Publicité
13 décembre 2018 - 10:04

Le béluga relâché à Cacouna maintenant à …l’Île-du-Prince-Édouard

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Décidément, le béluga qui a été au centre d’une opération de relocalisation sans précédent en juin 2017  aime voyager. Après avoir été aperçu au large du Cap-Breton cet été, il a été observé du côté de l’Île-du-Prince-Édouard, le 7 décembre. 

Selon le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), des étudiants en plongée sous-marine professionnelle ont été bien surpris d’être rejoints par un béluga lors d’une sortie dans le port de Summerside. 

En comparant les images prises par un journaliste local avec celles prises au cours des deux dernières années, les spécialistes des bélugas ont pu confirmer qu’il s’agissait bien de «Nepi».

«C’est une bonne nouvelle de le voir en bon état de chair. Par contre, c’est inquiétant de le trouver encore dans les Maritimes», constate Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM et coordonnateur de l’opération de relocalisation du béluga en 2017. 

«Ce qui est le plus inquiétant, c’est de le voir aller à la rencontre des humains», déplore-t-il. La plupart des cas de bélugas observés hors de leur secteur se sont soldés par des morts accidentelles. «Les bélugas sont des animaux sociaux. Lorsqu’ils sont seuls, ils recherchent la compagnie d’autres espèces, même parfois des bateaux et des humains. Et cette relation de proximité est trop souvent fatale.»

Selon le Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches du Canada, il est interdit de nager volontairement avec les mammifères marins et une distance de 100 mètres doit être conservée entre les embarcations et les animaux.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je lui souhaite longue vie. Et il n'aura pas été empoisonné par le pétrole sale d'énergie est et de l'Alberta.

    René Lapointe - 2018-12-13 18:18