Publicité
5 septembre 2018 - 16:11 | Mis à jour : 17:00

Jean-François Lisée parle de crédibilité à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, est venu appuyer son candidat dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Vincent Couture, mercredi midi, à l’Hôtel Universel.  Le péquiste a également profité de l’occasion pour rencontrer une trentaine de militants. 

Dans un discours chaudement applaudi, M. Lisée a rappelé que le PQ n’a pas «découvert les régions» à la veille de la campagne électorale comme l’a fait, selon ses dires, le Parti libéral. Il estime ainsi que son parti est le «plus crédible» quand il annonce qu’il souhaite «donner plus de pouvoirs aux régions». 

«Que Monsieur Couillard, hier, soit devenu régionaliste après avoir démantelé des budgets et des organisations, après avoir centralisé et vidé les régions de postes, et qu’il arrive maintenant pour leur redonner le pouvoir, ça manque de crédibilité», a-t-il réitéré, faisant référence aux promesses libérales de relocaliser certaines directions complètes de plusieurs ministères en région. 

«Voulez-vous un gouvernement crédible dans ses engagements? Il y a un parti sérieux et c’est le Parti Québécois. C’est pour nous la clé de cette élection (…) Le PQ de 2018 est régénéré, passionné et méthodique. Il offre aux Québécois un gouvernement qui sait compter et qui a du cœur, un gouvernement qui se fixe des objectifs réels, ambitieux, mais pragmatiques», a-t-il ajouté. 

CONFIANCE

Lors d’un point de presse accordé ensuite à la presse locale, Jean-François Lisée n’a évidemment pas manqué de parler en bien de ses candidats locaux, soit Vincent Couture et Michel Forget (Côte-du-Sud). Il croit que ceux-ci se joindront au groupe de députés, le 1er octobre. 

«On sent que la coalition qui était derrière les députés Norbert Morin et Jean D’Amour est en train de se défaire. Il y a beaucoup d’insatisfaction, non nécessairement envers les personnes, mais envers les politiques. Certains sont intéressés par ce que propose la CAQ, mais il y a aussi cette distinction très forte du Parti Québécois qui a cru dans les régions et qui continue à y croire.»

ENJEUX 

Discutant de différents engagements de la plateforme du Parti Québécois, le chef péquiste a souligné l’importance de s’attaquer au manque de main-d’œuvre, une problématique pour laquelle «il n’y a pas qu’une seule clé magique». «Aujourd’hui nous avons annoncé qu’à 65 ans et plus, les travailleurs auront l’occasion d’arrêter de cotiser à la régie des rentes, ce qui correspond à 5 % de revenus de plus. Un autre élément, c’est de freiner l’exode démographique des jeunes des régions, notamment en ayant plus d’emplois (on veut rétablir les emplois gouvernementaux abolis par les libéraux) et en faisant en sorte que les instituions d’enseignement supérieur soit plus présentes en région. On pense aussi qu’une partie de la solution, ce sont les étudiants étrangers dont on veut faciliter l’implantation.»

Dans la discussion, Jean-François Lisée a aussi réitéré que l’éolien fait partie des forces énergétiques du Québec et qu’un gouvernement du Parti Québécois s’engageait à faire baisser les prix dans le milieu du transport aérien. La situation actuelle est «un frein au développement économique et touristique», a-t-il dit. 

En quittant Rivière-du-Loup en début d’après-midi, la caravane péquiste a mis fin à une tournée de l’Est-du-Québec entamée le 31 aout. 

 

Publicité

Commentez cet article