Publicité
10 décembre 2018 - 06:02

Bernard Généreux solidaire des employés de Bombardier Transport

En solidarité avec les employés de Bombardier Transport à La Pocatière, le député Bernard Généreux s’est exprimé à la période des questions pour dénoncer le manque de volonté du gouvernement de Justin Trudeau à défendre adéquatement les travailleurs canadiens.

La démonstration des employés a eu lieu suite aux révélations dans La Presse le 27 novembre 2018 que VIA Rail serait sur le point d’accorder le contrat d’un milliard de dollars pour l’achat de nouveaux trains à la firme Siemens, qui les produirait en Californie plutôt qu’au Québec.

«Il y a une heure dans ma ville natale de La Pocatière, les meilleurs employés au monde, de Bombardier Transport, ont manifesté pacifiquement pour démontrer qu’ils ont la capacité, l’expertise, la passion et la détermination nécessaires pour construire les futures voitures de Via Rail. Mais le ministre des Transports s’en lave déjà les mains, se cachant derrière le libre-échange. Or, l’entente que le premier ministre vient de signer avec Donald Trump permet encore aux Etats-Unis d’exiger que les trains Amtrak soient faits aux USA. Pourquoi les libéraux ont été si vite à tout donner, et rien demander pour les régions canadiennes, monsieur le président?», a posé comme question le deputé conservateur.

Dans sa réponse, le ministre des Transports Marc Garneau a répliqué que VIA Rail était une société de la couronne indépendante, et que le Canada devait «respecter les règles internationales en vertu desquelles nous avons des traités de libre-échange avec l’Europe entre autres, et avec l’OMC. Nous ne pouvons pas accorder des privilèges particuliers aux compagnies canadiennes.»

Le député Bernard Généreux demeure insatisfait de cette réponse. «Je lui parle de l’iniquité avec les Etats-Unis, et le ministre me parle de l’Union européenne, comme si la Californie faisait partie de l’Europe. Pour un astronaute, le ministre des Transports n’est pas si fort en géographie, a fait remarquer le député. La triste réalité avec les Etats-Unis est qu’ils ne pourront toujours pas acheter nos trains, mais que nous serons obligés d’acheter les leurs» indique Bernard Généreux.

Le député Généreux est plutôt de l’avis que le gouvernement du Canada devrait insister pour que les mesures protectionnistes mises en place par les gouvernements étrangers soient éliminées avant de conclure toute nouvelle entente de libre-échange. En plus de l’enjeu de l’approvisionnement des trains, pour lequel la politique Buy America continue de s’appliquer à la société Amtrak et divers groupes de transport en commun aux Etats-Unis, des tarifs douaniers demeurent en place sur le bois d’œuvre canadien et les productions d’acier et d’aluminium, deux sujets particulièrement sensibles pour les industries québécoises.

Publicité

Commentez cet article