • I
      Irrealiste
      temps Il y a 4 ans
      @Realiste

      Bien oui. Ils vont se faire rappeler à la mi-mars et là ce sont les acériculteurs qui vont êtres pris à se chercher du monde en plein milieu de leur run...
      Quand on ne sait pas de ce quoi on parle...
    • D
      Démonter
      temps Il y a 4 ans
      T’es sérieux au moins ils auront fait lentaillage c’est toi qui ne connais aucunement lacericulture ou tu connais trop le chômage.Et si l’employeur l’accepte c’est mieux d’avoir quelqu’un deux mois et demie que rien du tout. En tout cas moi je vais faire la demande au bureau d’assurance emplois pour en avoir et j’espère que d’autres acericulteurs vont faire et pour ma part juste durant lentaillage sa va faire mon affaire. Et pas au noir mais déclaré bien sûr. Informe toi avant juger on veut juste vous faire travailler. Bravo realiste ta raison.
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h59

    Pénurie de logements et prix à la hausse à Rivière-du-Loup

    Les dernières données de l’Enquête sur les logements locatifs 2022 de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le taux d’inoccupation se chiffre à 0,5 % à Rivière-du-Loup, une proportion inchangée depuis l’année dernière. Toutefois, la disponibilité des appartements de deux ou trois chambres et plus a chuté à 0 %. Le prix moyen est à la ...

    Publié à 6h32

    Colloque de l’industrie touristique du Bas-Saint-Laurent : une journée de rencontres et de réseautage

    Le colloque de l’industrie touristique du Bas-Saint-Laurent a été un succès, réunissant plus de 190 participants lors de l’après-midi conférences et 160 convives lors du «souper-soirée découvertes du Bas-Saint-Laurent». L’événement se déroulait le 1er février dernier à l’Hôtel Rimouski sous le thème «Des idées à l’action». Il aura permis aux ...

    Publié à 6h02

    Ottawa renonce aux coupures chez Service Canada

    Le député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, se réjouit que Karina Gould, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, et responsable de Service Canada, ait décidé de renverser la décision de couper les heures de travail de 750 agents de service au Québec. Ces coupures de service, estime le ...